Affichage des articles dont le libellé est Internat. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Internat. Afficher tous les articles

26 octobre 2009

Ouvrez les portes

J'ai passé trois années parmi les plus belles de ma jeunesse à souffrir sur les bancs des classes préparatoires aux grandes écoles (Math Sup et Math Spé). Je ne savais pas à l'époque qu'il existait des grandes écoles qui délivraient également le diplôme d'ingénieurs en cinq ans, sans passer par le laminoir intellectuel des classes prépas (je tiens à préciser qu'il existe même des écoles d'ingénieurs en cinq ans sans classes préparatoires intégrées, où les études s'effectuent à un rythme normal sur cinq ans, je le sais parce que j'y travaille!).

Les conditions de travail étaient classiques, avec comme avantage non négligeable sur les parisiens d'avoir un lycée situé au cœur d'un parc arboré de plusieurs hectares.

J'avais choisi d'être interne, pour pouvoir profiter des conditions de travail et de l'émulation du travail en équipe, avec cette solidarité que l'on ne trouve que lorsque l'on vit en groupe sous pression.

L'internat des 1ère années était un grand bâtiment de trois étages, assez vétuste. Au rez-de-chaussée se trouvaient les espaces collectifs (foyers et salle TV), le 1er étage comportait deux salles de 48 lits chacune (soit 96 garçons plus le surveillant), le 2e étage des salles de travail et le 3e étage était réservés aux redoublants de 2e année (surnommés "cubes" ou "5/2").

Un deuxième bâtiment, neuf celui-là, était réservé aux 2e années et comportaient une centaine de chambre individuelle lit+bureau+lavabo.

J'ai des centaines d'anecdotes d'internat, toutes plus dérisoires ou pathétiques mais intenses. Ces années terribles furent aussi des années d'amitiés très fortes qui perdurent encore aujourd'hui.

L'internat était mixte, mais bien entendu à l'époque, les filles étaient logées dans un bâtiment séparé. Malheureusement pour elles, ce bâtiment unique était particulièrement ancien et ne disposait pas d'espaces communs, et en particulier pas de salle de télévision.

Je vous parle d'une époque où internet n'existait pas pour le grand public et où posséder un ordinateur nécessitait de sacrifier un mois de salaire pour une machine de 16Ko de RAM (avec extension à 48Ko en sacrifiant un mois de salaire supplémentaire).

Grands seigneurs, nous acceptions que les filles viennent regarder la télévision dans notre salle commune et leur présence réchauffait nos ardeurs cœurs.

Oui, mais voilà, à 22h, l'internat des filles était fermé à clef! Pas question de laisser les portes ouvertes à je ne sais quelle pression hormonale... Si une fille n'était pas rentrée dans son bâtiment à 22h, elle devait passer la nuit dehors, et s'expliquer avec la surveillante le lendemain.

Alors la résistance s'était organisée: un garçon de confiance proposait aux filles sa chambre individuelle, avec matelas au sol et garantie que personne ne vienne les embêter. La plupart des films se terminaient après 22h, ce qui servait d'excuse pour justifier d'être restée "hors bâtiment des filles" après 22h. Une fille externe qui disposait d'un logement en ville fournissait un alibi en béton pour servir d'accueil virtuel auprès de la surveillante de l'internat des filles (accueil virtuel car trop loin du lycée).

Pendant une année, j'ai été le garçon de confiance qui a hébergé les quelques filles qui ne rentraient pas à 22h pour être enfermées. La grande majorité revenaient d'une séance de cinéma en ville, ou même d'un concert de l'opéra. Quelques unes finissaient de regarder le film télévisé que leur avait recommandé leurs professeurs de Khâgne. Parfois d'une soirée étudiante (que nous appelions un zinzin chez moi dans le Nord).

Pendant cette année, j'ai vu défiler une ou deux fois par semaine mes camarades féminines de combat d'étude. J'ai été à la fois leur Galahad et leur amoureux courtois...

Aujourd'hui, les années ont passé, ma jeunesse est partie, et je me dis que les choses ont du sensiblement s'améliorer, et que les filles d'aujourd'hui bénéficient des combats remportés par leurs ainées.

Las, en lisant ce billet de Maitre Veuve Tarquine, je me rends compte que bien des luttes restent à terminer.

Ouvrez aux filles les portes de tous les internats de France!