01 mai 2019

Le junior aux cheveux blancs

C'est une sensation étrange que de repartir de zéro. Je suis pourtant sûr que beaucoup de monde a vécu cette expérience. Un magistrat qui devient vigneron, un commercial dans un grand groupe qui devient chocolatier, ou un salarié qui devient entrepreneur, savent de quoi je parle : ce sentiment de repartir de rien, d'essayer de construire quelque chose sur de nouvelles compétences à acquérir, en faisant le deuil de compétences qui ne servent plus.

Moi, c'est plus simple : de Directeur des Systèmes d'Information (DSI), je suis devenu Responsable de la Sécurité du Système d'Information (RSSI). Ça sonne presque pareil, et puis c'est toujours dans l'informatique.

C'est vrai. Mais ces deux fonctions n'ont presque rien à voir entre elles. Le DSI que j'étais, décidait des orientations des évolutions du système d'information de mon entreprise (le schéma directeur), puis négociait le budget associé, puis mettait en musique les décisions qui en découlaient (les mains dans le cambouis). Et nous faisions des miracles.

Le RSSI a une toute autre fonction, plus spécialisée bien sûr, mais qui demande d'autres compétences. La sécurité informatique est une jeune science où le RSSI est en posture de défense, face aux attaquants de tous poils. Et pour cela, il faut de solides connaissances techniques, sur lesquelles il faut construire de solides connaissances méthodologiques (et l'inverse !).

Quand on vient de sortir d'une école où l'on a appris toutes ces connaissances, c'est "facile" : il ne manque que l'expérience. Cette expérience pourra, par exemple, s'acquérir dans une société de service dédiée à la sécurité, ou à l'ANSSI avec un CDD de trois ans très bien vu sur un CV (petit salaire mais grosse notoriété). Quand on a 55 ans et que sa formation initiale date de plus de 30 ans, c'est une autre paire de manche : l'expérience est là, mais les connaissances techniques et surtout méthodologiques, peuvent laisser à désirer, ou dater quelque peu.

J'ai la chance d'avoir été bien accueilli par une équipe d'ingénieurs qui, passé le moment gênant où ils se demandaient ce qu'allait bien pouvoir leur apporter ce (presque)grand-père, a accepté de m'initier à leur système d'information bien plus complexe que celui que j'avais mis en place dans ma vie professionnelle antérieure.
Et surtout, j'ai bien prévenu que je ne deviendrai jamais aussi bon qu'eux dans leur domaine d'expertise respectif. Ce n'est ni mon objectif, ni ma fonction.

Beaucoup d'entreprises n'ont pas de RSSI et gèrent pourtant malgré tout la sécurité informatique : un administrateur réseau, un développeur logiciel ou un responsable informatique sont des professionnels qui doivent savoir intégrer la sécurité dans leurs activités (et qui connaissent son importance... et ses limites).

Finalement, on peut comparer tout cela à un groupe de musiciens qui composent, s'exercent, se corrigent, s'entrainent et enfin se produisent en public, sur des petites scènes, puis sur des grandes scènes. Ils n'ont pas besoin d'un chef d'orchestre pour leur donner le rythme, l'un d'entre eux s'y colle en général (par exemple le batteur).

Les problèmes peuvent apparaître quand le nombre de musiciens augmente. Dans un grand orchestre, il faut une personne qui donne le rythme. Cette personne n'est pas nécessairement un virtuose d'un instrument (même si elle peut l'être), et surtout, elle ne peut pas remplacer chacun des membres de l'orchestre.

Le RSSI peut être ce chef d'orchestre en matière de sécurité : il coordonne les moyens, les techniques, les méthodes, les procédures, etc. qui permettent d'améliorer la sécurité. Il n'est pas nécessairement expert d'un domaine pointu (pentesteur, admin réseau...) même s'il peut l'être. Mais surtout, il ne peut pas à lui tout seul gérer la sécurité informatique de toute l'entreprise, ni se substituer à tous les professionnels sur lesquels cette sécurité repose. Ma hantise du moment est qu'un certain nombre de personnes de l'entreprise se disent "ah maintenant je ne crains plus rien concernant les attaques informatiques, puisque le RSSI est là !".

De même que l'harmonie musicale d'un orchestre est l'affaire de tous les musiciens, du chef d'orchestre, de la qualité des instruments, de la salle, de l'historique du groupe, la sécurité est l'affaire de tous : l'équipe réseaux, l'équipe de développement, l'équipe support, le RSSI, les moyens financiers et tous les utilisateurs qui manipulent des logiciels et des données.

Pour l'instant, dans mon reboot professionnel, mes seules armes sont ma volonté de mettre le feu à mes neurones, et mes 20 années d'expertises judiciaires où j'ai pu constater in situ beaucoup d'erreurs à ne pas faire, et où j'ai pu étudier les chapeaux noirs pour essayer d'être un chapeau blanc.

Il me faut accepter d'être un junior aux cheveux blancs.
Ad augusta per angusta (Victor Hugo, Hernani, mot de passe des conjurés)

It's the hat

8 commentaires:

  1. Je ne doute pas de votre succès... à ce propos, question idiote : vous dpnne-t-on des objectifs, chiffrés ou non, pour s'assurer que la sécurité s'améliore ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le jour de mon arrivée, on m'a donné une liste de missions pour 2019, avec points à faire tous les mois. J'ai également des indicateurs clefs de performance (KPI) à fournir, mais je suis plus dubitatif sur ces derniers.

      Supprimer
  2. Cool d'avoir rebondi. :D
    (on attend la suite des aventures)
    (faudra changer le nom du blog ;) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis toujours informaticien expert judiciaire ;-)

      Supprimer
  3. Bonjour Zythom,

    Vous m'avez (nous ?) manqué !
    Travaillant moi meme dans la cyber, après une reconversion reussie, je ne peux que vous encourager et rester admiratif devant votre parcours.

    Cela doit bien faire depuis 4 ou 5 ans que je viens lire ici. Vous etes une source d'inspiration précieuse a mes yeux

    Longue vie a ce Blog. Et Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça va vous faire tout bizarre de voir un noob écrire sur votre cœur de métier ;-)

      Supprimer
  4. Je vous souhaite bonne chance dans votre nouveau boulot, et surtout bravo pour la reconversion ou le changement de direction. Il n'est jamais facile de sortir de sa zone de confort.
    N'oubliez pas de nous donner de vos nouvelles.

    RépondreSupprimer
  5. Je sais que le timing n'est pas bon puisque vous venez de prendre un nouveau poste. Mais vous qui avez plusieurs fois expliqué votre intérêt pour l'ANSSI, je viens de tomber sur cette annonce sur LinkedIn: https://www.linkedin.com/jobs/view/879323798/

    RépondreSupprimer

Lectrice, admiratrice, avocate, magistrate, programmeuse, dessinatrice, chère consœur, femmes de tous les pays, lecteur, j'ai toute confiance en vous pour prendre bien soin de vérifier que votre prose est compatible avec les normes orthographiques et grammaticales en vigueur. Et si vous pouviez éviter les propos insultants ou haineux, je vous en serais reconnaissant.
N'hésitez pas à respecter ces quelques règles qui peuvent même s'appliquer en dehors de ce blog.

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Votre message apparaîtra sur le blog dès que le modérateur l'aura approuvé. Merci de votre patience.