01 avril 2016

L'expert judiciaire et la liberté d'expression

Mon billet intitulé "Mais putain y va bouger son gros cul ce con" m'a valu une avalanche d'emails outrés d'un certain nombre de confrères, et l'affaire a pris une tournure assez inattendue pour moi : j'ai été contacté par le président de la compagnie des experts de justice de ma Cour d'Appel, puis par le Procureur Général près la Cour d'Appel qui m'ont demandé de mesurer mes propos.

Je leur ai expliqué que j'étais le premier concerné par le titre, comme indiqué dans le billet. Je n'ai pas dû être très convainquant puisque, quelques jours plus tard, je recevais un courrier à l'entête du ministère de la Justice me demandant d'exercer mon devoir de réserve et de retirer le billet en question.

Heureusement, sur les conseils avisés de mon avocat, j'ai laissé le billet en ligne et expliqué que, n'étant pas fonctionnaire, je ne suis pas astreint à un devoir de réserve et que je garde toute ma liberté d'expression dans notre beau pays démocratique. Le billet est toujours en ligne et représente toujours le fond de ma pensée et de ma déception politique.

Néanmoins, la pression sur un simple petit blogueur comme moi est assez forte, et je mesure la fragilité de ma position et la difficulté d'assumer une libre parole somme toute assez théorique : je dois penser aussi mon travail. Il est en effet assez simple de perdre son emploi sans espoir d'en retrouver, surtout à mon âge. Je dois aussi penser à mes proches.

J'ai passé l'âge des grandes batailles.

Je vous tiendrai au courant du suivi.


[EDIT de 14h15]

En cette journée de 1er avril, je ne pensais pas semer la panique auprès de mes amis. Il est vrai que je suis plutôt connu pour mon sérieux, un peu coincé, de geek un peu nerd.

Je voudrais donc les rassurer (et surtout qu'ils arrêtent d'essayer de me contacter : je travaille) : personne ne m'a écrit, ni mes confrères, ni le président de la compagnie d'expert de justice de ma Cour d'Appel, ni le Procureur Général, ni le ministère de la Justice...

Ce blog est un petit espace de liberté, mon identité réelle est connue de presque tout le monde (et tout le monde s'en fout), et je ne rougis d'aucun des billets que j'y écris sous mon nom de plume.

Si un jour de devait subir les foudres de la justice, comme lors de l'affaire Zythom, j'attendrais que les cendres soient retombées avant de venir en parler ici.

Enfin, je voudrais rappeler que j'ai parfaitement conscience de l'insignifiance de ce blog, et que rien de ce que je peux écrire ici ne peut changer quoi que ce soit en ce bas monde : je n'ai pas ce talent, cette prétention, et ce n'est pas mon objectif.

Ce matin, j'ai piégé mes enfants en leur faisant croire que leur lycée était fermé pour cause de grève...

Sans rancune (mais merci pour les petits mots ;-)

On the Internet, nobody knows you are a dog, but they sure know if you are a son-of-a-bitch.

PS: ET JE N'AI PAS passé l'âge des grandes batailles ! Je compte bien encore bouger mon gros cul de con...

5 commentaires:

  1. Effet Streisand en approche...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pan, dans le panneau... ;)

      Supprimer
  2. Génial le poisson d'avril, j'ai marché au quart de tour !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai aussi marché au 1/4 de tours :D
    Krka

    RépondreSupprimer
  4. Non!!! c’était un poisson d'avril, bien joué

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.