17 juillet 2018

25 ans dans une startup - billet n.10

Introduction - billet précédent

"La pédagogie désigne l'art de l'éducation. Le terme rassemble les méthodes et pratiques d'enseignement requises pour transmettre des compétences, c'est-à-dire un savoir (connaissances), un savoir-faire (capacités) ou un savoir-être (attitudes)." (source Wikipédia)

Je ne voudrais pas généraliser à partir de ma seule expérience, mais il me semble que les enseignants du supérieur sont quasiment tous lancés dans le grand bain sans une once de formation à la pédagogie. On appelle cela "l'enseignement par la recherche"... L'intervenant vient essayer de transmettre tant bien que mal son savoir, un peu de son savoir-faire, plus rarement de son savoir-être. Il n'a pas été formé à cela.

Je voudrais citer ici un extrait du livre de Michel Serres "Petite Poucette" :
Jusqu'à ce matin compris, un enseignant, dans sa classe ou son amphi, délivrait un savoir qui, en partie, gisait déjà dans les livres. Il oralisait de l'écrit, une page-source. S'il invente, chose rare, il écrira demain une page-recueil. Sa chaire faisait entendre ce porte-voix. Pour cette émission orale, il demandait le silence. Il ne l'obtient plus.
Formé dès l'enfance, aux classes élémentaires et préparatoires, la vague de ce que l'on nomme le bavardage, levée en tsunami dans le secondaire, vient d'atteindre le supérieur où les amphis, débordés par lui, se remplissent, pour la première fois de l'histoire, d'un brouhaha permanent qui rend pénible toute écoute ou rend inaudible la vieille voix du livre. Voilà un phénomène assez général pour que l'on y prête attention. Petite Poucette ne lit ni ne désire ouïr l'écrit dit. Celui qu'une ancienne publicité dessinait comme un chien n'entend plus la voix de son maître. Réduits au silence depuis trois millénaires, Petite Poucette, ses sœurs et ses frères produisent en chœur, désormais, un bruit de fond qui assourdit le porte-voix de l'écriture.
Pourquoi bavarde-t-elle, parmi le brouhaha de ses bavards camarades ? Parce que, ce savoir annoncé, tout le monde l'a déjà. En entier. À disposition. Sous la main. Accessible par le Web, Wikipédia, portable, par n'importe quel portail. Expliqué, documenté, illustré, sans plus d'erreurs que dans les meilleures encyclopédies. Nul n'a plus besoin des porte-voix d'antan, sauf si l'un, original et rare, invente.
Fin de l'ère du savoir.
Me voilà donc à la fois en train de découvrir la pédagogie, mais aussi les effets de la révolution numérique : les étudiants n'écoutent plus aussi facilement.

Problème : ma hiérarchie me demande d'enseigner à l'ensemble de l'amphithéâtre... Pas uniquement aux deux premiers rangs occupés, mais à l'ensemble des étudiants de la promotion. Pas uniquement aux étudiants souhaitant assister à mon cours, mais faire en sorte que tous les étudiants soient présents, y compris ceux ayant pensant avoir mieux à faire ailleurs...

Il faut donc faire l'appel (en amphi!), rendre le cours intéressant, maintenir l'intérêt des étudiants pendant 2h de suite, faire en sorte qu'ils soient présents, attentifs, concentrés, prêts à écouter, comprendre, apprendre, retenir l'ensemble des informations que je vais leur transmettre...

Bref, il faut que j'essaye d'être un bon pédagogue, un bon policier, un bon juge, un bon animateur, un bon psychologue. Ferme mais juste.

Après moult essais et erreurs, voici ce que j'ai mis en place.

A suivre...

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

12 juillet 2018

25 ans dans une startup - billet n.9

Introduction - billet précédent

Je n'ai jamais fait de cours avant. Mon poste précédent de Maître de conférences me cantonnait au suivi de travaux pratiques (TP) et à quelques cours de formation continue en effectif réduit.

Il s'agit cette fois d'assurer un cours dans un amphithéâtre, face à une promotion d'une centaine d'étudiants.

Ma seule expérience face à un auditoire aussi nombreux, je la devais à un colloque effectué à la suite de mon DEA, et que j'ai déjà racontée ici (lire le billet "tribun du troisième âge"). Autant dire que je n'en menais pas large.

Il n'y a pas si longtemps, j'étais assis à leurs places dans des amphithéâtres à regarder des professeurs inconnus démarrer leurs cours. En 10s ils étaient catalogués : prof pénible, prof inaudible, prof terne... 10s !

Mon cœur bat à 3Hz...

Me voici dans l'amphithéâtre, à regarder les étudiants s'installer. Eux-même me regardent avec curiosité. Quelques semaines auparavant, ils étaient en terminale dans une salle de classe. Ils sont intimidés par ce grand amphithéâtre.

J'attends que tout le monde soit assis. J'installe mon premier transparent sur le rétroprojecteur. Je regarde mes mains : elles tremblent un peu. Je les pose sur le rétroprojecteur en faisant face aux étudiants. Je m'éclaircis la voix.

"Bonjour à tous. Je vois que certains sont un peu intimidés. Sachez que c'est mon cas aussi, car, comme vous, il s'agit de mon premier cours en amphithéâtre."

Je vois quelques sourires sur les visages de certains étudiants qui regardent au-dessus de mon épaule. Je jette un œil derrière moi et je vois que le léger tremblement de mes mains posées sur le rétroprojecteur est amplifié sur l'immense écran derrière moi. Je retire mes mains, j'ajoute "comme vous pouvez le voir", je respire un grand coup et je me lance dans le grand bain.

2h plus tard, les étudiants sortent. J'en retrouve quelques uns dans le laboratoire informatique à déballer des cartons. Je leur demande si le cours s'est bien passé. Ils me rassurent, et me disent que si ma voix était un peu tremblante au début, ils ont aimé le "show".

Je venais de remporter la plus importante de toutes les auditions !

Il me reste maintenant à concrétiser.

Billet suivant

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Source Pexels


10 juillet 2018

25 ans dans une startup - billet n.8

Introduction - billet précédent

Rentrée de septembre 1993. Me voici assis dans mon bureau, entouré d'inconnus, dans un lieu inconnu, avec des étudiants inconnus, et un programme pédagogique inconnu...

Le directeur des études me donne un mois pour mettre sur pied mes premiers cours. Je m’attelle à la tâche. Premièrement, prendre contact avec les enseignants vacataires ayant officié l'année précédente. Les rassurer et leur présenter la feuille de route que j'ai établie (établir la feuille de route). Prendre progressivement la mesure des responsabilités qui sont les miennes et les enjeux pour les étudiants. Établir les grandes lignes d'un cours d'initiation à l'algorithmique basé sur le langage Pascal, jeter les bases des TP associés. Faire de même avec le cours d'algorithmique avancé associé au langage C. Préparer deux conférences pour les 5e années.

L'avantage d'une embauche dans une startup, le seul en fait, est de participer au lancement de quelque chose. L'école a déjà 3 ans quand je la rejoins, et donc trois (petites) promotions d'étudiants aux profils d'aventuriers. Nous sommes une dizaine d'employés à les encadrer. En fait, tout le monde entraide tout le monde : l'équipement est à déballer dans les nouveaux bâtiments construits par le département, la pédagogie est à (co)construire.

Des étudiants enthousiastes aident le technicien informatique à ouvrir les cartons des nouveaux ordinateurs, et à installer les tables et les chaises. Bien entendu, je suis avec eux, à découvrir nos nouveaux jouets : des stations de calcul sous HP-UX et des ordinateurs "compatibles IBM PC" sous Windows 3.1. Nous branchons tout cela sur le réseau Novell Netware flambant neuf.

Les rôles entre le technicien informatique et moi sont clairs : il s'occupe de tout, je m'occupe de l'enseignement. Comme il ne m'est pas hiérarchiquement rattaché, je ne suis pas son chef, je ne lui donne pas d'ordre. Ok, ça me va, j'ai suffisamment à faire de mon côté. Je crois qu'il m'aime bien, parce qu'il voit bien que je le respecte, malgré tous mes diplômes. Et que je le laisse tranquille.

Non seulement je le respecte, mais j'apprends plein de chose avec lui. Le savoir-faire concernant le réseau Apollo Token-Ring (avec des contacts en or !) que j'avais mis en place dans mon travail précédent ne m'est pas d'une grande utilité : je découvre Ethernet 10BASE-T, l'administration réseau Novell, la gestion des comptes, le brassage des prises, l'assemblage de PC...

Dans cette effervescence, je rédige les premiers chapitres de mes cours. Et fatalement, arrive le premier cours en amphithéâtre.

Je n'ai jamais fait cours avant...

Billet suivant

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Source YouTube



05 juillet 2018

25 ans dans une startup - billet n.7

Introduction - billet précédent

Qu'est-ce que j'aimerais qu'un jeune élève-ingénieur généraliste retienne de ce que je pourrais lui enseigner de l'informatique (sachant qu'il n'en retiendra qu'une partie) ?

Nous sommes alors en 1993, j'ai 30 ans, et, en tant que jeune ingénieur, l'informatique est pour moi une discipline qui est à la fois théorique et pratique : théorique en ce qu'elle est une méthode de résolution de problème (génie logiciel), et pratique car elle propose des solutions concrètes (grâce aux matériels et aux logiciels). Je jette en vrac mes idées sur le papier, je les organise et voici le résultat (soyez indulgents) à la fin des 30 mn :

1ère année (accueil des bacheliers) : Algorithmique + langage Pascal + Windows 3.1
2e année : Initiation à la gestion de projet + TP projets + réseaux IP & IPX
3e année (les taupins et DUT rejoignent l'effectif) : Algorithmique avancée + langage C + architecture PC
4e année : Génie logiciel + MERISE + bases de données + UNIX + temps réel
5e année (1/2 année) : Conférences sur les sujets à la mode (calcul des images de synthèse par lancer de rayons, calculs parallèles, réseaux de neurones, internet...)

J'explique que l'algorithmique est une méthode de résolution de problèmes qui permet de structurer la pensée, que l'approche "en mettant les mains dans le cambouis" permet de montrer des solutions concrètes qui peuvent facilement être en lien avec d'autres disciplines (asservissement, commande, identification...) et que la gestion de projet doit permettre d'apprendre à travailler en équipe en montrant l'importance des échanges, des jalons et de leurs franchissements...

C'est l'été. L'entretien se passe bien. Je fais bonne impression. La startup me fait bonne impression. Je suis pris. Je signe le CDI. Je démissionne de mon poste de Maître de conférences. Je quitte Paris. Je me marie. Je pars en voyage de noces. J'emménage en lointaine province inconnue. Ma femme tombe enceinte. L'été 1993 est un bon été.

Ma deuxième vie professionnelle vient de démarrer.

La vie est belle, mais septembre 1993 approche, et avec lui, la rentrée.

Billet suivant

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.










03 juillet 2018

25 ans dans une startup - billet n.6

Introduction - billet précédent

Une école privée... Moi qui suis le pur produit de l'enseignement public, avec deux parents instituteurs. Je me renseigne un peu plus : il s'agit d'une association loi 1901 qui gère des bâtiments et des équipements publics mis à disposition par un département désireux de développer son bassin d'emploi. Le projet a l'air sérieux, la ville sympa : j'envoie mon dossier de candidature.

Quelques jours plus tard, je reçois un coup de fil pour planifier l'entretien de recrutement, et le jour J, je prends ma petite et fidèle voiture pour traverser une partie de la France. Me voici face au directeur de l'école.

"Nous sommes une startup qui a maintenant 3 ans. Nous avons montré à nos partenaires que notre projet d'école est sérieux, et maintenant nous recrutons notre équipe d'enseignants-chercheurs-ingénieurs-chefs-de-projet. Pour le poste sur lequel vous postulez, nous cherchons une personne qualifiée pour mettre sur pied le programme d'enseignement de l'informatique et encadrer une équipe de professeurs vacataires. Nous vous proposons de préparer pendant une demi-heure un plan de vos idées sur le sujet, puis de nous faire une présentation d'une demi-heure, suivie d'un échange avec le directeur des études."

Moi: "Vous voulez que je vous prépare en une demi-heure le programme idéal d'enseignement de l'informatique d'une école d'ingénieurs ?"

Le Directeur: "Oui. Et que vous nous le présentiez en argumentant".

Il me laisse seul dans la salle de réunion, face à une page blanche, avec cette question en tête: qu'est-ce que je ferais pour former à l'informatique les élèves-ingénieurs d'une école privée généraliste en cinq ans ?

Je regarde ma montre: il me reste 29mn.

Billet suivant

--------------
Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Photo Pexels