04 octobre 2017

Pour dévoiler le visage et embrasser le genou de Thémis

Je reçois régulièrement, comme beaucoup d'entre vous, des emails d'appel à l'aide, d'une veuve éplorée, cherchant en général à transférer des fonds d'un pays lointain vers la France, et demandant mon aide. Ces emails sont en général dirigés automatiquement vers mon dossier SPAM et je n'y prête pas attention. Il s'agit de fraudes dites "419", et Vidocq en parlait déjà au XVIIIe siècle dans son ouvrage "Les Voleurs" sous l'appellation de "Lettres de Jérusalem".

De temps en temps, mon filtre antispam laisse passer dans ma boite principale ce type de message, que je lis rapidement avec circonspection.

Cette fois le message que j'ai sous le yeux est différent et l'appel à l'aide à l'air sérieux. Il s'agit d'une femme désespérée pour qui je serais le dernier recours dans une affaire judiciaire.

Je suis souvent sollicité par l'intermédiaire de ce blog, mais comme je l'indique sur ma page "Contact", je n'accepte d'intervenir dans un dossier privé que par l'intermédiaire d'un avocat. Je rédige donc ma réponse type habituelle, ce qui suffit en général à clore le débat.

Quelques jours plus tard, je reçois pourtant un email issu d'un cabinet d'avocat français confirmant les propos de l'appel à l'aide de ma mystérieuse correspondante. Diantre.

Je demande plus d'informations, et que les pièces du dossier me soient envoyées. L'avocat me prévient qu'il s'agit d'un dossier pro bono, c'est-à-dire que la personne n'a pas les moyens financiers de se payer les services d'un avocat, ni d'un expert...

Je réfléchis un peu. Je me revois postuler la première fois pour devenir expert judiciaire, il y a 18 ans. Je pensais que l'activité était bénévole, que les sachants proposaient leur aide gracieusement à la justice, pour le plaisir de la recherche de la vérité, pour le plaisir d'aider à rendre le monde meilleur. Quand j'ai compris le coût d'une expertise, le prix de l'assurance en responsabilité civile, le coût des logiciels, le temps passé en formation sur les procédures... je suis vite rentré dans le rang.

Et puis, j'ai pris la décision de réaliser gratuitement toutes les expertises judiciaires pénales qui me seraient demandées par les magistrats de mon ressort, ce qui m'a valu la réprobation d'un grand nombre de confrères (le gratuit c'est mal, ça dévalorise l'activité, etc.). Pour les rassurer, je dois avouer qu'en un an, à ma grande surprise, aucun magistrat ne m'a contacté...

Parallèlement aux dossiers où je suis désigné par un magistrat, il y a les dossiers privés (c'est-à-dire où je suis sollicité par l'une des parties). J'ai dans ce cas également choisi de travailler gratuitement à hauteur environ d'un dossier privé sur dix, en ciblant plus particulièrement les clients sans moyen. C'est une question de convictions politiques et philosophiques.

Dans le cas qui se présente, la femme qui m'a contacté est dans une situation particulièrement précaire. J'accepte d'étudier le dossier. Je demande toutes les pièces à l'avocat. Je ne suis pas déçu : le cas est réellement désespéré. Une grande entreprise française a déposé plainte pour fraude informatique contre une de ses salariés. Une enquête a eu lieu, mais biaisée par des incompréhensions techniques, par des a priori malheureux, par un manque de moyens. La machine s'est pourtant mise à écraser des vies.

La Justice se doit d'être rendue objectivement, sans faveur ni parti pris, indépendamment de la puissance ou de la faiblesse des accusés. La cécité est alors la meilleure façon de garantir cette impartialité. C'est la raison du bandeau de lin que l'on met sur les yeux des statues représentant Thémis, la déesse de la Justice.

Mais la justice peut se tromper. C'est le sens des recours. Thémis a parfois le genoux dénudé, car les écrits antiques matérialisaient le genou comme l'attribut corporel de la piété, de la magnanimité et de la clémence du puissant. La Justice se veut réceptive au malheur humain, et cette clémence est alors symbolisée par ce genou dénudé.

C'est la première fois que j'ai dans les mains un dossier où les éléments techniques clament de manière diffuse l'innocence de cette personne injustement condamnée. Comme l'avocat l'a fait avant moi, je me plonge à corps perdu dans le dossier.

Les soirées passent. Les semaines. J'arrête toutes les autres activités, les réseaux sociaux et les billets de blog, tant elles me semblent dérisoires. Je lis les pièces, les notices, les rapports, les conclusions, les réquisitions. Je prend des notes, je mets en évidence les anomalies, les failles, j'essaye de rester factuel. Je me réveille la nuit. Je pense à l'enfer vécu par cette femme accusée à tort. Face à elle, je devrais dire face à nous, la puissance de l'argent, la puissance de l'administration, la puissance du prestige de l'avis des puissants. Mais nous, qu'avons-nous ? Comment prouver l'innocence alors que l'absence de preuve de culpabilité devrait suffire ? Il y a de la passion dans les discussions que j'ai avec son avocat, persuadé comme moi de l'innocence de sa cliente.

Mais la passion se doit d'être absente de la note technique que je rédige. Je rassemble tous les points que j'ai relevés depuis trois mois. Je m'isole dans mon bureau pendant plusieurs jours. Je cherche à retirer temporairement le bandeau des yeux de la Justice pour que celle-ci regarde pleinement les personnes auxquelles s'adressent les règles de droit et agisse en conséquence. Il me faut faire valoir le principe d'équité.

Pour que David puisse vaincre Goliath.
Pour dévoiler le visage et embrasser le genou de Thémis.

L'engagement de l'expert va parfois au delà de sa mission, pourvu qu'il ne s'en brûle pas les ailes.

Alea jacta est.

6 commentaires:

  1. Je serai intéressé de savoir quel type d'argument avait été utilisé et en quoi ils étaient imprécis ou impossible à justifier !

    Je suis également curieux au sujet du résultat de cette affaire, mais ça je ne pense pas qu'on y aura droit malheureusement :(

    RépondreSupprimer
  2. Bonne chance pour cette affaire, puisse Thémis vous être favorable.

    Merci au passage pour cette petite leçon de mythologie... judiciaire ?

    RépondreSupprimer
  3. J'aimerais bien aussi connaître l'issue de cette affaire! Bonne continuation, merci pour votre contribution à notre société.

    RépondreSupprimer
  4. "Les soirées passent. Les semaines. J'arrête toutes les autres activités, les réseaux sociaux et les billets de blog"... c'est donc pour ça qu'on n'a vu aucun billet depuis "à tantôt". On s'inquiétait un peu...

    RépondreSupprimer
  5. Je rajoute un +1 à ce que dit Alix. On s'inquiétait. Parce qu'on t'aime :)
    (Et oui, on sait, tu ne donnes ici qu'une partie de toi. Ça ne change rien, puisqu'on le sait)

    RépondreSupprimer
  6. NB : C'est entre autres parce qu'on sait qu'il y a le genre de situations décrites dans le post qu'on t'aime.

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.