30 août 2018

25 ans dans une startup - billet n.23

Introduction - billet n.22

En 2002, je commençais à avoir un système informatique qui ressemblait à quelque chose de sérieux : le câblage réseau était neuf, les actifs réseaux aussi, nos serveurs Novell Netware tournaient comme des horloges et offraient d'excellents services d'impression et de stockage de fichiers.

Mais tous les éditeurs de logiciels abandonnaient progressivement leurs développements sur ce système d'exploitation réseau. A chaque réunion avec les prestataires ou avec les commerciaux des différentes solutions de paie, de gestion RH, de sauvegardes ou même d'impression, j'avais droit au même regard étonné : "Ah bon, vous utilisez encore Novell ?"...

J'ai un avis très personnel sur ce qu'est un bon système d'exploitation réseau, et Novell Netware était pour moi une excellente solution. Nous en maîtrisions tous les aspects techniques et nous avions consciencieusement suivi toutes les évolutions du produit Netware, en particulier sa version 6.0. Le choix initial de Novell Netware ne m'appartenait pas, puisqu'il avait été fait par mon prédécesseur. Mais il m'appartenait de décider de persister dans cette voie, ou de renverser la table. C'est le genre de décision qui peut faire sauter un responsable informatique... Donc l'avis professionnel doit passer avant l'avis personnel.

Après la crise de gouvernance du début de siècle, la startup se développait bien, et n'avait plus rien à voir avec les débuts que j'avais connus. Le nom même de "startup" n'a d'ailleurs plus de sens en 2002 tant l'entreprise était arrivée à s'ancrer dans le paysage de son secteur d'activité. Par commodité de langage et d'écriture, et parce que le service informatique allait longtemps rester bloqué dans ce mode, je conserverai dans ce récit l'appellation "startup".

Mais j'ai maintenant, en 2002, affaire à 500 utilisateurs quotidiens, sur 200 ordinateurs répartis dans une dizaine de salles et une vingtaine de bureaux. Le système d'exploitation est majoritairement Windows 98 avec un client Netware, les salles de CAO sont sous Windows NT 4 qui est venu remplacer les stations de travail HPUX, les serveurs sont sous Novell Netware 6.0 ou sous Red Hat Linux qui a remplacé notre distribution Yggdrasil Linux/GNU/X.

Chaque migration nous demande de découvrir de nouveaux outils et de nouvelles pratiques. Nous sommes toujours trois, mes deux techniciens et moi, à assurer le support auprès des utilisateurs, l'administration réseau, l'administration des serveurs et des postes de travail, les achats informatiques et la stratégie d'évolution.

Je décide de faire le grand saut, et à l'occasion du remplacement du hardware de nos vieux serveurs, nous passons sur des serveurs racks, dans une nouvelle baie de serveurs, sur lesquels nous installons des Windows 2000 server pour héberger nos fichiers, nos services d'impression et un active directory tout neuf.

Les sauvegardes sont assurées par ARCserve vers un robot de bandes DAT au format DDS.

Les postes clients passent progressivement sous Windows XP fraîchement sorti.

L'accès internet, son parefeu, les règles de NAT, l'hébergement web et le serveur webmail SquirrelMail restent sous GNU/Linux.

Nous découvrons l'administration Windows, et ses écrans bleus de la mort...

Billet n.24

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Image générée avec http://atom.smasher.org/error/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.