19 juillet 2018

25 ans dans une startup - billet n.11

Introduction - billet n.10

Sur le sujet de la pédagogie : rien que cette matière mériterait une saga entière de plusieurs tomes ;-)

Pour faire cours court, voici mes quelques règles de base :
- Appel. On ne peut pas espérer transmettre un savoir sans un minimum de présentiel. Mon cours n'est pas un MOOC. Je commente beaucoup de choses en direct live. Je fais donc circuler une feuille d'émargement que je ne quitte pas des yeux pendant le premier quart d'heure. J'accepte tous les retardataires tant qu'ils ne dérangent pas le cours (lire cette anecdote à ce sujet). Comme je sais que certains signent pour d'autres, au bout de trois amphis, je compare les signatures et, au cours suivant, j'appelle à voix haute les suspects d’absentéisme récurrent. En général, personne ne répond : effet garanti, et l'amphi est ensuite plein jusqu'à la fin du module.

- Discipline. J'ai la chance d'avoir une voix de Stentor qui me permet de surmonter le brouhaha. Je me déplace tout autour des étudiants et reste parfois tout en haut de l'amphi. Cela les intrigue et remet le dernier rang dans la course. J'essaye de faire varier le cours entre répétitions, interactions et anecdotes pour maintenir l'attention.

- Pause. Je fais une pause au bout d'une heure de cours. Les étudiants sortent 5mn, on perd un quart d'heure, mais l'attention peut de nouveau être soutenue. Tout le monde y gagne.

- Structure du cours. Je fais souvent des retours arrière, qui agacent les bons élèves, mais qui permettent aux moins bons de rester dans la progression. Je demande aux étudiants de faire des autoévaluations entre deux cours pour les aider à apprendre. Je les encourage à poser des questions en TD et en TP.

- A quoi ça sert. Je donne beaucoup d'exemples, les plus concrets possibles. L'algorithmique ne sert pas qu'à faire de la programmation. C'est une méthode de résolution de problèmes, par décomposition en sous problèmes jusqu'à ce que chaque sous problème soit simple à résoudre. Un peu comme la rédaction d'une notice de montage de meuble en kit...

- Ludique. Apprendre à programmer un jeu de dames, non pas chacun de son côté, mais en travaillant en mode projet : un seul programme de jeu de dames, mais développé par 100 personnes, est un excellent moyen de mettre en pratique les méthodes de gestion de projet. Chacun a une tâche relativement simple à faire, les problèmes mis en valeur se retrouvent surtout dans la coordination.

- Personnaliser. Chaque étudiant est unique. Il faut trouver le juste équilibre pour permettre à chacun d'y arriver. Il y a ceux qui travaillent pour payer leurs études, ceux qui ont besoin de temps pour acquérir des connaissances, ceux qui ont un poil dans la main, ceux qui aiment la discipline, ceux qui la détestent... Il faut discuter avec les étudiants (cafétéria, pauses, activités périscolaires...), essayer de les connaître, laisser sa porte ouverte, convoquer ceux en difficulté avant que les difficultés ne deviennent insurmontables, etc. Il faut respecter chaque personnalité et la laisser s'exprimer sans la juger. Former sans déformer. Ni moule, ni moules.

- Évaluer pour former. Je fais très attention à ce que les différentes évaluations des connaissances des étudiants que je réalise ne deviennent pas une évaluation de mon manque de pédagogie. J'insiste lourdement sur les points importants : "si vous ne deviez retenir que peu de choses de ce cours, celle-ci en fait partie". Si je constate que la moyenne de la promotion à un devoir est très basse, c'est souvent que j'ai raté quelque chose : soit j'ai été nul dans mes explications, soit j'ai mal rédigé mon sujet d'examen, soit mon barème est mauvais. Dans tous les cas, je suis en faute. Soit j'annule l'épreuve, en expliquant pourquoi aux étudiants et je recommence si possible, soit je modifie mon barème.

Une première année passe, puis une deuxième, et alors que je consacrais toute mon énergie à essayer de devenir un bon enseignant former de bons ingénieurs, tout à coup, au bout de trois ans, le technicien responsable de l'informatique démissionne.

Sa décision allait changer ma vie...

Billet n.12

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.



2 commentaires:

  1. Idem ! Surtout les soirs d'insomnies où j'aurais pu lire encore 500 billets comme ceux-ci d'une traite.

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.