25 février 2016

L'expert judiciaire et les accords toltèques

Source image Wikipédia
J'ai découvert les accords toltèques lors d'une formation dans mon groupe GERME. J'ai trouvé que cette discipline de vie pouvait remarquablement s'appliquer à l'activité d'expert judiciaire.

Un peu d'histoire :

Miguel Ruiz est un neurochirurgien mexicain qui a failli mourir lors d'un accident de voiture. après ce drame, il change radicalement sa vie : il abandonne la médecine et se consacre aux savoirs anciens de ses ancêtres toltèques. Il a écrit en 1997 un livre qui est devenu rapidement un best-seller mondial : "les quatre accords toltèques". Il est aujourd'hui conférencier à travers le monde et auteurs de plusieurs livres, dont "Le cinquième accord toltèque" en 2010.

Les accords toltèques sont très simples à énoncer, mais derrière cette simplicité se cache une puissance qui peut servir de philosophie de vie, de principe de management ou encore de base personnelle de progrès.

A titre personnel, je suis plutôt bien en phase avec les accords toltèques, mais j'ai beaucoup de marges de progrès sur plusieurs d'entre eux. Ils m'ont été présentés dans le cadre du management (un management avec des valeurs humanistes), mais ce qui m'intéresse ici, c'est de voir comment ils peuvent s'appliquer à l'activité d'expert judiciaire.

Entrons dans le vif du sujet.


Accord n°1 : Que votre parole soit impeccable.
Parlez avec intégrité. Ne dites que ce que vous pensez vraiment. Évitez d'utiliser la parole pour vous exprimer contre vous-même ou pour médire d'autrui. Utilisez la puissance de la parole dans le sens de la vérité et de l'amour.
(source "Pratique de la voie toltèque" par Don Miguel Ruiz)

Lors d'une réunion d'expertise, les mots ont une importance capitale. L'atmosphère est souvent très électrique, voire explosive. Les parties sont en litige, des courriers recommandés ont été échangés, les avocats sont intervenus et ont mis en lumière des accusations souvent douloureuses, le magistrat sollicite votre avis (technique). Si le mot "amour" n'a pas nécessairement sa place dans ce contexte, le mot "vérité" prend une importance toute particulière. Vous n'êtes pas là pour faire de la diplomatie, ni pour juger les parties, mais pour remplir une fonction de la manière la plus objective, la plus scientifique possible, "en votre honneur et en votre conscience".

La parole n'est pas seulement un son mais est aussi un symbole écrit. Le rapport remis par l'expert judiciaire doit être "impeccable", mot qui vient du latin pecatus (péché) avec le radical im- (sans). Un rapport sans péché, sans défaut, qui va dans le sens de la vérité. Le mauvais usage de la puissance de la parole crée l'enfer. On l'utilise pour médire, pour critiquer, pour culpabiliser, pour détruire. Ce n'est pas le rôle attendu de l'expert judiciaire.

Depuis quelques années, je pratique des exégèses expertales, c'est-à-dire des contre-expertises privées, où il m'arrive souvent d'avoir à critiquer le travail réalisé par un confrère. C'est pour moi un exercice difficile, parfois, de bien peser les mots que j'utilise, sans pour autant tomber dans la langue de bois. "Que votre parole soit impeccable" semble être une évidence, mais plus j'y réfléchit, et plus je me rends compte que ce point est important et difficile.


Accord n°2 : Quoiqu'il arrive, n'en faites pas une affaire personnelle.
Vous n'êtes pas la cause des actes d'autrui. Ce que les autres disent et font n'est qu'une projection de leur propre réalité, de leur propre rêve. Lorsque vous êtes immunisé contre les opinions et les actes d'autrui, vous n'êtes plus la victime de souffrances inutiles.(source "Pratique de la voie toltèque" par Don Miguel Ruiz)

Dans un débat contradictoire (au sens "en présence de toutes les parties"), chacun défend sa position, son opinion, ses intérêts. Le devoir de l'expert est dans la recherche de la vérité. Lorsqu'il s'en approche, et qu'il le fait nécessairement savoir, il devient la cible des coups d'une des parties. Pour autant, il ne faut pas en faire une question personnelle. Sauf en cas d'agression, bien entendu (relire le billet "les risques du métier" à ce sujet).

Lorsque vous faites une affaire personnelle de ce qui vous arrive, vous vous sentez offensé et votre réaction consiste à défendre vos croyances, ce qui provoque des conflits. Vous faites tout un plat d'un petit rien, parce que vous avez besoin d'avoir raison et de donner tort à autrui. Vous vous efforcez aussi de montrer que vous avez raison, en imposant votre opinion aux autres.

Le magistrat vous demande votre avis. Cela ne veut pas dire que vous devez arriver à modifier les opinions des autres. Surtout les opinions qu'ils ont sur vous, ou du moins susceptibles de vous atteindre personnellement.

C'est un point sur lequel j'ai encore beaucoup de progrès à faire : je suis par exemple très sensible aux attaques personnelles que le philosophe allemand Arthur Schopenhauer appelle "Argumentum ad personam" dans son ouvrage "l'Art d'avoir toujours raison" :
Extrait de Wikipédia
« Si l’on s’aperçoit que l’adversaire est supérieur et que l’on ne va pas gagner, il faut tenir des propos désobligeants, blessants et grossiers. Être désobligeant, cela consiste à quitter l’objet de la querelle (puisqu’on a perdu la partie) pour passer à l’adversaire, et à l’attaquer d’une manière ou d’une autre dans ce qu’il est : on pourrait appeler cela argumentum ad personam pour faire la différence avec l’argumentum ad hominem. Ce dernier s’écarte de l’objet purement objectif pour s’attacher à ce que l’adversaire en a dit ou concédé. Mais quand on passe aux attaques personnelles, on délaisse complètement l’objet et on dirige ses attaques sur la personne de l’adversaire. On devient donc vexant, méchant, blessant, grossier. C’est un appel des facultés de l’esprit à celles du corps ou à l’animalité. Cette règle est très appréciée car chacun est capable de l’appliquer, et elle est donc souvent utilisée. La question se pose maintenant de savoir quelle parade peut être utilisée par l’adversaire. Car s’il procède de la même façon, on débouche sur une bagarre, un duel ou un procès en diffamation. »

Il est évident que l'expert judiciaire ne doit pas se placer sur ce terrain, ni se laisser y emmener. Quoiqu'il arrive, n'en faites pas une affaire personnelle.


Accord n°3 : Ne faites pas de suppositions.
Ayez le courage de poser des questions et d'exprimer ce que vous voulez vraiment. Communiquez le plus clairement possible avec les autres, afin d'éviter les malentendus, la tristesse et les drames. Avec ce seul accord, vous pouvez complètement transformer votre vie.
(source "Pratique de la voie toltèque" par Don Miguel Ruiz)
Nous avons tendance à faire des suppositions à propos de tout. Le problème est que nous croyons ensuite que ses suppositions sont devenue la vérité. Nous serions parfois prêt à jurer qu'elles sont vraies. Il est très intéressant de voir comment l'esprit humain fonctionne. L'Homme a besoin de tout justifier, de tout expliquer, de tout comprendre, afin de se rassurer. Il y a des millions de questions auxquelles nous cherchons les réponses, car il y a tant de choses que notre esprit rationnel ne peut expliquer. C'est pour cela que nous faisons des suppositions. Le problème est de croire que ses suppositions sont la vérité.

Nous supposons que tout le monde voit le monde comme nous le voyons.
Nous supposons que les autres pensent comme nous pensons, qu'ils ressentent les choses comme nous les ressentons, qu'ils jugent comme nous jugeons.

Il s’agit de prendre conscience que nos suppositions sont des créations de notre pensée.

Il y a des méthodes pour éviter les suppositions. Par exemple, quand quelqu'un vous pose une question, il faut éviter de répondre directement. Il faut d'abord reformuler la question pour s'assurer auprès du questionneur qu'on l'a bien comprise. Cela évite souvent les malentendus et les réponses "à côté".

Pendant longtemps, je coupais souvent la parole, parce que j'avais compris ce que mon interlocuteur voulait me dire et que je voulais réagir, argumenter, expliquer. Il m'a fallu du temps, et du coaching, pour apprendre à écouter. Et de cette écoute, pour apprendre à comprendre ce que voulait vraiment dire mon interlocuteur. Et d'avoir le courage de poser des questions, quitte à passer pour quelqu'un de long à la comprenette. Dans le cadre d'une réunion d'expertise, où plusieurs profils de compétence sont présents - tous experts dans leur domaine - cet accord toltèque n°3 prend tout son sens. Il faut prendre le temps d'éviter les suppositions, les non-dits, les sous-entendus, les contresens culturels.

Il faut exposer ses missions, les expliquer, s'assurer que tout le monde comprend la même chose. Il faut écouter, poser des questions, exposer et expliquer son point de vue. Il faut faciliter la communication entre les personnes, et a minima entre toutes les personnes et soi-même.

J'ai aussi remarqué que ce point permet réellement d'améliorer sa vie, de se rapprocher de ses collègues, de mieux comprendre ses enfants, sa compagne, ses amis... C'est le point que je cherche à travailler le plus : "ne faites pas de suppositions" sans faire de vérifications.


Accord n°4 : Faites toujours de votre mieux.
Votre "mieux" change à chaque instant ; il n'est pas le même selon que vous êtes en bonne santé ou malade. Quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez ainsi de vous juger ultérieurement, de vous maltraiter et d'avoir des regrets.(source "Pratique de la voie toltèque" par Don Miguel Ruiz)
Le pire piège est la course à la perfection. En psychologie positive, les chercheurs étudient la notion de perfection, comme une notion qui entraîne de nombreuses émotions négatives. Nous voulons être parfaits, nous voulons que les autres soient parfaits, etc. Nous construisons des illusions mentales de perfection. La vie quotidienne et la réalité extérieure nous enseignent que la perfection est un but idéal et non une réalité concrète.

Comment être satisfaits, heureux et épanouis tout en sachant que la perfection est par définition, inatteignable car inhumaine ?
Reprendre pieds dans le présent et se donner totalement dans chaque instant. Donner toute son énergie, ses compétences, ses qualités et son temps pour la tâche que nous avons décidé d’accomplir. Un fois accomplie, cette tâche peut nous apporter un sentiment d’accomplissement, même si tout n’est pas parfait.

J'ai compris très jeune comment faire pour ne pas avoir de regrets : il me suffit de bien réfléchir à toutes les options qui s'offrent à moi, lors d'une décision importante, puis de prendre la meilleure option, compte tenu des cartes que j'ai en main. Bien entendu, j'ai parfois fait de mauvais choix, mais très souvent, je ne pouvais me rendre compte du caractère "mauvais" que plus tard, lorsque de nouvelles cartes apparaissaient dans mon jeu. Et à chaque fois, tout en corrigeant les effets de mon mauvais choix, je n'en voulais pas à mon "moi" antérieur puisqu'il avait fait de son mieux, avec les éléments dont il disposait.

Bien entendu, ce point est difficile en expertise judiciaire, où la perfection est attendue. C'est pourquoi l'activité d'expert judiciaire demande autant de travail et de précautions. Il faut garder en tête les regrets du professeur Tardieu qui, en tant qu'expert, a fait condamner tant d'innocents. Pourtant Tardieu ne s'est jamais trompé. Il a simplement subi les ignorances de la science.



Accord n°5 : Soyez sceptique, mais apprenez à écouter.
Ne vous croyez pas vous-même, ni personne d'autre. Utilisez la force du doute pour remettre en question tout ce que vous entendez : est-ce vraiment la vérité ? Écoutez l'intention qui sous-tend les mots et vous comprendrez le véritable message.
Être capable d’écouter signifie, comme dans les groupes de paroles, d’être capable de se taire et de laisser autant de place à la vérité de l’autre qu’à la sienne. Vaste programme.

Au civil et au commerce, l'expert judiciaire doit rendre un avis, sur des questions posées par le juge, et pour cela, il doit organiser des réunions contradictoires où toutes les parties vont pouvoir d'exprimer devant lui. Tous les arguments vont être fournis. Il faut réellement se présenter à cette réunion avec la plus grande ouverture d'esprit possible, pour favoriser l'écoute, tout en doutant de chaque argument. C'est difficile, souvent fastidieux, mais nécessaire pour pouvoir se forger un avis solide.

Là aussi, les mots utilisés ont leurs importances, avec des sens qui ne sont pas forcément les mêmes pour tout le monde. Il faut découvrir l'intention cachée derrière chaque mot, derrière chaque phrase.

Il faut aussi douter de soi-même, de ces certitudes, et arriver à se laisser convaincre par les bons arguments, pour approcher la vérité.

Et ce n'est pas simple.





1 commentaire:

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.