14 février 2017

Et pourtant la journée avait bien commencé

Extrait de http://salemoment.tumblr.com/
avec l'aimable autorisation de l'auteur
Je suis installé devant mon ordinateur et je commence à faire défiler les images.

Ce dimanche matin, je suis tout content de voir que la copie numérique du disque dur, commencée la veille, s'est bien déroulée. Le disque dur original est remis dans le scellé, après avoir pris les photos d'usage du numéro de série, du modèle et de la marque d'icelui.

J'ai sur mon bureau mon cahier papier sur lequel je prends toutes sortes de notes : l'heure où le gendarme m'a amené le scellé, l'heure où j'ai brisé le sceau du scellé, les diverses descriptions physiques que j'en ai fait, les photos que j'ai prises avant et après l'ouverture de l'unité centrale, l'état général de l'intérieur, l'ordre des connecteurs de branchement du disque dur, etc.

Les dernières lignes inscrites sur mon cahier concernent la fin de la prise d'image bit à bit du disque dur d'origine, l'extraction des fichiers encore présents même sous forme de traces, et l'heure de début de mes investigations sur ces fichiers.

J'ai en tête la mission que le magistrat m'a confiée : je dois lui dire si le disque dur contient des images et/ou des films de nature pédopornographique. Je dois également, à titre subsidiaire, signaler tout élément qui pourrait l'intéresser. Non seulement mes compétences techniques l'intéressent, mais aussi mes capacités divinatoires...

Je suis installé devant mon ordinateur et je commence à faire défiler les images. J'ai une sexualité "normale", j'allais dire "banale", une vie tranquille bourgeoise centrée sur l'informatique, les jeux vidéo et la science-fiction. Je mène une existence protégée des atrocités "lointaines", des meurtres, des guerres. Je travaille dans une école d'ingénieurs généralistes comme directeur informatique et technique. J'aime transmettre mes connaissances et ma passion pour l'informatique. Le pire stress que je subis est la pression que je m'inflige pour que les utilisateurs bénéficient du meilleur service possible.

Les images que je regarde sont atroces. Rien ne prépare à ce type de spectacle. Je ferme la porte de mon bureau et demande à mes enfants de ne pas me déranger. Toutes les atrocités humaines défilent sur mon écran : viol d'enfants de moins de 10 ans, actes de tortures filmés pendant les guerres de Yougoslavie, êtres humains enflammés au lance-flamme...

Je trie ces images et ces films en différentes catégories. Mon cerveau se sature de ces scènes tout en "évaluant" le degré d'atrocité. Au bout de trois heures, quelques larmes coulent sur mon visage. Je viens de penser à mes enfants.

Je note l'heure sur mon cahier avec la mention "pause".
Je prends un temps pour moi.

Il y a des gens qui font des métiers très durs : pompiers, policiers, médecins, etc. Je lis ici ou là qu'ils s'endurcissent avec l'habitude, par force. Ils exercent leurs métiers avec passion et efficacité, malgré les drames qu'ils côtoient.

Je me rends compte que je n'arrive pas à m'endurcir. Que ma sensibilité gène mon activité d'expert judiciaire, du moins sur ce type de mission. Rien ne m'a préparé à cela, et je n'ai pas demandé à l'être. Je sais que bon nombre de confrères qui me lisent sont beaucoup plus forts que moi et arrivent à aller au delà de l'horreur pour se concentrer sur la mission.

Il y a les héros du quotidien, anonymes, qui surmontent leurs angoisses et leurs dégoûts pour le bien de la communauté. Et il y a les autres, dont je fais partie, ceux qui n'arrivent pas à s'habituer.

Je reprends l'analyse des images. L'utilisateur de l'ordinateur collectionne des images qui me terrifient. Je passe d'un cadavre décapité à une enfant au regard triste face à un sexe trop grand pour elle. Je la reconnais et j'en ai déjà parlé ici, il s'agit d'une petite fille qui revient souvent dans les collections pédopornographiques. Je l'ai surnommée Yéléna et elle hante souvent ma mémoire, parfois à des moments les plus saugrenus.

La matinée passe lentement. Je fais une pause repas avec les enfants et mon épouse. J'arrive à faire bonne figure, mais tout le monde sent que je suis un peu "en panne". J'explique que je suis fatigué et l'excuse passe comme une lettre à la poste. Je n'ose pas parler à mon épouse de ce que je vois. Je reste vague. Elle connaît la mission sur laquelle je travaille et n'insiste pas.

Je me ré-installe devant mon ordinateur et je continue à faire défiler les images. "Décidément, je le concevais, je m'étais embarqué dans une croisade apocalyptique. On est puceau de l'Horreur comme on l'est de la volupté." Écrivait Louis-Ferdinand Céline à propos de la guerre dans "Voyage au bout de la nuit". Comment aurais-je pu me douter de cette horreur en devenant expert judiciaire ?

Et pourtant la journée avait bien commencé avec le succès de la copie numérique du disque dur du scellé. Elle se terminera tard dans la nuit avec le transfert sur DVD des images et des films trouvés, et l'impression de quelques "morceaux choisis" qui feront le cauchemars de la greffière, du juge d'instruction et des avocats qui auront mon rapport entre les mains.

Partager ses cauchemars n'adoucit en rien son propre fardeau.

03 février 2017

Mi-temps

Ce billet est publié dans la catégorie "privée" et n'a aucun intérêt autre que pour mes proches (et encore ;-). Vraiment aucun intérêt, vous êtes prévenus.

Quand j'avais 7 ans, j'avais un petit rituel quotidien dont j'étais persuadé que si je le réussissais, j'allais vivre encore 100 ans : quand j'urinais, je faisais le tour de l'eau du fond de la cuvette sans toucher le bord extérieur, ni l'eau du fond, le tout sans éclabousser. Mesdames, vous avez là l'un des secrets qui peut occuper la vie des petits garçons...

Pendant toute l'année de mes 7 ans, j'ai réussi cet exploit sans faillir, à la grande joie de ma mère qui a certainement pensé que j'étais particulièrement propre, ou adroit (ou que j'urinais assis...).

Pendant toute l'année de mes 7 ans, j'ai réussi cette épreuve difficile, ce qui m'a permis de savoir, tout jeune, que j'allais vivre jusqu'à 107 ans !

Pourquoi en parler maintenant ? Et bien, pile aujourd'hui, j'ai 53,5 ans, et donc encore 53,5 années à vivre.

Je suis à la mi-temps de ma vie, avec encore plein de choses à faire :-)
Si la tête et le corps tiennent...