Affichage des articles dont le libellé est Culture. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Culture. Afficher tous les articles

25 février 2016

L'expert judiciaire et les accords toltèques

Source image Wikipédia
J'ai découvert les accords toltèques lors d'une formation dans mon groupe GERME. J'ai trouvé que cette discipline de vie pouvait remarquablement s'appliquer à l'activité d'expert judiciaire.

Un peu d'histoire :

Miguel Ruiz est un neurochirurgien mexicain qui a failli mourir lors d'un accident de voiture. après ce drame, il change radicalement sa vie : il abandonne la médecine et se consacre aux savoirs anciens de ses ancêtres toltèques. Il a écrit en 1997 un livre qui est devenu rapidement un best-seller mondial : "les quatre accords toltèques". Il est aujourd'hui conférencier à travers le monde et auteurs de plusieurs livres, dont "Le cinquième accord toltèque" en 2010.

Les accords toltèques sont très simples à énoncer, mais derrière cette simplicité se cache une puissance qui peut servir de philosophie de vie, de principe de management ou encore de base personnelle de progrès.

A titre personnel, je suis plutôt bien en phase avec les accords toltèques, mais j'ai beaucoup de marges de progrès sur plusieurs d'entre eux. Ils m'ont été présentés dans le cadre du management (un management avec des valeurs humanistes), mais ce qui m'intéresse ici, c'est de voir comment ils peuvent s'appliquer à l'activité d'expert judiciaire.

Entrons dans le vif du sujet.


Accord n°1 : Que votre parole soit impeccable.
Parlez avec intégrité. Ne dites que ce que vous pensez vraiment. Évitez d'utiliser la parole pour vous exprimer contre vous-même ou pour médire d'autrui. Utilisez la puissance de la parole dans le sens de la vérité et de l'amour.
(source "Pratique de la voie toltèque" par Don Miguel Ruiz)

Lors d'une réunion d'expertise, les mots ont une importance capitale. L'atmosphère est souvent très électrique, voire explosive. Les parties sont en litige, des courriers recommandés ont été échangés, les avocats sont intervenus et ont mis en lumière des accusations souvent douloureuses, le magistrat sollicite votre avis (technique). Si le mot "amour" n'a pas nécessairement sa place dans ce contexte, le mot "vérité" prend une importance toute particulière. Vous n'êtes pas là pour faire de la diplomatie, ni pour juger les parties, mais pour remplir une fonction de la manière la plus objective, la plus scientifique possible, "en votre honneur et en votre conscience".

La parole n'est pas seulement un son mais est aussi un symbole écrit. Le rapport remis par l'expert judiciaire doit être "impeccable", mot qui vient du latin pecatus (péché) avec le radical im- (sans). Un rapport sans péché, sans défaut, qui va dans le sens de la vérité. Le mauvais usage de la puissance de la parole crée l'enfer. On l'utilise pour médire, pour critiquer, pour culpabiliser, pour détruire. Ce n'est pas le rôle attendu de l'expert judiciaire.

Depuis quelques années, je pratique des exégèses expertales, c'est-à-dire des contre-expertises privées, où il m'arrive souvent d'avoir à critiquer le travail réalisé par un confrère. C'est pour moi un exercice difficile, parfois, de bien peser les mots que j'utilise, sans pour autant tomber dans la langue de bois. "Que votre parole soit impeccable" semble être une évidence, mais plus j'y réfléchit, et plus je me rends compte que ce point est important et difficile.


Accord n°2 : Quoiqu'il arrive, n'en faites pas une affaire personnelle.
Vous n'êtes pas la cause des actes d'autrui. Ce que les autres disent et font n'est qu'une projection de leur propre réalité, de leur propre rêve. Lorsque vous êtes immunisé contre les opinions et les actes d'autrui, vous n'êtes plus la victime de souffrances inutiles.(source "Pratique de la voie toltèque" par Don Miguel Ruiz)

Dans un débat contradictoire (au sens "en présence de toutes les parties"), chacun défend sa position, son opinion, ses intérêts. Le devoir de l'expert est dans la recherche de la vérité. Lorsqu'il s'en approche, et qu'il le fait nécessairement savoir, il devient la cible des coups d'une des parties. Pour autant, il ne faut pas en faire une question personnelle. Sauf en cas d'agression, bien entendu (relire le billet "les risques du métier" à ce sujet).

Lorsque vous faites une affaire personnelle de ce qui vous arrive, vous vous sentez offensé et votre réaction consiste à défendre vos croyances, ce qui provoque des conflits. Vous faites tout un plat d'un petit rien, parce que vous avez besoin d'avoir raison et de donner tort à autrui. Vous vous efforcez aussi de montrer que vous avez raison, en imposant votre opinion aux autres.

Le magistrat vous demande votre avis. Cela ne veut pas dire que vous devez arriver à modifier les opinions des autres. Surtout les opinions qu'ils ont sur vous, ou du moins susceptibles de vous atteindre personnellement.

C'est un point sur lequel j'ai encore beaucoup de progrès à faire : je suis par exemple très sensible aux attaques personnelles que le philosophe allemand Arthur Schopenhauer appelle "Argumentum ad personam" dans son ouvrage "l'Art d'avoir toujours raison" :
Extrait de Wikipédia
« Si l’on s’aperçoit que l’adversaire est supérieur et que l’on ne va pas gagner, il faut tenir des propos désobligeants, blessants et grossiers. Être désobligeant, cela consiste à quitter l’objet de la querelle (puisqu’on a perdu la partie) pour passer à l’adversaire, et à l’attaquer d’une manière ou d’une autre dans ce qu’il est : on pourrait appeler cela argumentum ad personam pour faire la différence avec l’argumentum ad hominem. Ce dernier s’écarte de l’objet purement objectif pour s’attacher à ce que l’adversaire en a dit ou concédé. Mais quand on passe aux attaques personnelles, on délaisse complètement l’objet et on dirige ses attaques sur la personne de l’adversaire. On devient donc vexant, méchant, blessant, grossier. C’est un appel des facultés de l’esprit à celles du corps ou à l’animalité. Cette règle est très appréciée car chacun est capable de l’appliquer, et elle est donc souvent utilisée. La question se pose maintenant de savoir quelle parade peut être utilisée par l’adversaire. Car s’il procède de la même façon, on débouche sur une bagarre, un duel ou un procès en diffamation. »

Il est évident que l'expert judiciaire ne doit pas se placer sur ce terrain, ni se laisser y emmener. Quoiqu'il arrive, n'en faites pas une affaire personnelle.


Accord n°3 : Ne faites pas de suppositions.
Ayez le courage de poser des questions et d'exprimer ce que vous voulez vraiment. Communiquez le plus clairement possible avec les autres, afin d'éviter les malentendus, la tristesse et les drames. Avec ce seul accord, vous pouvez complètement transformer votre vie.
(source "Pratique de la voie toltèque" par Don Miguel Ruiz)
Nous avons tendance à faire des suppositions à propos de tout. Le problème est que nous croyons ensuite que ses suppositions sont devenue la vérité. Nous serions parfois prêt à jurer qu'elles sont vraies. Il est très intéressant de voir comment l'esprit humain fonctionne. L'Homme a besoin de tout justifier, de tout expliquer, de tout comprendre, afin de se rassurer. Il y a des millions de questions auxquelles nous cherchons les réponses, car il y a tant de choses que notre esprit rationnel ne peut expliquer. C'est pour cela que nous faisons des suppositions. Le problème est de croire que ses suppositions sont la vérité.

Nous supposons que tout le monde voit le monde comme nous le voyons.
Nous supposons que les autres pensent comme nous pensons, qu'ils ressentent les choses comme nous les ressentons, qu'ils jugent comme nous jugeons.

Il s’agit de prendre conscience que nos suppositions sont des créations de notre pensée.

Il y a des méthodes pour éviter les suppositions. Par exemple, quand quelqu'un vous pose une question, il faut éviter de répondre directement. Il faut d'abord reformuler la question pour s'assurer auprès du questionneur qu'on l'a bien comprise. Cela évite souvent les malentendus et les réponses "à côté".

Pendant longtemps, je coupais souvent la parole, parce que j'avais compris ce que mon interlocuteur voulait me dire et que je voulais réagir, argumenter, expliquer. Il m'a fallu du temps, et du coaching, pour apprendre à écouter. Et de cette écoute, pour apprendre à comprendre ce que voulait vraiment dire mon interlocuteur. Et d'avoir le courage de poser des questions, quitte à passer pour quelqu'un de long à la comprenette. Dans le cadre d'une réunion d'expertise, où plusieurs profils de compétence sont présents - tous experts dans leur domaine - cet accord toltèque n°3 prend tout son sens. Il faut prendre le temps d'éviter les suppositions, les non-dits, les sous-entendus, les contresens culturels.

Il faut exposer ses missions, les expliquer, s'assurer que tout le monde comprend la même chose. Il faut écouter, poser des questions, exposer et expliquer son point de vue. Il faut faciliter la communication entre les personnes, et a minima entre toutes les personnes et soi-même.

J'ai aussi remarqué que ce point permet réellement d'améliorer sa vie, de se rapprocher de ses collègues, de mieux comprendre ses enfants, sa compagne, ses amis... C'est le point que je cherche à travailler le plus : "ne faites pas de suppositions" sans faire de vérifications.


Accord n°4 : Faites toujours de votre mieux.
Votre "mieux" change à chaque instant ; il n'est pas le même selon que vous êtes en bonne santé ou malade. Quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez ainsi de vous juger ultérieurement, de vous maltraiter et d'avoir des regrets.(source "Pratique de la voie toltèque" par Don Miguel Ruiz)
Le pire piège est la course à la perfection. En psychologie positive, les chercheurs étudient la notion de perfection, comme une notion qui entraîne de nombreuses émotions négatives. Nous voulons être parfaits, nous voulons que les autres soient parfaits, etc. Nous construisons des illusions mentales de perfection. La vie quotidienne et la réalité extérieure nous enseignent que la perfection est un but idéal et non une réalité concrète.

Comment être satisfaits, heureux et épanouis tout en sachant que la perfection est par définition, inatteignable car inhumaine ?
Reprendre pieds dans le présent et se donner totalement dans chaque instant. Donner toute son énergie, ses compétences, ses qualités et son temps pour la tâche que nous avons décidé d’accomplir. Un fois accomplie, cette tâche peut nous apporter un sentiment d’accomplissement, même si tout n’est pas parfait.

J'ai compris très jeune comment faire pour ne pas avoir de regrets : il me suffit de bien réfléchir à toutes les options qui s'offrent à moi, lors d'une décision importante, puis de prendre la meilleure option, compte tenu des cartes que j'ai en main. Bien entendu, j'ai parfois fait de mauvais choix, mais très souvent, je ne pouvais me rendre compte du caractère "mauvais" que plus tard, lorsque de nouvelles cartes apparaissaient dans mon jeu. Et à chaque fois, tout en corrigeant les effets de mon mauvais choix, je n'en voulais pas à mon "moi" antérieur puisqu'il avait fait de son mieux, avec les éléments dont il disposait.

Bien entendu, ce point est difficile en expertise judiciaire, où la perfection est attendue. C'est pourquoi l'activité d'expert judiciaire demande autant de travail et de précautions. Il faut garder en tête les regrets du professeur Tardieu qui, en tant qu'expert, a fait condamner tant d'innocents. Pourtant Tardieu ne s'est jamais trompé. Il a simplement subi les ignorances de la science.



Accord n°5 : Soyez sceptique, mais apprenez à écouter.
Ne vous croyez pas vous-même, ni personne d'autre. Utilisez la force du doute pour remettre en question tout ce que vous entendez : est-ce vraiment la vérité ? Écoutez l'intention qui sous-tend les mots et vous comprendrez le véritable message.
Être capable d’écouter signifie, comme dans les groupes de paroles, d’être capable de se taire et de laisser autant de place à la vérité de l’autre qu’à la sienne. Vaste programme.

Au civil et au commerce, l'expert judiciaire doit rendre un avis, sur des questions posées par le juge, et pour cela, il doit organiser des réunions contradictoires où toutes les parties vont pouvoir d'exprimer devant lui. Tous les arguments vont être fournis. Il faut réellement se présenter à cette réunion avec la plus grande ouverture d'esprit possible, pour favoriser l'écoute, tout en doutant de chaque argument. C'est difficile, souvent fastidieux, mais nécessaire pour pouvoir se forger un avis solide.

Là aussi, les mots utilisés ont leurs importances, avec des sens qui ne sont pas forcément les mêmes pour tout le monde. Il faut découvrir l'intention cachée derrière chaque mot, derrière chaque phrase.

Il faut aussi douter de soi-même, de ces certitudes, et arriver à se laisser convaincre par les bons arguments, pour approcher la vérité.

Et ce n'est pas simple.





24 juin 2013

Fujiyo LAPUCE 1748-1792

Au détour d'une promenade dans le charmant petit village de Moncrabeau, en pleine Gascogne et à 35 km d'Agen, je suis tombé sur cette plaque à la mémoire de Fujiyo LAPUCE :
Bien peu de gens connaissent Fujiyo LAPUCE et pourtant son influence a été très importante sur son temps (1748-1792). Même encore à présent les schémas directeurs informatiques des grandes multinationales s'appuient sur les fondements politico-macro-économiques qu'il avait mis en exergue de son vivant.

C'est lui qui, au reçu de son relevé de taxe sur la gabelle, avait dit et écrit (1772) cette phrase qui reste encore d'actualité "ça, c'est tout faux, c'est encore l'informatique qui débloque".

Qui de nos jours n'a pas entendu cette judicieuse remarque passée à la postérité!

Né de père et de mère inconnus, il a été trouvé, un beau matin d'août 1748 devant l'entrée du relais des postes de Moncrabeau. Agé de quelques jours, il n'était pas tatoué et n'avait pour toute fortune que son linge de coprs marqué de son prénom en grec "FUJIYO". L'utilisation de cette langue laisse à penser que ses parents étaient soit des érudits soit des émigrés venus pour le ramassage des prunes.

Élevé par le receveur de l'époque, le sieur LAPUCE qui lui donna son nom, il passa une petite enfance heureuse à Moncrabeau. Il fit des études brillantes chez les jésuites de Nérac où il fut remarqué par le Comte de Pomarède qui l'emmène à Versailles et le présente à la cour en juin 1769.

Passionné de serrurerie, le Roi Louis lui passa commande d'une serrure de sécurité informatisée dont le fonctionnement ne serait connu que de lui seul. Fujiyo se mit au travail et trois mois plus tard proposa au Roi une serrure codée mue par l'électricité statique (très abondante à l'époque). Pour actionner le mécanisme, il fallait frotter treize fois un bâtonnet d'ambre sur un pourpoint de soie et introduire le bâtonnet dans un réceptacle aménagé à cet effet. L'électricité accumulée attirait un cliquet de métal qui débloquait le penne et permettait l'ouverture.

Le Roi fut enthousiasmé et, après avoir fait jurer le secret à Fujiyo, fit installer immédiatement la serrure sur la porte d'accès à la chambre de la Reine Marie-Antoinette. En récompense, le souverain signa une ordonnance conférant à Fujiyo LAPUCE le titre inaliénable "d'informaticien du Roi" (14 juillet 1774).


Le secret du système d'ouverture, découvert dans les archives de la Reine défunte, nu fut dévoilé que 5 ans après la mort de Fujiyo LAPUCE, en 1797, par Camille Desmoulins à la tribune de l'Assemblée Nationale.
Vous trouverez dans le même village, le crâne d'Henri IV enfant (voir photo ci-après, réalisée par votre serviteur).

Cliquez sur l'image pour l'agrandir


N'hésitez pas à aller visiter Moncrabeau ;-)

26 décembre 2012

Les mots d'après l'oeil

Dans le cadre des rediffusions hivernales, le billet d'aujourd'hui a été publié le 29 avril 2009, sous l'intitulé "Plasticité synaptique", le titre étant d'ailleurs un clin d’œil à mon autre moi qui travaillait sur sa thèse sur les réseaux de neurones... Je suis encore aujourd'hui tiraillé par ce problème de réforme de ce que j'ai appris étant jeune. Ce n'est pas un bon signe. Pas plus d'ailleurs le fait que Blogger ne gère toujours pas mieux l'espace insécable.

Le titre de cette re-publication est extrait d'une citation d'Ambrose Bierce: "L'orthographe est une science qui consiste à écrire les mots d'après l'œil et non d'après l'oreille."

----------------------------------------------------

Travailler dans le domaine informatique demande un effort particulier d'apprentissage permanent. Les technologies évoluent vite, ce que vous teniez pour acquis une année devient obsolète l'année suivante, etc.

C'est particulièrement flagrant quand je retravaille mon cours d'introduction à l'informatique, notamment la partie où j'insiste lourdement sur les ordres de grandeur, comme par exemple les caractéristiques d'un PC d'aujourd'hui.

Les méthodes informatiques évoluent, les langages informatiques "nouvelle génération" poussent les anciens, pourtant toujours en activité (et souvent pour longtemps).

Celui qui travaille dans ce domaine, qu'il soit développeur, journaliste, chercheur ou expert, DOIT être une personne capable de faire évoluer ses connaissances et ses gouts.

Mais cette souplesse doit pouvoir être mise à profit dans tous les domaines et parfois avec un effort que je ne soupçonnais pas.

S'il m'est facile d'écouter de la musique avec mes enfants, d'en apprécier la découverte et de voir mes gouts continuer à s'élargir malgré mon statut de "vieux" auprès des moins de 20 ans, il m'est plus difficile d'évoluer dans le domaine de l'orthographe.

Et pourtant, avec ce blog, j'ai pris la décision depuis plusieurs mois, d'essayer d'appliquer la réforme orthographique de 1990. Celle-ci fait référence dans l'Éducation Nationale depuis l'été 2008: sources
ICI page 37 dans la marge "L’orthographe révisée est la référence." et
LA page 2 "Pour l’enseignement de la langue française, le professeur tient compte des rectifications de l’orthographe proposées par le Rapport du Conseil supérieur de la langue française, approuvées par l’Académie française".

Et c'est difficile.

Autant j'ai réussi à me débarrasser des accents circonflexes qui ont disparu d'à peu près tous les "i" et les "u":
on écrit désormais mu (comme déjà su, tu, vu, lu), plait (comme déjà tait, fait), piqure, surpiqure (comme déjà morsure) traine, traitre, et leurs dérivés (comme déjà gaine, haine, faine), et ambigument, assidument, congrument, continument, crument, dument, goulument, incongrument, indument, nument (comme déjà absolument, éperdument, ingénument, résolument).

"Cher Maître" devient donc "Cher Maitre"...

Autant également, je ne m'en sors pas trop mal avec les singuliers et les pluriels des mots empruntés (ils ont un singulier et un pluriel maintenant réguliers): un scénario, des scénarios; un jazzman, des jazzmans; un maximum, des maximums; un média, des médias, etc. On choisit comme forme du singulier la forme la plus fréquente, même s’il s’agit d’un pluriel dans l’autre langue. (Exception cependant, comme il est normal en français, les mots terminés par s, x et z restent invariables (exemples: un boss, des boss; un kibboutz, des kibboutz; un box, des box).

Mais j'ai plus de mal avec les traits d'union dans les nombres. On doit en effet écrire maintenant "elle a vingt-quatre ans, cet ouvrage date de l’année quatre-vingt-neuf, elle a cent-deux ans, cette maison a deux-cents ans, il lit les pages cent-trente-deux et deux-cent-soixante-et-onze, l'état lui doit sept-cent-mille-trois-cent-vingt-et-un euros."

Et j'ai beaucoup de mal avec le participe passé du verbe "laisser" suivi d’un infinitif qui est rendu invariable: on doit écrire maintenant "elle s’est laissé mourir; elle s’est laissé séduire; je les ai laissé partir; la maison qu’elle a laissé saccager."

Mais s'il y a un truc sur lequel je ne cèderai pas, c'est (sur ce blog) sur l'absence d'espace devant les signes ":" ";" "!" et "?". Je ne supporte pas que la mise en page automatique du navigateur poussent ces caractères à l'orphelinat en début de ligne. Et ne me parlez pas du caractère "espace insécable", l'éditeur de ce blog l'élimine lors d'une réédition de billet.

Et puis, considérez cela comme ma signature personnelle (dixit un expert judiciaire dans un débat sur mon identité réelle^^).

Alors, lorsque vous trouvez une faute sur ce blog, il s'agit soit d'une modification de la réforme de 1990 que vous ne connaissez pas, soit d'une faute de frappe, soit d'une faute volontaire, soit d'un manque de plasticité synaptique de ma part.

Maintenant, je peux aussi militer pour le retour à l'écriture d'avant la réforme de 1835: Ma foi, je connois le françois & les savans, les dents de mes parens, &c.

Non mais.

-----------------------
Source photo Megaportail

24 septembre 2009

Hommage aux Harkis

Je suis depuis plusieurs mois un blog que je vous recommande si vous voulez découvrir les coulisses d'un conseil municipal: elu-local.blogspot.com

C'est très bien écrit et riche d'enseignements sur "ce que tout citoyen devrait savoir, s'il en prenait la peine. Les anecdotes croustillantes, l'immanquable désillusion, les conflits..."

J'y ai découvert ce texte d'Hubert Falco, secrétaire d'État à la Défense
et aux Anciens combattants, que je reprends ici à l'occasion du 25 septembre 2009, journée nationale d'hommage aux Harkis et autres membres des formations supplétives.

-----------------------

Aujourd'hui, la République rend un hommage solennel aux Harkis et aux membres des formations supplétives qui ont servi la France tout au long de la guerre d'Algérie.

Nous nous inclinons avec respect devant la mémoire des morts. Leur souvenir ne s'efface pas et le nom de chacun d'entre eux est entré dans notre mémoire nationale. Leur histoire est notre histoire.

Nous exprimons, par cette journée nationale, la reconnaissance du pays tout entier envers les Harkis et tous ceux qui ont fait le choix de la France durant ces années terribles.

Leur sacrifice fut double.

De 1954 à 1962, ils ont combattu avec courage et vaillance dans des opérations militaires aux côtés de l'armée française ou simplement en défendant leurs villages. Tous sont restés indéfectiblement fidèles à la France, jusque dans l'adversité la plus tragique.

Mais la paix retrouvée n'a pas marqué la fin de leurs souffrances. Ils ont vécu la terrible épreuve de l'exil. Arrachés à leur terre natale, à leur famille et à leur culture, ils ont traversé la Méditerranée. Ils ont tout quitté et tout recommencé. Ils ont dû reconstruire leurs vies dans une Métropole qui ne les attendait pas.

Ces hommes et leurs familles ont vécu les pires drames. lis ont connu les pires difficultés. Mais ils sont restés, malgré tout, des hommes dignes, des hommes debout, fidèles aux valeurs de la République.

Regardons ce que fut leur vie: ils nous apprennent le courage et la volonté, l'honneur et la fidélité. Ils ont mérité le soutien de la communauté nationale.

Honneur aux Harkis et aux membres des formations supplétives qui ont combattu jusqu'au sacrifice suprême pour la France en Algérie.


-----------------------

Ce texte est très beau et émouvant. Moins, je trouve, que le film "Indigènes", mais émouvant quand même.

Il reste maintenant à la France à réparer l'injustice auprès des anciens combattants coloniaux encore vivants. Voici un extrait de l'appel pour l'égalité des droits entre les anciens combattants français et coloniaux:

1 Français «invalide de guerre» vaut 3 Sénégalais et 11 Marocains...
1 Français «ancien combattant pensionné» vaut 2,5 Sénégalais et 7,5 Marocains...
1 Français ayant été incorporé «90 jours dans une unité combattante» vaut 5,2 Maliens, 7,3 Algériens et 26 Cambodgiens...

Ce n'est pas une histoire du temps des colonies, c'est la situation actuelle des anciens combattants «INDIGÈNES», dans 25 pays de l’ancien empire colonial français… Un des plus grands scandales de notre République.

Cet appel demande simplement que l'on revienne à l'arithmétique républicaine et que cesse l'arithmétique coloniale: l’égalité de tous devant la loi, pour ceux qui étaient égaux dans les combats. Depuis 50 ans, les recours se succèdent, des spécialistes nous expliquent que les économies locales ne peuvent «digérer» une telle parité (83.000 personnes seulement sont concernées aujourd’hui — en dehors de ceux qui n’ont pu jusqu’alors faire valoir leurs droits — sur plusieurs centaines de millions d’habitants!), les condamnations internationales se cumulent et les débats juridiques et financiers continuent… alors, qu’entre temps, les anciens combattants coloniaux disparaissent sans avoir connu l’égalité de traitement. Le Président de la République a déclaré le 14 juillet 2006, qu’il fallait «poursuivre le mouvement» de décristallisation.

--------------------

Monsieur le Président de la République, je partage votre souhait, comme beaucoup de français. Il ne reste plus qu’à passer aux actes.

29 avril 2009

Plasticité synaptique


Travailler dans le domaine informatique demande un effort particulier d'apprentissage permanent. Les technologies évoluent vite, ce que vous teniez pour acquis une année devient obsolète l'année suivante, etc.

C'est particulièrement flagrant quand je retravaille mon cours d'introduction à l'informatique, notamment la partie où j'insiste lourdement sur les ordres de grandeur, comme par exemple les caractéristiques d'un PC d'aujourd'hui.

Les méthodes informatiques évoluent, les langages informatiques "nouvelle génération" poussent les anciens, pourtant toujours en activité (et souvent pour longtemps).

Celui qui travaille dans ce domaine, qu'il soit développeur, journaliste, chercheur ou expert, DOIT être une personne capable de faire évoluer ses connaissances et ses gouts.

Mais cette souplesse doit pouvoir être mise à profit dans tous les domaines et parfois avec un effort que je ne soupçonnais pas.

S'il m'est facile d'écouter de la musique avec mes enfants, d'en apprécier la découverte et de voir mes gouts continuer à s'élargir malgré mon statut de "vieux" auprès des moins de 20 ans, il m'est plus difficile d'évoluer dans le domaine de l'orthographe.

Et pourtant, avec ce blog, j'ai pris la décision depuis plusieurs mois, d'essayer d'appliquer la réforme orthographique de 1990. Celle-ci fait référence dans l'Éducation Nationale depuis l'été 2008: sources
ICI page 37 dans la marge "L’orthographe révisée est la référence." et
LA page 2 "Pour l’enseignement de la langue française, le professeur tient compte des rectifications de l’orthographe proposées par le Rapport du Conseil supérieur de la langue française, approuvées par l’Académie française".

Et c'est difficile.

Autant j'ai réussi à me débarrasser des accents circonflexes qui ont disparu d'à peu près tous les "i" et les "u":
on écrit désormais mu (comme déjà su, tu, vu, lu), plait (comme déjà tait, fait), piqure, surpiqure (comme déjà morsure) traine, traitre, et leurs dérivés (comme déjà gaine, haine, faine), et ambigument, assidument, congrument, continument, crument, dument, goulument, incongrument, indument, nument (comme déjà absolument, éperdument, ingénument, résolument).

"Cher Maître" devient donc "Cher Maitre"...

Autant également, je ne m'en sors pas trop mal avec les singuliers et les pluriels des mots empruntés (ils ont un singulier et un pluriel maintenant réguliers): un scénario, des scénarios; un jazzman, des jazzmans; un maximum, des maximums; un média, des médias, etc. On choisit comme forme du singulier la forme la plus fréquente, même s’il s’agit d’un pluriel dans l’autre langue. (Exception cependant, comme il est normal en français, les mots terminés par s, x et z restent invariables (exemples: un boss, des boss; un kibboutz, des kibboutz; un box, des box).

Mais j'ai plus de mal avec les traits d'union dans les nombres. On doit en effet écrire maintenant "elle a vingt-quatre ans, cet ouvrage date de l’année quatre-vingt-neuf, elle a cent-deux ans, cette maison a deux-cents ans, il lit les pages cent-trente-deux et deux-cent-soixante-et-onze, l'état lui doit sept-cent-mille-trois-cent-vingt-et-un euros."

Et j'ai beaucoup de mal avec le participe passé du verbe "laisser" suivi d’un infinitif qui est rendu invariable: on doit écrire maintenant "elle s’est laissé mourir; elle s’est laissé séduire; je les ai laissé partir; la maison qu’elle a laissé saccager."

Mais s'il y a un truc sur lequel je ne cèderai pas, c'est (sur ce blog) sur l'absence d'espace devant les signes ":" ";" "!" et "?". Je ne supporte pas que la mise en page automatique du navigateur poussent ces caractères à l'orphelinat en début de ligne. Et ne me parlez pas du caractère "espace insécable", l'éditeur de ce blog l'élimine lors d'une réédition de billet.

Et puis, considérez cela comme ma signature personnelle (dixit un expert judiciaire dans un débat sur mon identité réelle^^).

Alors, lorsque vous trouvez une faute sur ce blog, il s'agit soit d'une modification de la réforme de 1990 que vous ne connaissez pas, soit d'une faute de frappe, soit d'une faute volontaire, soit d'un manque de plasticité synaptique de ma part.

Maintenant, je peux aussi militer pour le retour à l'écriture d'avant la réforme de 1885 1835:

Ma foi, je connois le françois & les savans, les dents de mes parens, &c.

Non mais.

31 janvier 2008

De Michel Eyquem de Zythom - Faille spatio-temporelle

Cher Internaute,
C'est ici un blog de bonne foi, lecteur. Il t'avertit dés l'entrée, que je ne m'y suis proposé nulle fin que domestique et privée: je n'y ai eu nulle considération de ton service, ni de ma gloire: mes forces ne sont pas capables d'un tel dessein. Je l'ai voué à la commodité particulière de mes parents et amis: à ce que m'ayant perdu (ce qu'ils ont à faire bientôt) ils y puissent retrouver tous les traits de mes conditions et humeurs, et que par ce moyen ils nourrissent plus entière et plus vive, la connaissance qu'ils ont eue de moi. Si c'eût été pour rechercher la faveur du monde, je me fusse paré de beautés empruntées, ou me fusse tendu et bandé en ma meilleure démarche. Je veux qu'on m'y voit en ma façon simple, naturelle et ordinaire, sans étude et artifice: car c'est moi que je peins. Mes défauts s'y liront au vif, mes imperfections et ma forme naïve autant que la révérence publique me l'a permis. Que si j'eusse été parmi ces nations qu'on dit vivre encore sous la douce liberté des premières lois de nature, je t'assure que je m'y fusse très volontiers peint tout entier et tout nu. Ainsi, cher Internaute, je suis moi-même la matière de mon blog: ce n'est pas raison que tu emploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain. Adieu donc.
De Zythom, ce 1er de mars 1580.

Au secours, je suis bloqué là-bas, et il va me falloir attendre encore 62 ans pour pouvoir vraiment m'amuser...


Texte original trouvé sur Les Bibliothèques Virtuelles Humanistes

21 décembre 2007

L'orthographe

Comme tout le monde, il m'arrive d'avoir des doutes sur l'écriture de tel ou tel mot, sur la conjugaison de tel ou tel verbe ou sur une règle grammaticale mal maîtrisée.

J'ai pour cela des outils imparables: les dictionnaires et manuels de grammaire.

Hélas, comme beaucoup, j'ai aussi une légère tendance à confier la gestion de mes erreurs à mon correcteur d'orthographe...

Depuis quelques temps, celui que j'utilise sous Firefox m'agaçait car il semblait ne pas connaître les mots à accents circonflexes ou à cédilles. Prenant mon google à deux mains, je trouve illico la solution à mon besoin, mais au passage, comme c'est la coutume lors d'une recherche internet, je perds mon temps en tombant sur une information passionnante: l'orthographe de plusieurs mots a changé, ainsi que certaines règles de grammaire, et cela depuis une réforme ayant eu lieu en 1990! On me cache tout, on me dit rien...

Ces modifications de 1990 sont présentées ICI.

Saviez-vous que l'on devrait écrire "cout" et non pas "coût", "weekend" et non pas "week-end"?

Je me suis amusé à faire un test avec google (sur les pages francophones):
"porte-monnaie": 6 340 000 / "portemonnaie": 23 700
"des après-midi ": 47 100 / "des après-midis ": 9 410
"événement": 858 000 / "évènement": 471 000
"aiguë": 1 050 000 / "aigüe": 144 000
"gageure": 232 000 / "gageüre": 719

Usage 5, réforme 0...

Dans un prochain article, les expressions peu utilisées en France, mais qui devraient l'être.
Allez, venez défoncer l'année avec nous!

21 novembre 2007

Acte de réception d'Avocat

Mon père a trouvé dans une brocante un parchemin du 18e siècle portant comme titre "Acte de réception d'Avocat". Nous l'avons fait encadrer pour le symbole qu'il représente et je vous livre ici la transcription que j'en ai faite. Je ne suis pas sur de tous les mots car la calligraphie était particulièrement difficile à lire pour mes yeux habitués aux polices TrueType.

Voici donc un petit morceau d'histoire:

L'an de Grâce mil sept cent sept le lundi vingt quatrième jour d'octobre au Pontaudemer devant nous Jean Legrix écuyer sieur de Henutamulle conseiller du roi lieutenant général crime et criminel et lieutenant criminel de monsieur le Bailly de Rouen aux bailliages du Pontautou et du dit Pontaudemer le lieutenant Général de Police ont siégés vu la requête présentée par Anne François Lebourg disant qu'il a obtenu ses licences en droit en l'université de Caen après avoir étudié pendant les temps portés par la déclaration du roi et y avoir expressément obtenu ses lettres de bachelier pourquoi je vous présente sa requête à ce qu'il nous plaira lui accorder acte de la représentation qu'il faut de ses dites licences et lettres de bachelier ordonne qu'elles seront enregistrées au greffe pour y avoir recourt et que son nom sera inscrit au catalogue des Avocats pour en faire les fonctions faisant droit sur ladite requête vu les dites licences et lettres de bachelier obtenues par le dit sieur Lebourg, les plans d'assignation faites aux témoins baillés en liste par le procureur du roi pour être informé de la vie et moeurs et conversation de religion catholique apostolique et romaine du dit sieur Lebourg par Pierre Letellier greffier fait et constaté en cette ville pour conclure ci-joint et pour information faite en conseil par nous de ce dit jour et en main les conclusions du procureur du roi auquel Lebourg a été communiqué nous avons accordé acte au dit sieur Lebourg de la représentation qu'il a faite de ses dites licences de bachelier ordonne qu'elles seront enregistrées au greffe de ce siège pour y avoir recourt et sieur Lebourg admis et reçu au serment d'Avocat permet alors de postuler et plaider comme les autres Avocats de ce dit siège à laquelle fut ordonné que votre nom sera inscrit au catalogue des Avocats de ce dit siège a lui enjoint de garder et obtenus les ordonnances avec en règlement de la cour ce qu'il a juré et promis faire sous promesse.
requête présentée par Anne François Lebourg

22 août 2007

Musique légale gratuite en ligne

Je voudrais saluer l'ouverture d'un site français de musique légale gratuite en ligne: deezer.com

Il ne s'agit pas de téléchargement, mais d'écoute en ligne à partir d'un simple navigateur. Le catalogue est bluffant car on y trouve un nombre incroyable de morceaux de musique (200 000 d'après le créateur du site).

Le système est agréé par la SACEM et est financé par la publicité.

Bon, personnellement je ne risque pas de rapporter beaucoup en clic publicitaire grâce à l'extension Firefox "adblock plus" qui a transformé ma navigation (et ma vie!). Je tiens pour ma défense à dire que j'avais déjà développé une cécité naturelle aux publicités quand je naviguais sous IE. Une évolution darwinienne sans doute.

Pour me faire pardonner, je continuerai à aller acheter quelques cédéroms pour mes compilations de voiture.

Bonnes vibes.

PS: interview du créateur.

22 juillet 2007

Bogue suite

Je trouve particulièrement amusant que le mot "bug" soit entré dans le vocabulaire de base des jeunes adolescent(e)s. Ma fille utilise (trop) souvent l'expression "Papa, vient voir ya la télé qui bugue". Cela me fait toujours sourire, me fait fondre et m'oblige à courir donner un grand coup de poing sur le décodeur TNT (en fait, je le débranche et le rebranche, cela vous rappelle quelque chose?).

J'ai raconté il y a quelques temps une anecdote dans laquelle la discussion lors de la réunion d'expertise a porté sur la définition du terme "bug" ou "bogue".

En me promenant sur le réseau international de communication entre ordinateurs (c'est plus classe à mon âge que de dire "surfer sur Internet"), je suis tombé encore et toujours sur un article de wikipédia où il est question de "Mandelbug", "Schödinbug", "Heisenbug" et "Bohr bug".

Pour tous ceux que les billets truffés de liens agacent, je résume un peu les définitions:

Mandelbug: c'est un bogue dont les causes sont si complexes que son comportement apparaît chaotique ; il le reste tant que le testeur n'arrive pas à établir précisément un comportement déterministe d'apparition du bogue.

Schödinbug: c'est un bogue qui n'est pas découvert et non gênant pour les utilisateurs, mais qui apparaît après que quelqu'un a relu le code source ou utilise le logiciel d'une façon non habituelle.

Heisenbug: c'est un bogue basé sur le principe d'incertitude d'Heisenberg "observer une structure modifie son état" (ex: le programme tourne sous le débogueur, mais pas sur la ligne de commande).

Bohr bug: c'est un bogue qui, à la différence des heisenbugs, ne disparaît ni n'a ses caractéristiques modifiées lorsqu'il est recherché: il est persistant.

A cette liste, j'ajoute le:
Zythombug: c'est un bogue qui disparaît au moment où arrive l'informaticien que l'utilisateur a fait venir pour le dépanner.

Dans l'expertise citée en tête du présent billet, nous avions affaire à un "mandelbug". Je ne suis pas sur que les parties auraient appréciées mes explications...

Et pour ne pas mourir idiot, un extrait du dictionnaire de l'Académie française (neuvième édition):
I. BOGUE n. f. XVIe siècle. Mot de l'Ouest, probablement issu du breton bolc'h, «cosse de lin». BOT. Enveloppe de certains fruits, armée de piquants. La bogue de la châtaigne, du marron d'Inde, de la faine.
II. BOGUE n. f. XVIe siècle. Emprunté de l'ancien provençal boga. ZOOL. Poisson de la famille des Sparidés, commun en Méditerranée, à nageoire dorsale épineuse.
III. BOGUE n. f. XIXe siècle. Emprunté de l'italien du nord boga, «chaîne, anneau de fer», d'origine germanique. Anneau fixé au manche d'un gros marteau de forge.

Interro demain pour voir!

10 juillet 2007

Je suis un imposteur

En relisant quelques anciens billets, je m'aperçois que je prends un malin plaisir à y glisser quelques citations, le plus souvent en latin.

J'ai fait du latin jusqu'en classe de terminale, mais une malheureuse impasse sur cette matière m'a logiquement et inéluctablement condamné à une piteuse à l'examen final.

Et malgré tant d'année d'études, de traductions et de versions, j'ai oublié jusqu'à la déclinaison de la rose et les significations de "datif" ou "ablatif". J'ai pu le constater quand ma fille aînée a commencé cette langue en cinquième (à son grand désespoir...)

Alors, pourquoi cette imposture? Pourquoi truffer ce blog de citations dans la langue de Caesar? La réponse est toute simple: j'aime le latin. Pas la langue, que je ne maitrise plus, mais les sensations que je ressens devant l'utilisation de cette langue.

La maîtrise du latin, pour moi, est synonyme de culture. Cela me renvoie à ma jeunesse et aux professeurs que j'ai connus. Cela me renvoie aussi à l'étude de la civilisation romaine antique. Cela me renvoie également à Astérix, mais cela il ne faut pas l'écrire...

La première fois que j'ai visité Rome, je suis resté sans voix devant la "via sacra" dans le Forum, et devant le Colosseum. Je voyais presque passer les triomphes...
Rome enfin se découvre à ses regards cruels;
Rome, jadis son temple, et l'effroi des mortels;
Rome, dont le destin dans la paix, dans la guerre,
Est d'être en tous les temps maîtresse de la terre.
Et pourquoi le latin et pas le grec alors?
Tout simplement parce qu'il n'y pas de police Symbol sur blogspot... Cela donnerait:
O kronoV didaskei touV anqropouV
Le temps enseigne les hommes

Je n'ai pas de culture, mais j'aime me cultiver.
J'aime faire semblant aussi. Et Google is my friend.
Je suis un imposteur.

Je sors de Rome, Arsace, et j’en sors pour jamais.

04 juillet 2007

Un nouvel oracle

De tout temps, l’homme s’est entouré d’un certain rituel pour l’aider à prendre une décision. Il a sacrifié des animaux, lu les étoiles, observé le vol des oiseaux, mis sa foi dans des proverbes... Aujourd’hui, il fait appel à un nouveau rite, moins poétique, mais peut-être plus rationnel, l’utilisation de l’ordinateur. Et avec l’ère de l’ordinateur est né un nouvel oracle: Internet.

L'ordinateur, c'est la Pythie chargée d’apporter aux internautes la réponse de l'oracle à leurs questions. La Pythie entre en transes et les prêtres interprètent ses gestes et les sons qu’elle produit sous l’influence du dieu.

Mes étudiants-prêtres interrogent Internet avec tous types de questions: horaires de cinéma, corrigés de TD, orthographe d'un mot, etc. Et quelles que soient les sources des réponses qu'ils obtiennent, ils justifient haut et fort leur nouveau savoir: "si c'est écrit sur Internet, c'est que c'est vrai".

Et c'est là que semble apparaitre la plus grande différence entre l'époque actuelle et l'antiquité: auparavant, l'oracle ne devait pas se tromper, et donc les réponses étaient souvent ambiguës. Aujourd'hui l'oracle est très précis dans ses réponses, mais il en fournit un million pour chaque question.

Finalement, est-ce vraiment différent?

PS: Samedi nous sommes le 07/07/07, n'oubliez pas de mettre vos réveils à 07:07.
Dans l'antiquité, le chiffre sept étant considéré comme celui de la sagesse, de la connaissance. Les grands sages de l'antiquité devaient être au nombre de sept. La liste de ces sept personnes avait été arrêtée par les prêtres de Delphes (selon l'oracle).

Tiens, je remâcherais bien quelques feuilles de lauriers moi...

27 juin 2007

Plus X

Certaines réactions chimiques n'ont lieu qu'en présence d'un catalyseur, tels les mariages, légalisés par la présence d'un officiel. Quelques équations ne peuvent être résolues que par l'insertion d'une quantité inconnue appelée x. Si vous n'avez pas ce qu'il vous faut pour obtenir un résultat, vous devez ajouter ce dont vous avez besoin. Si vous avez besoin d'une aide extérieur qui n'existe pas, il vous faut l'inventer.

Chaque fois que l'homme s'est trouvé incapable de maîtriser son environnement les mains nues, ledit environnement a été soumis par la force ou l'entêtement par l'Homme plus x. Il en était ainsi depuis le début des Temps: Homme plus outils ou armes.

Mais x n'est pas nécessairement quelque chose de concret ou de solide, quelque chose de mortel ou de visible. Ce pouvait être aussi intangible ou indémontrable que la menace des feux de l'Enfer ou la promesse du Ciel. Ce pouvait être un rêve, une illusion, un mensonge abominable... N'importe quoi, pratiquement.

Eric Frank Russel, "Plus X"

J'aime beaucoup l'idée que quand rien ne va plus, quand vous êtes au 22e sous sol, une idée saugrenue - souvent sans rapport avec ce qui vous arrive - vous permet de toucher le fond et de remonter.

Lisez ce livre, et vous comprendrez :)

21 juin 2007

Le Dernier Jour d’un condamné

L'avantage d'avoir des enfants, c'est d'être finalement obligé de réviser ses classiques pour rester dans le coup.

Parfois, cette révision passe par des voies surprenantes: il s'agit cette fois d'une bande dessinée de Stanislas Gros intitulée : "Le Dernier Jour d’un condamné" de Victor Hugo. Je l'ai dévoré d'une traite et ai refermé la bande dessinée avec l'idée de trouver le livre le plus rapidement possible.

A recommander à tous!

16 juin 2007

Un œil, des œils

Depuis des lustres je reprends mes enfants quand ils glissent une (petite) erreur dans la conversation:
"Dis Papa, la hauteur des œils est-elle toujours constante?"
"On ne dit pas des œils , mais des yeux"

Et bien, la langue française étant ce qu'elle est, j'ai découvert que la conversation (virtuelle) précédente montre que mes enfants (réels) peuvent avoir raison contre toute apparence: en typographie, l'œil (pluriel œils) désigne la partie de la lettre en relief sur la tige.

J'ai vérifié dans mon dictionnaire, c'est vrai.
Et comme disent mes étudiants, si c'est écris sur internet, c'est que c'est vrai.

Prudence donc avant de ramener sa fraise...

15 mai 2007

Toi aussi mon fils !

Toi aussi mon fils !
Tu quoque, mi fili!
Et tu, Brute!

Le saviez-vous? Jules César, dans l'hypothèse où il a effectivement prononcé cette phrase, l'aurait exprimé en grec :«kai su, teknon» (même toi, mon enfant!), langue des élites romaines.

Si je fais ainsi étalage de ma culture googlesque, c'est simplement parce que mon ignorance me fascine et pour vous narrer la petite mésaventure qui m'est arrivée il y a peu, et qui n'intéressera que moi:

Mon ordinateur est toujours ouvert à tous les vents puisque j'y branche et débranche toutes sortes d'appareils plusieurs fois par expertise. Même la façade est démontée pour pouvoir y mettre mon boitier USB de lecture de disques durs IDE.

J'ai donc sur ma table de travail une machine dénudée particulièrement inesthétique, mais dont tous les voyants, leds et autres loupiotes clignotent à qui mieux mieux dans la pénombre de mon bureau.

Tout ceci est tentant pour des petites mains curieuses.

J'étais concentré sur un travail particulièrement difficile (la lecture d'un billet du carnet de Pikipoki sur la gestion du stress si mes souvenirs sont bons), quand ma fille ainée est entrée dans mon bureau pour discuter avec moi.

Pendant la discussion, elle me montre une lumière en disant "ah c'est joli ça", et sans que je n'ai le temps de réagir, appuie dessus.

Il s'agissait du bouton d'arrêt du PC.
La bouche ouverte, j'ai regardé ma machine se mettre à entamer sa procédure de "shutdown" et s'arrêter.

Une saisie d'image était en cours depuis 3h.
Un article de ce blog était en cours de rédaction sans avoir été "enregistré en mode brouillon" (en mode web 2.0 cela veut dire "circulez y a plus rien à récupérer").

kai su, teknon

31 janvier 2007

Avez vous déjà vu quelqu'un dormir à une de vos présentations PowerPoint ?

Si vous êtes déjà capable de faire des présentations PowerPoint où tout le monde reste suspendu à vos lèvres, alors ce billet n'est pas pour vous.

Je suis en train de lire un livre que je recommande à tout le monde: "Comment ne pas endormir son auditoire en 30 secondes" de Jean-Marc Aimonetti aux éditions De Boeck.

Même si pour ma part, je ne m'en sorts pas si mal lorsque je suis invité à faire une conférence à des étudiants, j'ai beaucoup appris à la lecture de cet ouvrage. Je vais même essayer d'en tirer quelques leçons pour les billets de ce blog, mais aussi pour mes rapports d'expertise.

Le livre donne surtout les clefs d'une communication orale réussie, mais aussi quelques anecdotes vécues croustillantes.

Extraits:
  • Je mets [le lecteur] au défi de n'avoir jamais croisé un orateur pitoyable, celui qui ne regarde que la lumière de secours qui brille en coulisse, celui qui reste "scotché" à ses notes et qui ne lève jamais la tête de son pupitre, celui qui assassine d'entrée l'auditoire avec deux diapositives illisibles bourrées de formules chimiques et qui dit modestement "comme tout un chacun sait..."
  • Thelma travaille sur la maladie de Parkinson [...] Elle devait parler devant environ deux cents personnes et elle avait peur. [...] Thelma est appelée au pupitre. Elle s'approche de la scène, commence à monter les marches et se prend les pieds dans le tapis rouge. Elle atterrit quelques mètres plus loin, juste en dessous du pupitre. Elle se relève, saisit le microphone et dit: "Justement, je devais vous parler des troubles de la marche chez le parkinsonien." Les Japonnais qui n'avaient pas osé rire jusque là se sont lâchés pour de bon. Elle venait de faire une des meilleures accroches auxquelles je n'ai jamais assisté, sans même le faire exprès.
  • L'accroche solennelle est un exercice de haute voltige que je recommande pas, sauf si vous avez un talent certain pour la grandiloquence. Dans un congrès à Québec, un ami qui travaille sur l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle a hurlé en projetant sa première diapositive où l'on voyait une carte du Québec avec un nuage d'électrons autour: "Vivent les électrons LIBRES!" Il fallait oser.
  • Le trac est une réaction de défense du système nerveux autonome, celui que la volonté ne commande pas. C'est un moyen inconscient de vous protéger. Votre cerveau, malgré votre volonté, donne de l'énergie pour la parole et la réflexion. Comme l'énergie disponible n'est pas infinie, le cerveau arrête ce qui ne sert à rien à ce moment-là: les fonctions digestives et la motricité (dans ce cas, le problème est que la voix est créée par des muscles). Les mains moites, l'envie d'uriner sont une conséquence physiologique de l'émotion.
J'ai particulièrement apprécié la partie du livre consacrée à la panne du vidéoprojecteur.

Vraiment, un livre à lire.

03 janvier 2007

Bravo bravo j'y étais

Nous sortons régulièrement, mon épouse et moi, pour assister à un spectacle donné dans notre bonne salle culturelle locale.

C'est une sortie nécessaire rendue obligatoire par ma monomanie informatique.

Mais souvent, le spectacle est dans la salle...
Notamment à la fin du spectacle quand les spectateurs se mettent à applaudir tout rompre, parfois même quand certains tentent de faire se lever l'assemblée pour une "standing ovation".

Applaudisseur enthousiaste lors des premiers spectacles, je me suis rendu compte que j'étais capable d'envoyer toutes mes chaleureuses félicitations par ce biais bruyant aux comédiens, aux costumiers, aux metteurs en scène, aux metteurs en espace, aux metteurs en musique...

Mais comment en suis-je arrivé là, moi qui suis d'une inculture lamentable dès qu'il s'agit d'un domaine qui sort de mon quotidien?

Qu'est-ce que j'y connais moi aux subtilités de la mise en espace ou de la mise en scène? Comment imaginer que je sois capable de juger des compétences d'un comédien ou d'une troupe? Parce qu'il/elle est connu(e)? Parce qu'on ne peut pas siffler Molière? Parce qu'on ne doit pas se faire remarquer en n'applaudissant pas? Parce qu'on doit montrer son raffinement culturel en applaudissant?

C'est alors qu'apparaît la question à deux euros dans toute sa splendeur: quelque soit la qualité du spectacle, le public applaudit à tout rompre à la fin! Mais dans ce cas, qu'applaudit le public?

Perturbé par les applaudissements téléguidés des spectacles de divertissements télévisuels, je n'ai trouvé la réponse à cette question que récemment:
le public s'applaudit lui-même!

Et comme souvent, je n'ai ouvert les yeux que grâce à la clairvoyance des autres (Google is my friend). Je vous engage donc à lire ce billet de Pikipoki dont j'adapte ci-dessous un extrait:
Tous ces braves gens approuvaient leur choix d’être venus, qui plus est à [la salle culturelle] qui continue de véhiculer chez beaucoup l’image d’un divertissement d’élite. Ils étaient donc eux-mêmes cette élite. Tout le montrait autour d’eux, ou semblait le montrer à leurs yeux. Mais cela aurait été grandement gâché s’il leur avait fallut reconnaître la médiocrité du spectacle, ou même seulement d’un de ses acteurs.

Avant, j'applaudissais donc parce que j'avais choisi de venir assister à un spectacle pour élite, parce que je l'avais compris et apprécié, car je faisais parti de cette élite.
Maintenant je continue d'applaudir, mais je sais pourquoi: car je suis bon public.

08 novembre 2006

Catachrèse

Lu ce jour sur Wikipédia:
La catachrèse (du grec κατάχρησις katákhrêsis, « emploi (abusif) ») est, avec l'emprunt lexical, l'un des procédés par lesquels le lexique d'une langue s'enrichit. Elle donne un sens nouveau à un mot ou à une expression qui existe déjà en étendant ce sens à l'aide d'un trope, ou figure de rhétorique en un seul mot (ou expression). La destinée normale d'une catachrèse est de se lexicaliser, de sorte qu'on oublie que le mot n'a pas toujours eu ce sens-là. Par exemple, on ne voit plus que poubelle est une antonomase (et aussi une métonymie), du nom du préfet de la Seine Eugène-René Poubelle qui imposa en 1884 l'usage de ce récipient.

Il y a dans ce texte six mots ou expressions dont le sens m'échappe complètement. Heureusement l'article renvoie à chaque fois vers la définition, qui elle-même contient entre deux ou dix mots inconnus. Résultat: une heure passée dans les définitions en espérant qu'un ou deux de ces mots nouveaux restent dans ma mémoire...

Vive la langue française !

Terminologie et néologie

Dans le journal officiel n°214 du 15 septembre 2006 est publié un avis de la commission générale de terminologie et néologie concernant le vocabulaire de l'audiovisuel et de la communication:

Il ne faut pas dire "home cinéma" mais "cinéma à domicile",
pas "webcam", mais "cybercaméra";
pas "blockbuster" (production cinématographique à gros budget), mais "grosse machine";
pas "story-board", mais "scénarimage";
pas "call TV", mais "télé-tirelire"...

Au passage, j'ai appris le mot "kakémono" qui signifie "grande affiche à suspendre" (merci google).

Autant j'applaudis les efforts louables d'une commission pour maintenir la richesse de la langue française, surtout dans le domaine technique, autant je m'attriste de voir que cet effort est fait par des technocrates isolés dans leur tour d'ivoire.

Pourquoi ne pas simplement valider tous les termes choisis par nos "cousins" canadiens qui sont confrontés directement au choc des langues.

Quels imbéciles ont choisi "mél" pour remplacer "email" alors que nos amis québécois utilisent depuis longtemps le mot "courriel", diminutif logique de "courrier électronique", traduction pendante de "electronic mail"?

Comment ne pas trouver stupide le mot "cédérom", transcription phonétique de CDROM signifiant "Compact Disc Read Only Memory", alors que l'expression "Disque Compact" nous tendait les bras?

Face aux Avocats dont le métier implique la maîtrise du mot juste, comment vais-je devoir rédiger un rapport d'expertise clair? Dois-je remplacer la phrase "Le disque compact mentionné dans le courriel a été trouvé dans le home-cinéma présent sur place et contenait le story-board d'un blockbuster destiné à une call TV" par la phrase suivante "Le cédrom mentioné dans le mél a été trouvé dans le cinéma à domicile présent sur place et contenait le scénarimage d'une grosse machine destinée à une télé-tirelire".

Après tout, c'est beaucoup plus joli.