06 septembre 2018

25 ans dans une startup - billet n.25

Introduction - billet n.24

En 2006, cela fait déjà 7 ans que je suis expert judiciaire en informatique. Je suis donc sollicité par les magistrats de ma région lorsqu'ils le souhaitent, dans des dossiers où l'informatique intervient directement ou indirectement.

Les enquêteurs de la Police Nationale ou de la Gendarmerie commencent eux-aussi a être doucement équipés d'ordinateurs, mais ils sont encore nombreux à taper sur de vieilles machines à écrire, ou à utiliser leur matériel personnel. Mais surtout, les OPJ formés à l'analyse des scellés informatiques sont encore peu nombreux. Le gendarme N'Tech de mon département est débordé de demandes et les délais sont longs.

Les magistrats me sollicitent donc beaucoup. Surtout dans des dossiers de recherche d'images et de vidéos pédopornographiques.

Le problème est que je me retrouve confronté à ces images et ces films, alors que je n'y suis pas du tout préparé. Je suis papa, en plus, de trois jeunes enfants. De voir des enfants torturés et exhibés me remue profondément.

J'ai donc ouvert ce blog, en écrivant le premier billet intitulé "Pourquoi un blog ?". Mais dans les billets de 2006, se trouve la vraie raison d'ouverture de ce blog. Dans le billet "L'horreur de la pédophilie", la fin est la suivante :
Un dossier pédophile, c'est un expert judiciaire qui pleure tout seul dans son atelier.
On n'en parle pas autour d'une table, on n'en parle pas à la TV, on n'en parle pas sur les blogs. On travaille en silence, consciencieusement, et avec nous les gendarmes, la police, les greffiers, les magistrats, et d'autres, qui luttent contre ce fléau.

Ce billet est une thérapie personnelle.
Je commence à m'intéresser de plus près à la société dans laquelle je vis : le fonctionnement de la justice, les lois, ceux qui les écrivent, etc. J'assiste à mon premier conseil municipal dans le public. Ma conscience politique s'éveille.

Tout doucement, je m'ouvre au monde. Je commence à discuter avec des inconnus à travers ce formidable outil qu'est internet, d'autres choses que d'informatique. Je rencontre des blogueurs et des lecteurs IRL. Je mûris un peu.

Pendant ce temps, la startup grandit et nous décidons d'exporter notre modèle de formation dans un pays en pleine croissance : le Maroc.

Billet n.26

--------------

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.


3 commentaires:

  1. Par curiosité:
    avant de vous exposer à un sujet aussi lourd que la pédophilie, ne vous a t on pas proposé d'en discuter avec un psychologue/ un psychiatre? Notamment sur l'impact que risquait d'avoir sur un citoyen standard (vous) la vision de telles horreurs auquel rien dans votre parcours professionnel ne vous avait préparé?
    C'est une chose de découvrir les traces de fichier image. C'en est une autre de voir de "vraies" images d'enfants torturés. Même pour les images extrêmes, cela demande un certain blindage qu'on n'acquiert pas en un jour...
    J'ai connu des étudiants de médecine qui en deuxième année ont vomis lors de la première dissection d'un cadavre "bien propre", bien préparé ( -bon il y a aussi la sollicitation des autres sens (odorat, toucher) dans ce cas là- ). Alors que le net nous permet d'un simple clic de voir des corps décomposés dans un état avancé, grouillants de vermine, etc. sans aucune préparation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais. Et quand vous connaissez le budget de la justice française, vous comprenez que c'est le soucis n.3948567356...

      Supprimer
    2. Je dois admettre que, confronté à un cas similaire que je ne préfère pas mentionner ici, j'avais moi-même été consulter un psychiatre (un ami) pour avoir les outils pour gérer la situation. Mais je connais ce milieu (psy) donc j'avais peut-être moins d'appréhension que d'autres à aller consulter.
      Les méandres de l'esprit humain peuvent être assez terrifiants pour qui s'y aventure sans filet.

      Supprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.