24 juillet 2018

25 ans dans une startup - billet n.12

Introduction - billet n.11

Après trois années dédiées pleinement à la pédagogie, avec beaucoup de choses à apprendre, beaucoup de progrès à faire, j'ai complètement arrêté la recherche, d'autant plus que la startup ne développe aucun axe de recherche en informatique, et que je n'ai pas vraiment l'étoffe pour proposer de créer ex nihilo un programme de recherche avec les financements qui vont avec.

Mais sans recherche, comment rester dans le coup, techniquement ?

Bien sûr, je fais de la veille sur tous les sujets qui le nécessitent, et j'ai déjà beaucoup à faire sur mon périmètre fonctionnel : suivi des étudiants, révision du cours, animation de l'équipe de vacataires, modification des sujets de TD et de ceux de TP, enseignements en amphis, TD et TP, mise en place de projets techniques, encadrement de stagiaires, évaluation des apprentissages, participation à la promotion de l'école dans les différents salons et forums post-bac...

Mais le départ du technicien informatique, n'est-ce pas là l'occasion de revenir à mes premières amours : mettre l'informatique au service des utilisateurs ? De remplacer l'activité de recherche et son dynamisme intellectuel par une activité similaire mais plus concrète et appliquée : la gestion de l'informatique d'une entreprise naissante ? D'utiliser ma double formation d'ingénieur et d'enseignant-chercheur ?

Après mûre réflexion, je suis allé voir le directeur général et je lui ai fait la proposition suivante : "Je vous propose de créer le poste de responsable informatique et de me mettre sur cette fonction à mi-temps. Une seule condition : un rattachement hiérarchique directement à vous-même, et non plus au directeur administratif et financier. L'informatique ne doit pas être vue uniquement comme un centre de coût, mais comme un outil transversal au service de tous, avec éventuellement des arbitrages à votre niveau."

Il m'a répondu "Ok, mais je vous préviens, vous serez à plein temps sur la fonction, en plus de votre fonction actuelle..."

J'ai signé.

Le lendemain, les problèmes tombaient comme à Gravelotte.

Billet n.13

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.