Affichage des articles dont le libellé est Rediffusion. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Rediffusion. Afficher tous les articles

13 août 2015

Redif : Le grand nettoyage

Dans le cadre des rediffusions estivales, je vous propose ce billet publié en février 2011, et qui me permet de partager avec vous les joies militaires...

------------------------------------------------------------------------------------------------

La propreté, c'est important. Mais à l'armée, la propreté, c'est TRÈS important. Tout est sujet à nettoyage: les armes, la cour balayée par le vent, les chambrées balayées par nos pieds, les vêtements, avec un petit plus pour les chaussures, les douches, les camions, etc. On nettoyait même les balais.

Mon séjour "à la dure" n'ayant duré qu'un petit mois, autrefois appelé le mois "des classes", je ne peux prétendre avoir nettoyé tout ce qui pouvait se trouver sur la base. Mais j'ai pratiqué pas mal.

Il faut dire que mon père et mes oncles avaient bercés mon enfance de toutes ces petites anecdotes qui faisaient le lien entre les adultes de sexe masculin après les repas dominicaux. J'étais donc préparé à tous les coups foireux qui allaient m'être proposés. Et cela n'a pas loupé.

M'étant fait remarquer par mon obéissance butée, je savais qu'il me faudrait assurer plus que les autres chacune des "missions" qui allaient m'être confiées, en tant que "chef" de chambre.

Les gradés nous avaient informés qu'une inspection des chambres allait être faite en fin d'après-midi, et que nous avions trois heures pour nettoyer nos chambrées en profondeur. Ma "mission" donc, était de faire en sorte que l'inspecteur n'arrive pas à trouver de poussière dans la chambre. J'ai réuni mes camarades de chambrée (nous étions 10 par chambre) et leur ai expliqué mon plan.

Nous avons donc commencé par le B.A.BA: rangement des lits (draps au carré) et nettoyage du sol.

Puis nous avons vidé nos placards et lavé l'intérieur de ceux-ci avant d'y remettre toutes nos affaires pliées et bien rangées. Le dessus des armoires a également été soigneusement dépoussiéré, ainsi que l'arrière et le dessous.

Nous avons démonté les pommeaux des têtes de lit pour y enlever les mégots laissés par nos prédécesseurs.

Nous avons essuyé le dessus des plinthes.

Nous avons nettoyé le dessous des chaises.

Nous avons nettoyé le dessus des plafonniers d'éclairage.
Nous en avons démonté les néons pour les tourner et en enlever la poussière.

Nous avons démontés les fenêtres pour en nettoyer les bordures intérieures et extérieures, et regraisser les gonds avec de la graisse propre.

J'ai pris un mouchoir pour nettoyer l'intérieur des prises électriques de la chambre...

Les lits et armoires ont été déplacés pour refaire le nettoyage du sol.

Et pour finir, nous avons éteint les lumières de la chambre pour nettoyer le dessus de l'interrupteur.

C'est donc avec un plaisir de fin gourmet que j'ai pu voir le sergent entrer dans la chambre pour l'inspection. Nous étions tous au garde à vous aux pieds de nos lits. Il avait mis ses gants blancs.

Il a passé un doigt sur une armoire.
Il a vérifié le bord intérieur de la fenêtre.
Il a vérifié le dessus des plinthes.
Il a sorti son mouchoir et vérifié l'intérieur d'une prise électrique.
Il s'est tourné vers le lieutenant et a dit "euh, cette chambre est propre mon lieutenant!"

Le lieutenant a pris son béret et l'a lancé sur le sol à travers toute la pièce. En le ramassant, il m'a fait constater que le feutre noir avait collecté quelques poussières et a dit "Sergent, cette chambre est sale! Faites le nécessaire!".

J'ai nettoyé les douches avec une brosse à dent.
Mais dans les yeux du sergent, j'ai vu briller une petite lueur d'admiration.

09 août 2015

Redif : Une sortie d'initiation

Dans le cadre des rediffusions estivales, je vous propose ce billet publié en février 2011, et qui rappelle le danger des cheveux longs...

------------------------------------------------------------------------------------------------

La pratique de la spéléologie dans le club qui m'a formé était un mélange d'exploration, de formation à la pratique, de formation à l'encadrement et d'éveil à l'intérêt scientifique de cette discipline.

Une fois passés les premiers niveaux de la pratique, j'ai donc très vite été incité à devenir encadrant, c'est-à-dire à passer le diplôme d'initiateur. A cette époque, vous aviez déjà 3 niveaux de diplômes spéléos: "initiateur", celui qui peut emmener des débutants dans des cavités adaptées (en particulier sans grand puits), le "moniteur", celui qui savait tout sur tout en plus d'être un sportif accompli, et enfin "l'instructeur", le demi-dieu de la spéléologie.

Je n'ai jamais dépassé le niveau "initiateur", préférant me spécialiser dans la manipulation des explosifs pour servir à quelque chose dans l'équipe de spéléo-secours de mon département.

J'ai donc encadré plusieurs sorties spéléos emmenant des débutants du club, très nombreux chaque année. L'une de ses sorties restera dans ma mémoire.

La préparation d'une sortie spéléo est très minutieuse, surtout quand on doit parcourir des centaines de kilomètres pour pratiquer ce sport. On regrette très vite d'avoir oublié une corde indispensable, entraînant l'annulation frustrante de la suite de l'exploration. Il faut connaître la topographie du gouffre choisi, regrouper les cordes appropriées, et tout le matériel pour les accrocher aux parois, répartir tout cela dans des sacs, organiser les repas, prévoir le gîte adapté, regrouper les voitures, vérifier les assurances, faire les répétitions des gestes techniques minimaux de manipulation du matériel de descente et de remontée, vérifier les harnais, les casques, les lampes à acétylène, les lampes électriques de secours, prévoir les réserves de carbure de calcium, etc.

Le club disposait d'un vieux combi Volkswagen que j'ai été amené à conduire souvent et qui nous permettait de partir à 8 avec tout le matériel spéléo et nos sacs persos en payant un tarif réduit aux péages (véhicule famille nombreuse).

Le gouffre sélectionné pour cette sortie n'avait qu'un seul puits, situé dès l'entrée. Ce puits faisait 10m et démarrait une cavité assez jolie par son cheminement souterrain bien que très fréquentée parce qu'accessible pour l'initiation.

Quand nous sommes arrivés à l'entrée du gouffre, il y avait déjà plusieurs équipes présentes sous terre, chacune ayant installé ses propres cordes. Je m'empresse de procéder moi-même à la mise en place de notre matériel (sous celui des autres équipes) et descend le premier pour assurer la sécurité des débutants depuis le bas du puits.

Je laisse donc mon camarade initiateur s'occuper de la sécurité en haut du puits, pour que chaque débutant soit placé sur la corde sans danger de chute. Chaque sortie doit être encadrée par au moins deux diplômés pour assurer la sécurité: l'un s'occupe du haut du puits, l'autre tient solidement la corde depuis le bas, pour assurer la descente en douceur du débutant. C'est cette tâche que j'avais choisie.

Je vois donc défiler, lentement mais sûrement, tout mon groupe, jusqu'à cette petite brune aux cheveux longs.

La descente sur corde en spéléologie nécessite l'emploi d'un appareil très simple à deux poulies fixes, tel que décrit ici sur Wikipédia. La corde fait un demi-huit entre les deux poulies, et la gestion des frottements (les poulies sont fixes) permet au spéléologue de maîtriser sa vitesse de descente. En cas de problème (perte de conscience, panique ou lâché de corde), la personne située en bas tire sur la corde et arrive à stopper la personne avant qu'elle n'acquière une vitesse de chute trop grande.

La consigne pour les cheveux très longs est de bien les attacher pour éviter qu'ils ne se prennent dans le descendeur et ne se coincent entre la corde et les poulies.

Las, mon camarade en charge de la surveillance du haut du puits était très vigilant sur la bonne mise en place de la corde dans le descendeur, moins sur les problèmes potentiels des longs cheveux. Et ce qui devait arriver arriva: à mi chemin du puits, une grosse poignée de cheveux s'est prise dans le descendeur, stoppant nette la descente de la jolie brune dans un hurlement de douleur assourdissant.

Tout le poids de cette jeune fille reposait sur une partie de son cuir chevelu qu'il tentait d'arracher... Plus je tirais sur la corde pour m'assurer qu'elle ne descendrait pas d'un seul coup, risquant de se briser les os à mes pieds, plus elle hurlait de douleur. J'étais bloqué en bas.

Mon camarade du haut ne pouvait pas descendre sur la corde déjà occupée (c'est une technique délicate qu'il ne maîtrisait pas) et restait tétanisé par les hurlements qui remplissaient tout le puits. Je ne pouvais pas bouger de mon poste car les cheveux (ou le cuir chevelu) risquaient de rompre à tout moment et la malheureuse n'était plus en état de gérer sa descente en douceur. Tout le monde était pétrifié.

Après quelques longues secondes d'hésitation, j'ai appelé un débutant qui me semblait plus dégourdi que les autres. Je l'ai regardé dans les yeux et lui ai expliqué ce que j'attendais de lui: qu'il tienne solidement la corde en y mettant tout son poids malgré les hurlements. La vie de notre camarade en dépendait. Après m'être assuré qu'il avait compris et s'était mis en position adéquate, je suis monté sur les cordes mis en place par les autres équipes qui nous avaient précédées.

Je me souviens de cette remontée de quelques mètres seulement qui m'a semblé prendre des heures.

Arrivé à la hauteur de l'infortunée chevelue, ma première pensée a été de lui couper les cheveux avec la flamme de ma lampe à acétylène. Un éclair d'intelligence m'a fait réaliser que l'ensemble de sa chevelure risquait de prendre feu. Je la rassurais comme je pouvais, elle alternait gémissements et hurlements, supplications et appel à l'aide.

J'ai alors retiré mon casque. Comme un moniteur du club me l'avait enseigné, j'avais toujours, glissés dans mon casque, une couverture de survie, la liste des question à poser en cas d'accident, un petit carnet et un crayon pour prendre des notes, une boite d'allumettes et un tout petit couteau.

En enlevant délicatement mes gros gants, j'ai saisi mon couteau avec précaution pour ne pas qu'il ne m'échappe, je l'ai déplié, et j'ai commencé à découper les cheveux pris dans le descendeur en expliquant à voix haute ce que je faisais. Sa tête a fini par se relever. J'ai pris la corde, demandé à l'assureur du bas de relâcher la tension, et j'ai fais un nœud autour du descendeur pour empêcher sa descente.

Je l'ai prise dans mes bras pour qu'elle pleure de toute son âme.

Au bout de quelques minutes, j'ai remplacé mon équipement de remontée par celui de descente, j'ai retiré le nœud de son descendeur et du mien, et nous avons commencé la descente sur nos cordes respectives, elle étant blottie contre moi, et moi tenant les deux cordes dans mes mains.

La descente s'est faite dans un silence rendu impressionnant par le vacarme précédent.

Il nous a fallu une heure pour repartir. Le cuir chevelu de la jeune fille avait gonflé d'une manière alarmante. Nous sommes remontés côte à côte sur deux cordes. Nous avons pris le temps nécessaire. Elle est restée allongée dans la voiture pendant tout le trajet vers l'hôpital.

Elle n'a pas poursuivi la pratique de la spéléologie.
Depuis, nous vérifions pour chaque fille et chaque garçon qu'aucun cheveu ne dépasse.
Et nous avons tous un petit couteau dans notre casque.

06 août 2015

Redif : Never forget

Dans le cadre des rediffusions estivales, je vous propose ce billet publié en février 2011, et qui montre l'intérêt d'être collectionneur ;-).

------------------------------------------------------------------------------------------------

L'ordinateur est devant moi, encore dans son emballage plastique transparent. L'étiquette du scellé contient une information qui m'effraie déjà: une date préhistorique.

Je regarde cette machine avec un brin de nostalgie: il s'agit d'une marque aujourd'hui disparue, datant de l'époque où l'on parlait de machines "compatibles IBM pc". Le processeur est fièrement indiqué sur une étiquette en façade: Intel 286. Je me frotte les yeux.

Je brise le scellé, et j'ouvre l'unité centrale de l'ordinateur. Comme souvent, l'intérieur est très sale, d'une poussière pâteuse brunâtre de mauvais augure. Je regarde les différentes nappes de connexion, et je me demande comment je vais bien pouvoir relier tout cela à mon matériel d'analyse...

Quelques jours auparavant, j'avais reçu un coup de fil d'un magistrat me demandant si j'acceptais une mission d'analyse de contenu de disque dur concernant un dossier dans lequel l'ordinateur avait été mis sous scellé vingt ans auparavant. Une histoire criminelle concernant un mineur. La date de prescription approchant, un nouvel élément invitait le magistrat à réouvrir ce dossier et à demander une expertise sur un point précis à chercher sur l'ordinateur.

Un PC de 20 ans...

J'ai donc commencé par prendre des photos de toutes les étapes du démontage, en particulier du nettoyage, jusqu'à pouvoir extraire le disque dur de l'ordinateur. Je pose celui-ci sur mon bureau et déchiffre les inscriptions de l'étiquette: capacité du disque dur: 40 Mo... avec connecteurs SCSI 1ère génération.

Par acquis de conscience, je branche le vieil ordinateur nettoyé et sans disque pour voir, et bien sur: rien. Ni Bios, ni lueur d'espoir de lire quoique ce soit sur l'écran (vert, non je plaisante, VGA).

Problème: je ne dispose pas de bloqueur d'écriture au format SCSI pour lire ce vieux disque dur sans risque de le modifier.

Là, je me suis dit: c'est quand même bien de travailler dans une école d'ingénieurs ET d'être conservateur. Dès le lendemain, je fouillais dans mes archives professionnelles affectueusement dénommées "mon musée" pour dénicher tout ce qui ressemblait de près ou de loin à des nappes SCSI, des cartes SCSI, des bouchons SCSI, des câbles SCSI, des lecteurs DAT SCSI et même des disques durs SCSI...

De retour à la maison avec mon petit matériel, je me mets en tête de brancher le vieux disque dur sur une machine fonctionnelle. Ma vieille carte contrôleur SCSI étant au format EISA, je trouve dans mon stock de vieux PC une machine à bus éponyme. Je ressors aussi une carte réseau 10Mb/s au même format de bus pour brancher tout mon petit monde à mon réseau actuel. Je précise aux vieux qui me lisent, que j'aurais pu tout aussi bien monter un réseau BNC 10BASE2 avec des résistances de terminaison \O/

J'allume mon vieux 486, je règle le BIOS, je règle les interruptions avec des cavaliers sur les différentes cartes contrôleurs ajoutées. Je branche un vieux disque dur SCSI retrouvé dans mon musée, je branche un vieux lecteur cédérom SCSI récupéré sur une ancienne station de travail (une SGI O2) et je boote sur une (très) vieille distribution linux capable de reconnaître tout mon petit matériel. Instant magique que celui où les différents tests défilent sur l'écran au démarrage. Après plusieurs essais de différentes configuration, me voici avec une machine capable de lire un disque dur SCSI sans écrire dessus. Je précise que cette préparation m'aura pris deux week-ends...

Je fais un test avant/après en calculant les hash SHA1 avant et après prise d'image de mon disque dur de test. Les résultats m'indiquent que le disque dur n'a pas été modifié.

C'est risqué, mais je pense que cela suffira. Je branche le disque dur du scellé.

Après un temps objectif d'une vingtaine de minutes et subjectif de plusieurs heures de transpiration, me voici avec une image binaire identique au disque dur d'origine (secteurs défectueux y compris). Je range le disque dur dans son scellé.

Il y a plusieurs façon d'explorer une image de disque dur, j'en ai plusieurs fois parlé sur ce blog: à l'aide de commandes unix basées sur de jolies expressions régulières (tiens, Wikipédia appelle cela des expressions rationnelles, je le note), ou avec un logiciel inforensique du type EnCase, WinHex, FTK, SMART, TCT, TSK, Safeback, FRED, ou X-Ways (par exemple), ou simplement par conversion sous forme de machine virtuelle (avec LiveView par exemple).

Personnellement, j'essaye toujours d'abord la méthode "boot sous forme de machine virtuelle" qui me permet de "sentir" un peu l'organisation de l'ordinateur que j'ai à analyser.

Et voici que je me retrouve avec une machine sous Windows 3.1!
Vous savez, le système d'exploitation de Microsoft avant Windows 7, avant Vista, avant Windows XP, avant Windows Me, avant Windows 2000, avant Windows 98, avant Windows NT4, avant Windows 95, avant Windows 3.11 et avant Windows NT3.1... Pas facile de démarrer une machine virtuelle là dessus. Sans vouloir faire mon papy show, c'était l'époque des instructions HIMEM et EMM386 dans le fichier Config.sys, des Winsock.dll et autres vtcp.386 (bon, maintenant je sais que je fais très papy). Cela fait quand même très bizarre de ne pas avoir de menu contextuel, et pas une seule image JPEG. Et en fin de compte, les outils de recherche sur les contenus de fichiers ne marchaient pas beaucoup moins bien qu'aujourd'hui.

Mais finalement, j'ai pu mener à bien ma mission et rendre mon rapport. Mon seul regret: ne pas avoir parlé de toute la misère technique rencontrée, le magistrat se moquant bien de cet aspect de mon travail.

C'est une des raisons d'être de ce blog :)

02 août 2015

Redif : Merci

Dans le cadre des rediffusions estivales, je vous propose ce billet publié en novembre 2010, et qui relate quelques moments d'une collecte pour la banque alimentaire.

------------------------------------------------------------------------------------------------

Ce samedi je me trouvais debout à l'entrée d'un petit supermarché en train de distribuer des sacs plastiques. Pour comprendre ce qui m'a arraché à ma grasse matinée sacrée du samedi matin, il faut remonter quelques semaines en arrière. Plus précisément, lors du dernier conseil municipal.

Lors du compte rendu de l'adjoint en charge de la commission sociale, appel est fait aux conseillers municipaux de participer à la collecte de la banque alimentaire, la bien nommée BA. L'adjoint nous rappelle l'importance de cette collecte et que si tout le monde participe, chacun n'aura à consacrer qu'une petite partie de son week-end. Me voici donc inscrit sur le registre pour le créneau du samedi 10h30-12h.

Poli comme un miroir astronomique, j'arrive sur place à 10h25. J'y retrouve l'équipe précédente que je dois relever. Ils me passent les consignes, j'enfile un superbe gilet de signalisation couleur rouge fluo marqué en grosse lettre (dans le dos) "Banque alimentaire", je serre la main de mon acolyte qui vient juste d'arriver, et nous voilà tous les deux à accueillir les clients de ce petit supermarché discount.

Il paraît que ce supermarché discount est fréquenté par les personnes les plus modestes. En fait, pendant une heure et demi, je vais voir défiler toutes les catégories de personnes de la société française:

Il y a les souriantes: les personnes qui vous renvoient votre sourire franchement. Elles s'arrêtent pour prendre le sac plastique que vous leur tendez et vous écoutent dire "c'est pour la banque alimentaire". Elles hochent la tête et vous glissent un petit mot gentil: "je n'ai pas beaucoup d'argent, mais je donne toujours", "je vais donner du chocolat et des bonbons, parce que vous savez, les plus démunis ont besoin aussi de friandises", "Je suis au RSA, mais je vais donner quand même". Merci. Merci. Merci.

Il y a les stressées: elles nous ont repéré de loin (grâce à nos gilets rouges fluos) et ne s'arrêtent pas à notre hauteur, sauf après nous avoir entendu dire "c'est pour la banque alimentaire". Là, elles marquent un temps d'arrêt, se tournent vers nous et grommèlent quelque chose comme "ah oui, c'est bien". Merci . Merci. Merci.

Il y a les jeunes: ils/elles nous regardent avec une interrogation dans les yeux "keskecé?". Nous leur expliquons rapidement que nous collectons des aliments non périssables pour les plus démunis et que s'ils souhaitent donner quelque chose, ils peuvent nous le remettre après la caisse dans ce sac plastique. Je ne suis pas sur qu'ils comprennent toujours car j'ai eu droit à un "mais qui c'est qui paye alors?"... Merci. Merci. Merci.

Il y a les vieux: ceux qui viennent faire leurs courses le samedi avec la foule parce qu'ils sont seuls le reste de la semaine. En général, ils s'arrêtent et discutent avec nous. Ils nous racontent une tranche de vie que l'on écoute en silence. Merci. Merci. Merci.

Il y a les fatigués de la vie, les blessés de l'âme, les corps malades: Ils avancent doucement avec leurs sacs à la main car ils n'ont pas de pièce pour le caddy. Ils prennent toujours un sac en plastique qu'ils rendront toujours avec quelques choses dedans. Même si parfois on voudrait qu'il le garde pour eux. Merci. Merci. Merci.

Il y a cette personne qui m'a dit avoir dormi dans la rue pendant plusieurs années et qui m'a demandé plusieurs sacs plastiques. Elle nous a donné plus que ce qu'elle a emporté. Merci. Merci. Merci.

Il y a tout ceux qui se sont excusés car ils avaient déjà donné la veille, dans le magasin concurrent, à l'école. Merci. Merci. Merci.

Et il y a ceux qui ne nous voient pas: leur regard glisse sur nous et ils n'entendent pas notre "c'est pour la banque alimentaire". Ils n'écoutent plus le reste du monde. Ils ont le regard absent des parisiens devant le mendiant qui tend la main. Indifférents.

Il y a eu une seule personne aigrie ce matin là: elle s'est arrêté devant moi et m'a regardé droit dans les yeux. "J'ai une mère paralysée. Personne ne m'a aidé, alors je ne donne rien". Je n'ai rien su répondre, mais j'ai immédiatement pensé à Carmen Cru.

Pendant une heure et demi, j'ai vu défiler beaucoup de monde: des chômeurs, des avocats, des ouvriers, des noirs, des blancs, des jeunes, des vieux, des couples, des familles nombreuses... Beaucoup de parents nous envoyaient leur enfant avec le sac plastique contenant leurs dons. A leur regard timide, nous avons offert nos plus beaux sourires.

Merci. Merci. Merci.



30 juillet 2015

Redif : Gestion de stress

Dans le cadre des rediffusions estivales, je vous propose ce billet publié en octobre 2010, et dont l'image d'illustration m'a toujours fait sourire (il m'en faut peu). Vous pouvez cliquer dessus pour l'agrandir...

------------------------------------------------------------------------------------------------

Cet après-midi là, tous les ordinateurs du travail se sont mis à planter (sauf le mien ;). Mon téléphone a commencé à crépiter et mes voisins de bureau à venir me voir, goguenards.

Aussitôt, je suis aller rejoindre mon équipe en salle serveurs.

Première chose, redémarrer la production. Comprendre ensuite si possible, mais arrêter le moins longtemps possible la structure. Et pour cela, il faut un peu de calme: je prends les téléphones de mon équipe pour éliminer le plus possible les interférences avec le monde extérieur. Je deviens le seul point d'entrée du service informatique (je réponds à tous les appels, poliment mais très succinctement: "Nous avons un gros problème, nous nous en occupons, merci de votre appel mais il va falloir patienter").

Nous commençons une analyse de tous les symptômes du problème. Les serveurs sont très lents. Seuls les serveurs Windows semblent atteints. Il est difficile, voire impossible, d'ouvrir une session distante dessus. Une attaque virale?

Je continue de répondre aux appels et à accueillir les personnes qui se déplacent jusqu'au service (en général des étudiants envoyés par les professeurs à la pêche aux informations).

Est-ce une instabilité liée au système de virtualisation? Dans ce cas, pourquoi les machines virtuelles GNU/Linux ne semblent pas affectées?

Je suis calme et ma sérénité gagne toute l'équipe. Nous sommes en train de faire un diagnostic différentiel sans canne et sans Vicodin... Les hypothèses fusent librement et nous les soupesons chacune pour trouver une piste.

Qu'est-ce qui peut bien mettre tout notre système par terre? Nous lançons iptrafic pour regarder les trames réseaux.
"Tiens, les machines de Casablanca se synchronisent sur notre WSUS local. Pas bon ça!"
"Peut pas être en rapport avec le problème, les débits en jeux sont trop faibles: 10Mb/s d'un côté, 2Gb/s de l'autre, un rapport de 200 entre les deux..."
"Un problème de synchro entre les deux annuaires, alors"
"OK, reboote l'un des deux serveurs AD, attend qu'il soit en ligne et reboote le deuxième ensuite, on verra bien"

La situation de crise est bien là. L'école est arrêtée, je sais que l'on me reprochera d'avoir failli. Mais le moment n'est pas encore à assumer le problème, le moment est à la recherche d'une solution pour retrouver un bon fonctionnement...

Nous sommes calmes, les gestes sont précis et les hypothèses, plus ou moins loufoques, sont passées au crible les unes après les autres.

"Si c'est un problème réseau, on est mal"
"C'est sur, nous n'avons pas de sondes temps-réel, à peine une surveillance snmp des principaux switches."
"Tous les serveurs Windows fonctionnent au ralenti, plusieurs personnes n'arrivent pas à s'y connecter, ceux déjà connectés ont des timeouts, et certaines machines sous XP se figent"
"Regarde la carte réseaux de la console, elle clignote comme une folle."
"Bon, pas le temps de lancer un Wireshark. On reboote le cœur de réseau. Si ce n'est pas cela. On débranche tout. On arrête toutes les VM, tous les serveurs physiques, et on redémarre tout".

Et comme dans une opération dans un bloc chirurgical, nous arrêtons le cœur (trois alimentations à mettre sur off), nous comptons jusqu'à dix, puis l'on remet tout sous tension.

Le cœur de réseau repart... Sur nos écrans, nous lançons différents tests pour jauger le fonctionnement des serveurs. Je regarde les courbes de charge. Il faut environ une minute pour que les autotests du cœur de réseau aboutissent et que le système soit de nouveau opérationnel. Nous retenons notre souffle.

Les étudiants dans le couloir nous font des petits signes d'encouragement. Les cours reprennent. Le problème est résolu. Notre switch principal était en vrille. Pourquoi? Pour l'instant, nous ne savons pas. J'ai peur d'une attaque virale qui serait passée à travers les antivirus. Il faudra bien que cela nous arrive, maintenant que l'on a abandonné Novell...

L'alerte aura durée un quart d'heure. C'est trop, beaucoup trop. Maintenant il faut que j'explique à 1000 personnes que je n'ai pas été capable d'empêcher cela. Mais pendant un quart d'heure, l'équipe a fait corps et travaillé avec une puissance que l'on ne trouve que dans les situations d'urgence.

Et ça, c'est beau.

26 juillet 2015

Redif : Au nom de la commune

Dans le cadre des rediffusions estivales, je vous propose ce billet publié en septembre 2010, et qui m'a valu un des plus beau moments de mon activité de conseiller municipal.

------------------------------------------------------------------------------------------------

20h30, c'est le début du conseil municipal. Comme d'habitude, tous les conseillers sont là ou presque. Le pompier arrivera en retard, à cause de son métier. L'infirmière aussi.

La liste des sujets à débattre est longue, et le conseil municipal risque fort de se terminer tard dans la nuit. Mais nous sommes là, tous les 26, assis dans cette grande salle avec les tables en carré.

Parmi les sujets du jour du soir, un point qui fait débat dans la commune depuis plusieurs années: la construction d'une aire d'accueil de gens du voyage.

La commune où j'habite vient juste de franchir la barre des 5000 habitants. C'est un seuil important, et parmi les nouvelles obligations de la commune, il y a celle de mettre à la disposition des gens du voyage un endroit où pouvoir séjourner. Le conseil municipal précédent avait déjà débattu de la question, mais sans pouvoir trouver un endroit adéquat.

Le maire, conscient des difficultés à fédérer les conseillers sur un projet particulier, a choisi d'inviter au conseil municipal le spécialiste de l'accueil des gens du voyage de la communauté d'agglomération à laquelle la commune appartient.

Cette personne nous a présenté pendant une heure les différents aspects de la communauté des gens du voyage, bien loin des clichés que pouvaient avoir certains conseillers. Il nous a parlé des difficultés rencontrées par cette communauté, de sa richesse culturelle mais aussi de sa pauvreté, de son illettrisme parfois. Il nous a montré les contradictions de notre société qui souhaite sédentariser ces populations pour permettre la scolarisation réussie des jeunes, et qui considère les aires d'accueil comme des lieux de passage.

Il nous a expliqué leur mode de vie, leur travail et leurs aspirations. Par exemple, il nous a montré que beaucoup d'aires d'accueil de notre communauté d'agglomération étaient construites sur un modèle architectural identique, avec des défauts (blocs sanitaires utilisés pour le stockage de nourriture, pas d'emplacement prévu pour un lave linge, pas de rangements...)

Il s'est dit étonné et particulièrement heureux d'avoir appris que notre conseil municipal avait décidé de passer par un bureau d'étude auquel nous avions demandé l'établissement de plans pour notre future aire d'accueil. Il était surtout content d'avoir pu participer à la critique du projet avant sa réalisation, afin de nous faire profiter de son expérience de plus de dix années à son poste.

Enfin, il était content de l'emplacement choisi par le conseil municipal lors d'une délibération précédente: près du centre culturel et sportif de la commune, près d'un arrêt de bus pour l'école et près des commerces.

Le conseil municipal étudie alors avec soin les travaux de la commission voirie qui avait en charge le suivi du travail du bureau d'étude. L'aménagement de l'aire d'accueil retenu par la commission est voté par le conseil municipal à l'unanimité. Celle-ci sera végétalisée et permettra l'accueil de 16 familles.

Le maire nous lit alors la pétition qui circule dans la commune et demandant le déplacement de la future aire d'accueil à un endroit "moins visible", près de la 2x2 voies qui traverse la commune. Le maire explique que l'endroit choisi par les organisateur de cette pétition se trouve dans la zone des 100m inconstructibles de la voie rapide et répond point par point à tous les arguments de la pétition.

Le maire a conclu sa présentation en ces termes: "nous travaillons sur ce projet depuis des mois, voire des années. Il se termine alors que le gouvernement de la France est en pleine polémique sur une catégorie de gens du voyage. C'est triste, mais c'est comme cela. Je vous propose une chose simple: lorsque l'aire sera terminée, nous irons tous accueillir en personne, ensemble et au nom de la commune les premières familles qui viendront s'y installer." Sa proposition a été acceptée par tous.

Dommage qu'il n'y avait personne dans le public, car ce soir là, nous avons appris beaucoup sur les autres.

Fin du conseil municipal: 2h du matin.

23 juillet 2015

Redif : Perquisition

Dans le cadre des rediffusions estivales, je vous propose ce billet publié en juin 2010, et qui aborde un des aspects les plus intrusifs de l'expertise judiciaire.

------------------------------------------------------------------------------------------------

 Il est huit heures du matin. Les policiers frappent à la porte d'un pavillon. Je les accompagne.

J'ai prêté serment d'apporter mon concours à la Justice. Mais je suis dans mes petits souliers: je participe à une perquisition chez un particulier, et je dois dire que je n'aime pas ça.

Une femme nous ouvre la porte en peignoir. Un policier lui explique la procédure pendant que ses collègues entrent en silence. L'action est calme et nous sommes loin des clichés des séries TV. Une fois la maison explorée, les policiers m'invitent à entrer pour effectuer ma mission: le juge m'a demandé d'analyser les différents appareils informatiques présents dans la maison.

Il s'agit d'une affaire de trafic portant sur plusieurs centaines de milliers d'euros.

Depuis une semaine, je me prépare tous les soirs en essayant d'imaginer tous les cas techniques devant lesquels je peux tomber. J'ai un sac contenant un boot cd DEFT, des tournevis de toutes tailles et de toutes formes, stylos et bloc notes, un dictaphone numérique, un ordinateur portable avec carte réseau gigabit et disque de grosse capacité pour la prise d'image en direct, une lampe électrique, un bouchon 50 ohms et un connecteur en T, le live CD d'Ophcrack, un câble réseau, un prolongateur et un câble croisé, une boite de DVD à graver (et quelques disquettes formatées, cela sert encore...), une bouteille d'eau et un paquet de biscuits. Grâce aux lecteurs de ce blog, j'ai ajouté un appareil photo, un GPS, du ruban adhésif toilé et résistant, des élastiques de toutes tailles, des trombones, un clavier souple ne craignant pas l'humidité avec la connectique qui va bien, un tabouret en toile, des vis, patafix et colliers, une tour sur roulette avec carte SATA et quelques disques vierges de rechange, un ventilateur pour les disques, une petite imprimante, toute la connectique pour les organiseurs (Palms, Blackberry, iphone, etc.), des étiquettes/pastilles de couleur, des stylos et des feutres, un petit switch 10/100/1000, un câble série, un câble USB, une nappe IDE, une nappe SATA et des adaptateurs USB, SATA, IDE...

Pour l'instant, je tiens à la main une petite mallette avec mes principaux outils: bloc note, stylo et boot cd. Le reste est dans ma voiture. La maîtresse de maison nous explique que son mari est en voyage d'affaire et ses enfants chez leur grand-mère. Elle est seule chez elle. J'ai un sentiment de malaise face au viol de sa vie privée. Décidément, je ne suis pas fait pour ce type d'intervention. L'OPJ sent mon désarroi et le met sur le compte de l'inexpérience. Il m'emmène au bureau de la maison où trône un ordinateur au milieu d'un paquet de disques durs extractibles. Mon travail commence.

J'explique à l'OPJ ma procédure de prise d'images. Il tique un peu quand je lui annonce mon estimation des durées. Bien sur, si j'avais été invité au briefing de la veille, j'aurais pu expliquer tout cela...

J'installe tout mon petit matériel dans un coin de la pièce, à même le sol. Je démonte les différents disques durs et les place dans ma "tour infernale" (mon PC d'investigation). J'ai l'impression que les policiers me regardent en pensant au professeur Tournesol.

Pendant les deux heures qui vont suivre, je vais étudier tous les papiers découverts par les policiers pour voir s'ils peuvent contenir des éléments de nature à me faciliter l'analyse inforensique des disques durs. Mais je ne trouve rien. La corbeille à papier est également vide IRL. Le monde moderne.

Les policiers s'ennuient un peu, quand finalement j'arrive à booter la première image dans une machine virtuelle VMware. L'un d'entre eux me dit en souriant: "finalement, deux heures pour démarrer un PC, c'est un peu comme chez moi". Je ne me laisse pas déconcentrer et pars à la recherche de tous les indices possibles.

Les mots de passe Windows sont vite découverts avec Ophcrack. L'historique internet me fournit une liste de sites visités, ainsi que plusieurs pseudos (en clair dans les url). Les historiques MSN me donnent plusieurs emails et identités numériques. J'explore les différents outils de messagerie installés: Outlook Express, Thunderbird, surtout les emails de création de comptes avec envoi de mots de passe. Je conserve tout cela précieusement car tout ceci me donne l'impression que le propriétaire du PC change régulièrement de pseudo.

La liste des mots de passe utilisés me donne une petite idée de la stratégie de choix de l'utilisateur: un mélange avec les prénoms de ses enfants et des dates qui s'avèreront être les dates du jour de création des comptes.

J'effectue une petite recherche des fichiers de grosses tailles qui met en évidence trois fichiers de 4 Go sans extension. Je tente le coup avec l'application TrueCrypt contenue dans ma clef USB "LiberKey". J'essaye les différents mots de passe trouvés précédemment et l'un d'entre eux marche sur un fichier, deux autres sur l'un des fichiers restants. Cela signifie donc qu'un utilisateur du PC connait TrueCrypt et l'utilise pour chiffrer des données dans un fichier protégé par le système à double détente de TrueCrypt. Mais il me manque encore quelques mots de passe.

Parmi les outils de mémorisation des mots de passe, le navigateur est le plus utilisé. Je lance le navigateur installé et vérifie dans les options appropriées la liste des mots de passe mémorisés en association avec différents comptes internet.

Je note tous les login/mot de passe des comptes. Je vérifie avec l'OPJ que mon ordre de mission m'autorise à me connecter sur les comptes internets. Un coup de fil au magistrat lève les doutes. Je fais consigner la démarche sur le PV. Je choisis en premier lieu le webmail le plus fréquemment utilisé. J'y découvre une quantité d'emails que je récupère avec le Thunderbird de ma clef USB. Et bien entendu, parmi ces emails, un certain nombre d'emails contenant des mots de passe.

Ce travail s'effectue en parallèle de la prise d'image des autres disques qui sont montés au fur et à mesure sous forme de machines virtuelles. Mais le travail initial permet d'accéder plus rapidement aux espaces DATA intéressant les OPJ. Une fois franchis l'obstacle du chiffrage et des mots de passe, l'outil essentiel est une recherche Windows avec les mots clefs fournis par les OPJ. J'ai une certaine préférence pour SearchMyFiles de chez NirSoft.

La perquisition se termine en fin d'après-midi. J'imprime tous les documents découverts. Je range mon matériel. Je rappelle à l'OPJ que ma mission se poursuivra le week-end suivant avec des analyses plus longues, en particulier des zones non allouées des disques durs. Suivra ensuite la rédaction du rapport et l'impression des annexes. Comme pour une fois, ce dossier ne contient pas d'images pédopornographiques, je vais pouvoir externaliser l'impression pour faire baisser les coûts.

En sortant de la maison, je présente mes excuses à la propriétaire.
Elle est en colère et me répond durement.
Je revois encore aujourd'hui la rage de son regard.
Je la comprend.

19 juillet 2015

Redif : Intimité

Dans le cadre des rediffusions estivales, je vous propose ce billet très court publié en mai 2010, et qui raconte, maladroitement sans doute, mon mal être dans certaines expertises. La chute tient dans les trois dernier mots.

------------------------------------------------------------------------------------------------

Fouiller le contenu d'un ordinateur, c'est se plonger dans l'intimité d'une personne. Je suppose que chaque expert judiciaire vit cela d'une manière différente qu'on imagine toujours très professionnelle, avec juste la distance qu'il faut, en quelque sorte une analyse froidement médicale.

Seulement voilà, la réalité est toute autre. La réalité, c'est la lecture de lettres intimes à son conjoint, ce sont des photos d'anniversaires où toute la famille et les amis sont réunis. La réalité, ce sont des vieilles factures, des courriers d'explications à la banque, des réponses à des emails de copains rigolos qui font suivre des powerpoints humoristiques.

Puis à partir d'une certaine date, le lien avec internet s'arrête. L'ordinateur n'est plus utilisé pendant plusieurs mois, pendant quelques années. Lorsqu'il reprend du service, l'utilisation n'est plus la même. Les données proviennent d'une clef USB, plutôt que de la carte réseau.

Des dessins scannés. Des fichiers txt avec des mots d'encouragement maladroits. Des mots d'enfants. Des mots d'adultes.

Et bien sur, il y a des photos. Beaucoup de photos de la famille. Des films aussi. Les visages sont plus tristes, les paroles plus sérieuses. Ils ont vieillis.

Et puis, il y a des photos pornographiques. Des films aussi. Et la dedans, quelques photos de jeunes filles. Trop jeunes. Beaucoup trop jeunes. C'est pour ça qu'il a été dénoncé par un codétenu.

C'est cela l'analyse inforensique du disque dur d'un ordinateur saisi en prison.

16 juillet 2015

Bonnes vacances

Je souhaite, à tous ceux qui ont la chance de pouvoir en prendre, de bonnes vacances.

Cette année a été très mouvementée et riche en événements, pas toujours très gais (et dont je n'ai pas trop parlé sur ce blog). J'ai besoin de ce break salutaire. Le temps arrive enfin où les efforts d'une partie de l'année servent à un plaisir extraordinaire : le partage de moments privilégiés avec ma petite tribu ! Cette année, nous partons en famille pour trois semaines de randonnées dans les montagnes canadiennes. Quatre adultes et six enfants qui vont crapahuter toute la journée, cuisiner au feu de bois et dormir sous la tente devant des paysages de rêve.

Je suppose que, même dans les coins les plus reculés, j'arriverai parfois à capter un réseau et à rester un peu connecté à mon univers numérique, mais je n'en suis pas sur. Que les clients qui suivent mon blog me pardonnent, ainsi que mes lecteurs, mais je ne lirai sans doute pas mes emails tous les jours.

Pour que le blog vive un peu pendant mon absence, j'ai programmé quelques rediffusions de billets qui me tiennent à cœur, et qui débuteront tous par cette même phrase : "Dans le cadre des rediffusions estivales..." Les habitués apprécieront la sélection et j'espère que cela donnera envie aux nouveaux lecteurs de télécharger les différentes compilations de billets.

Je vous laisse, je dois embarquer dans mon char pour aller magasiner avec ma blonde, et on n'est pas rendu ;-)

01 janvier 2015

La fosse

Dans le cadre des rediffusions hivernales, le billet du jour, publié en mai 2010, est encore en rapport avec mon service militaire. Une histoire de travail d'équipe...
--o0o--

Le premier mois de mon service militaire s'est effectué en Allemagne où j'ai effectué ma période de "classes". J'ai raconté dans ce billet comment j'avais décidé d'obéir.

Pendant cette période d'instruction, nous avons eu à faire un parcours du combattant. Il s'agit d'un moment mythique, en théorie, mais en pratique c'est une autre histoire.

Notre encadrement avait divisé notre section de 140 hommes en quatre groupes pour que l'on évite de se marcher dessus. Chaque groupe se frottait à un morceau de parcours, sans (in)formation préalable.

Et dans ce parcours, se trouvait une fosse. Voici notre découverte du problème.

La fosse fait environ 2 mètres de profondeur, et forme un rectangle d'environ 8m sur 3. Nous sommes 35 jeunes appelés en tenue de camouflage avec nos grosses chaussures militaires. L'encadrement nous a gentiment demandé de nous entasser dans la fosse et nous donne la consigne suivante: "VOUS ALLEZ ME SORTIR DE CETTE FOSSE LE PLUS VITE POSSIBLE EN VOUS MAGNANT LE CUL".
Le sergent donne le signal de départ et déclenche un chronomètre. C'est la ruée... Trente cinq bonshommes se poussent pour monter les murs de la fosse, passer les bras sur le bord et se hisser dehors. Les plus forts écrasent les plus faibles. Les plus lourds marchent sur les mains des plus délicats. Mais au bout de dix minutes, tout le monde est sorti et attend les ordres.

Le sergent nous explique gentiment: "BORDEL MAIS VOUS ÊTES NULS! VOUS DEVEZ METTRE MOINS DE TROIS MINUTES! RECOMMENCEZ!"

Nous redescendons tous dans le fosse. Je me dis qu'il plaisante et qu'au bout de plusieurs essais, lassé de nous voir nous marcher dessus, il nous traitera de grosses larves et nous pourrons passer à l'obstacle suivant.

Las, après quatre essais, et malgré nos six minutes et nos mains endolories, le sergent persiste à vouloir nous faire descendre sous les trois minutes. Comment cela va-t-il finir?

Au cinquième essai, tout le monde est KO et nous obtenons la permission de souffler un peu avant de recommencer.

Il est temps pour moi de trouver une solution, car mes mains commencent à saigner à force de prendre des coups. Je me place au centre du groupe et demande l'attention de mes camarades d'infortune. Je leur explique qu'il me semble possible d'arriver à se sortir de ce mauvais pas en adoptant une stratégie commune. Plutôt que de se pousser les uns les autres pour sortir de la fosse, il faudrait s'entraider. Tout le monde semble d'accord. Nous discutons de plusieurs idées et arrivons à nous mettre d'accord sur la stratégie suivante: les six plus costauds vont sortir en premier, en prenant appui sur les autres qui leur feront la courte échelle. Une fois dehors, ils se mettront par deux pour attraper un soldat encore dans la fosse et le sortir en tirant le plus fort possible.

Le sergent nous fait redescendre dans la fosse et donne le signal du départ. Nos six gros costauds se font quasiment éjecter de la fosse par tout le monde. Une fois en haut, ils nous attrapent à tour de rôle et nous soulèvent littéralement pour nous jeter hors de la fosse.

Je revois encore aujourd'hui le vol plané des plus légers qui sont venus s'écraser en tas à deux mètres du bord de la fosse. Nous avons mis deux minutes et trente secondes pour vider la fosse. Le sergent avait la larme à l'œil. Nous aussi.

Cela m'a valu l'estime de mes camarades et le droit de passer la serpillière dans le bureau des gradés pour avoir parlé pendant un temps de repos.

La devise de mon régiment (de transmission): "Rien ne vaut que le silence".


30 décembre 2014

Le combat à mort

Dans le cadre des rediffusions hivernales, le billet du jour, publié en avril 2010, rappelle que l'expert judiciaire est souvent coincé entre deux combattants dans une lutte à mort qui n'est pas la sienne.

--o0o--

La plupart des expertises judiciaires sont très éprouvantes. Parce qu'elles m'obligent à regarder des films qui me secouent, parce que je suis papa de trois enfants pré-adolescents, parce que beaucoup de mes expertises concernent des images pédopornographiques et parce que souvent je touche de près le malheur des gens.

Sans compter qu'avec le temps qui passe, l'avancée de la technique peut me faire découvrir d'éventuelles erreurs judiciaires.

Mais l'anecdote que je vais raconter ici se situe dans un autre registre. L'expert judiciaire se retrouve souvent dans une désagréable posture, coincé entre l'enclume et le marteau.

Une entreprise se retrouve au bord du gouffre à cause d'une défaillance de son système informatique et réclame à son fournisseur une somme d'argent colossale à titre de réparation. Le fournisseur se défend d'être la cause de la quasi-faillite de l'entreprise et indique que les montants réclamés le ferait fermer boutique.

Le magistrat demande l'avis d'un expert judiciaire, à la fois sur le problème informatique et s'il est avéré sur le chiffrage des dégâts.

Me voici sur les lieux.

Comme d'habitude, je suis le premier sur place. Je me fais conduire à la salle de réunion, je vérifie qu'il y a de la place pour que tout le monde puisse travailler à son aise. Je m'assoie à une place stratégique pour voir tout le monde. Je sors les pièces que les parties m'ont adressées, mes stylos, la liste des participants prévus à la réunion avec leurs titre et fonction.

Je me concentre en relisant les missions que le magistrat m'a confiées.

Les parties arrivent: d'un côté le patron de l'entreprise, son informaticien, son avocat et son expert privé, de l'autre le gérant de la SSII, son chef de projet et son avocat.

Les deux groupes s'échangent quelques banalités par politesse, mais restent bien séparés. Je salue tout le monde, et j'apprécie à sa juste valeur la formule "bonjour monsieur l'expert" utilisée par les avocats. J'essaye d'être à la hauteur des convenances avec mes "bonjour Maître", "bonjour cher confrère" et "bonjour monsieur".

Les débats commencent après la lecture de mes missions.

Le ton monte assez vite entre les deux dirigeants.

Je demande aux avocats d'expliquer à leur client qu'ils doivent s'adresser à moi pour me faire part de leurs arguments. Les avocats font leur travail, mais les deux dirigeants n'arrivent pas à s'empêcher de couper l'autre dans ses explications.

Je sors mon arme ultime: un enregistreur de poche que je pose en évidence sur la table devant moi. "Messieurs, si vous êtes d'accord, afin de me permettre d'éviter de prendre des notes manuscrites et pour faciliter la réunion, je vais utiliser ce dictaphone."

Je vois bien que les deux avocats ne sont pas trop d'accord, mais personne ne prend l'initiative de me refuser cette faveur. La réunion redémarre sur un ton plus audible, mais après une demi-heure, le dictaphone est oublié par tout le monde, et les noms d'oiseau volent.

Je n'ai pas d'autre choix que de regarder ces deux dirigeants lutter, en constatant au fond de moi que chacun lutte pour sa survie.

Après deux heures de réunion, j'ai maintenant compris l’enchaînement des faits et j'ai une petite idée de ce qui a amené les deux parties en justice. Il me faut maintenant passer à la partie plus technique du dossier et interroger les hommes de l'art. La discussion passe donc entre les mains des informaticiens. La tension est palpable, et chacun sait qu'il joue son poste et sa carrière.

J'emmène tout mon petit monde jusqu'à 13h, où, après 4h de débats houleux, je propose de faire une pause. Le patron me propose de déjeuner avec eux, mais je décline poliment, au grand soulagement de son avocat, qui lui, sait bien que c'est parfaitement interdit par la jurisprudence à peine de nullité de mon rapport.

A 14h, l'épreuve de force reprend. Je m'accroche à la table et subis les assauts des parties. En effet, c'est à ce moment que je fais part de la position que je suis en train de prendre sur le dossier. Et dans le cas présent, mon avis ne satisfait personne. Je focalise sur moi la fureur des deux dirigeants.

Il s'agit dans ce cas de conserver son calme, de ne pas réagir aux mots blessants ou aux sous-entendus et de se concentrer sur la partie technique. Je rappelle que je ne suis pas là pour juger, que mon avis n'est pas forcément suivi par le juge (les deux avocats froncent un peu les sourcils) et que l'après-midi est fait pour éclaircir encore certains points techniques un peu obscurs.

Les deux hommes restent combatifs et bataillent sur chaque aspect du dossier, parfois sur un point de détail. Je dois faire le tri entre toutes les données qui m'arrivent, j'insiste sur les pièces devant étayer tel point de vue, je demande qu'on me fournisse des traces complémentaires. Le combat à mort entre les deux entreprises me touche, me vise, me secoue.

Il est 18h, tout le monde est lessivé. Je clos la réunion. Je rentre chez moi et en chemin je revois les moments forts de la réunion. J'ai assisté à une lutte pour la survie. J'en suis un élément clef, mais je dois en faire abstraction: même si l'un des dirigeants m'a paru antipathique et caricatural, même si des a priori tentent de perturber mon opinion, je dois établir un avis "en mon honneur et en ma conscience" le plus scientifiquement possible et malgré les enjeux.

J'ai travaillé dur sur le rapport. J'ai réécouté quelques passages de la réunion (8h d'enregistrements!). J'ai étudié en détail les dires adressés par les parties après le pré-rapport. J'y ai répondu scrupuleusement dans le rapport final que j'ai déposé.

Et comme je suis déchargé du dossier une fois le rapport déposé, personne ne m'a contacté pour me faire part des suites données à cette affaire. Je vous laisse donc avec la même frustration que moi: je ne sais pas qui est mort et qui a survécu.

Mais quel combat!

28 décembre 2014

Décidé d'obéir

Dans le cadre des rediffusions hivernales, le billet du jour, publié en janvier 2010, est un voyage dans les souvenirs de mon service militaire. Je livre ici quelques anecdotes 100% garanties authentiquement vécues (soupir)...

--o0o--

Lorsque j'ai finalement été obligé d'effectuer mon service militaire, j'ai décidé que l'aventure devait être effectuée avec la plus grande application, car tant qu'à faire, autant essayer d'en retirer le plus d'expérience possible.

J'avais décidé d'obéir.

Envoyé pour mes classes en Allemagne, je me suis retrouvé dans une caserne avec 140 camarades d'infortune dont bien peu avaient demandé à être là. Nous étions jeunes, nous étions beaux, nous étions chevelus.

Les quatre premiers jours ont été impitoyables: les gradés avaient reçu pour instruction de "casser" toutes les grandes gueules potentielles. La stratégie consistait à nous hurler dessus à longueur de journée, dès le réveil (agité) à 6h du matin. Ceux qui ont vu le film "Full Metal Jacket" ont une petite idée de ce dont il s'agit.

A 6h05 nous étions en rang serré le long du mur dans le couloir. Nous avions l'ordre de crier, chacun notre tour, notre numéro de place dans la file. Si l'un d'entre nous ne criait pas assez fort, toute la file devait recommencer.

A 6h30, nous apprenions à nous mettre en ordre sur quatre rangées dans la cour (formation dite du "toit").

A 6h45, nous défilions dans la caserne pour apprendre à marcher au pas et à chanter la chanson du régiment. J'étais "le donneur de ton" grâce à ma voix basse. Je devais donc chanter seul (et à tue tête) la première phrase de la chanson. Si ma voix n'était pas assez grave, je devais recommencer...

"Transmetteur Zythom, LE TON!"
[Sur l'air des «trompettes d'Aïda» de G. Verdi]
C'est nouuuus, les descendants des régiments d'Afri-ique,
Les chasseurs, les spahis, les gourmiers
Gardiens zzz-et défenseurs d'empires magnifi-iques
Sous l'ardent soleil chevauchant sans répit nos fiers coursiers
Toujours prêts z-à servir
A vaincre ou à mourir
Nos cœurs se sont t-unis
Pour la Patriiiie.
Au bout de quatre jours de ce régime hurlant, toute velléité de révolte avait été brisée en nous, et les 140 jeunes "bleus bites" ne demandaient qu'à se faire oublier.

Les gradés, voyant que la compagnie commençait à "s'assagir", ont stoppé leurs harcèlements.

Ce qui fait que le cinquième jour, lorsqu'à 6h05 nous étions alignés dans le couloir, le sergent a simplement demandé au premier de commencer "l'appel par numéro d'ordre dans la file", sans plus de précision.

Mais, j'avais décidé d'obéir.

On nous avait demandé de crier le plus fort possible notre position dans la file, et personne ne nous avait donné d'ordre contraire. Les ordres sont les ordres, et quand mon tour est arrivé, j'ai hurlé le plus fortement possible mon numéro de place. Mon voisin, conditionné par trois jours de pression, a hurlé le numéro suivant, ainsi que son voisin, etc.

Je m'étais fait remarquer.

Mais personne n'a pu me faire de reproche, puisque j'obéissais aux ordres, qui n'ont jamais été contredit. Cela a donc duré trois semaines...

Comment punir un homme de troupe qui obéit trop bien? En lui imposant toutes les corvées possibles et imaginables...

J'ai donc lavé les douches, nettoyé le sol des bureaux des gradés (en leur présence), été désigné comme chef de chambré (donc fautif pour tout désordre dans la chambre), etc.

Au bout d'une semaine, et alors que j'effectuais parfaitement tous les ordres qui m'étaient donnés, comme un mouton docile et imbécile, le sergent est venu me voir. Il avait l'air surpris: "Mais, transmetteur Zythom, vous êtes ingénieur?!". Il venait de lire mon dossier militaire pour voir d'où pouvait bien venir ce parfait imbécile.

"Oui, sergent".
"Mais pourquoi faites vous cela?"
"Quoi, sergent?"
"Mais vous n'avez pas compris que tout cela était fait pour mater les résistances et donner une cohésion au groupe?"
"Si, sergent"
"Alors?"
"Alors, à vos ordres, sergent."

J'avais décidé d'obéir et je m'étais fait remarquer.

J'ai eu droit à tous les coups foireux que mon père et mes oncles se racontaient le dimanche lors des discussions des repas de famille: "qui parle anglais?" (=> corvée), "qui veut jouer aux cartes?" (=> corvée), etc.

Mais tous les matins, je hurlais mon numéro de position dans la file (et les suivants aussi, bien obligés) du couloir.

Le caporal qui avait bien compris mon manège, se marrait bien, ce qui énervait encore plus le sergent qui cherchait tous les coups pourris à me confier.

J'étais devenu un spécialiste du démontage/nettoyage de notre MAS 49, avec lequel nous devions dormir lors de nos sorties-randonnées nocturnes. Ce fusil, lourd et encombrant, ne nous servait que de lest car nos séances de tirs utilisaient le FAMAS. Ce qui n'empêchait pas le sergent de me demander de le redémonter, renettoyer, et remonter "car il n'est pas assez propre".

Les avis à mon sujet dans ma chambrée était partagés. Beaucoup avait de la sympathie pour moi (je suis un brave gars), mais en avait un peu marre de se voir punis "collectivement" parce que le feutre noir du béret du sergent ramassait la poussière du sol de la chambre (il est impossible de nettoyer suffisamment un sol pour qu'aucun grain de poussière ne soit ramassé par un béret que l'on fait voler sur le sol à travers la pièce).

Mais les corvées les plus désagréables étaient pour moi, ce qui offrait à mes camarades une relative tranquillité.

J'étais donc de garde, en pleine nuit, près des tentes de campagne, avec mon MAS 49 chargé à blanc et pour consigne de faire les sommations d'usage à toute personne s'approchant. Pour m'obliger à rester éveillé, on m'avait donné une grenade à plâtre dégoupillée que je devais tenir serrée dans la main avec interdiction de la faire exploser. Je peux vous assurer qu'au bout d'un quart d'heure, la main est tétanisée. Heureusement, j'avais utilisé le lacet d'une de mes rangers pour maintenir la cuillère de la grenade en place.

A 6h30 du matin, je vois venir un homme vers moi depuis l'extérieur du camp.

Conformément à l'article R2363-5 du Code de la défense, ou du moins sa version en vigueur à l'époque, j'ai crié "HALTE, qui va là?".

Comme la personne continuait à avancer, j'ai crié, d'une voix forte "HALTE OU JE FAIS FEU!".

La personne a continué à s'avancer en grommelant: "Qu'est-ce que c'est que ces conneries! C'est moi, le Capitaine!"

Comme la procédure (expliquée en cours) mentionnait que la personne devait s'arrêter et fournir clairement ses nom et grade, j'ai hurlé de plus fort: "DERNIÈRE SOMMATION: HALTE OU JE FAIS FEU!!", en mettant la personne en joue avec mon fusil armé à blanc...

Le Capitaine, rouge de colère, s'est arrêté et s'est présenté de façon réglementaire. J'ai pu l'éclairer avec ma lampe pour vérifier. Il s'est ensuite approché de moi et m'a demandé: "Qu'est-ce que vous faite avec une chaussure défaite et cette grenade à la main? Où sont les autres? Il était prévu de partir à 6h!! C'EST QUOI CE BORDEL!"

Après avoir expliqué ma situation grotesque, je lui ai demandé l'autorisation de réveiller moi-même les gradés. Il m'a donné son accord en précisant: "et que ça saute".

J'avais décidé d'obéir.

J'ai ramassé une grenade déjà explosée (nous étions dans un camp d’entraînement) et je me suis approché de la cabane en bois des gradés. J'ai frappé à la porte.

"Transmetteur Zythom au rapport. Nous devions lever le camp à 6h. Ma garde est terminée. Je viens rendre la grenade."

"Meeerde Zythom, arrêtez vos conneries!!"

J'ai pris la grenade déjà explosée, je l'ai lancé dans la pièce en la faisant rouler, tout en lançant dans le même geste la vraie grenade (à plâtre) dehors dans les fourrées près de la cabane et j'ai observé la scène.

Lorsque la grenade à plâtre a explosé (dehors), j'ai entendu quelqu'un dans la cabane hurler "GRENADE!" en même temps que le sergent et les deux caporaux s'éjectaient en roulé-boulé de la cabane devant le Capitaine médusé.

J'ai du laver la cour de la caserne avec une brosse à dent pendant toute une après-midi...

Au bout de trois semaines, nous avions une permission de quatre jours pour nous permettre de rentrer chez nous. J'étais absolument certain de rentrer car pour moi les classes s'arrêtaient là. En effet, l'Armée, consciente des coûts engendrés par les déplacements en train, m'avait fait savoir par le Capitaine en personne que ma permission était sans retour en Allemagne, et que je prenais directement mon poste de scientifique du contingent à Paris.

Les gradés ne le savaient pas. Ils ont voulu me faire croire jusqu'au bout que ma permission était "sucrée". Sur le quai de la gare, quand enfin le sergent m'a donné mon petit papier de permission, il m'a dit: "Transmetteur Zythom, à lundi. On vous attend en forme."

Dans le train qui partait, penché par la fenêtre, je lui ai fait le plus beau bras d'honneur (et le seul) de ma vie.

J'ai depuis compris que j'étais tombé sur une mauvaise équipe de militaires. Je travaille régulièrement avec les militaires que sont les gendarmes et j'ai pu découvrir et apprécier leur professionnalisme et leur rigueur.

Mais je revois encore le visage stupéfait du sergent.
Et, parce que j'ai un fond mauvais, cela me fait encore plaisir aujourd'hui.

26 décembre 2014

La récupération de données, faites la vous-même

Dans le cadre des rediffusions hivernales, le billet du jour, publié en décembre 2009, me permet de rappeler au passage l'importance des sauvegardes, et que le pire peut toujours arriver. En cette période de fêtes de fin d'année, il est encore temps de s'assurer que toutes vos données sont bien à l'abri. Sinon, il y a la méthode décrite ci-dessous...

--o0o--

Vous avez veillé tard hier soir, vous avez malencontreusement effacé un document important, malgré les conseils de David .J. Way...

Vous allumez votre ordinateur et, horreur, celui-ci ne redémarre plus, et affiche au choix: un curseur clignotant sur fond noir, un écran bleu, un message sibyllin au sujet d'un fichier manquant apparemment indispensable (NTLDR?)...

Vous faites un grand ménage de vos fichiers et, croyant travailler sur une copie de répertoire, vous effacez toutes vos photos de votre voyage exceptionnel sur l'ISS...

Votre petit dernier a eu la bonne idée de supprimer votre dossier "accord final avec les chinois" pour faire de la place pour son dernier FPS, TPS, RPG, RTS ou sa variante MMO...

Et bien entendu, votre dernière sauvegarde (choisir une ou plusieurs mentions):
- date de Mathusalem
- quoi, quelle sauvegarde?
- est sur un cédérom ayant servi de sous-verre à votre dernier Mathusalem
- est complète, mais non restaurable (pas de cédérom de boot, ni de logiciel adhoc)
- se trouve hors de portée sur la planète Mathusalem
- se trouve justement sur le disque dur de l'ordinateur en panne...

Bienvenu dans le monde impitoyable des problèmes informatiques.

Première règle: empêcher toute écriture sur le disque dur à problème. Par exemple, en éteignant l'ordinateur.

Seconde règle: réfléchir calmement pour éviter tout mauvais choix. C'est le moment de proposer une pause à votre enfant réclamant son jeu. N'hésitez pas à avertir votre mari/épouse/conjoint(e)/concubin(e)/amant(e)/copain(e)/colocataire/confrère/collègue/patron/subordonné/partenaire(s) sexuel(s) que vous avez un GROS problème à gérer et qu'il vous faut calme et silence. Débranchez le téléphone. N'appelez pas un ami. N'essayez pas le 50/50, ni l'avis du public.

Troisième règle: ne rien entreprendre que l'on ne maîtrise pas. Ce n'est pas le moment pour essayer "un truc", surtout si c'est le fils du voisin "qui s'y connaît bien" qui vous le conseille. Y'en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes!

Hypothèse de travail: votre disque dur semble fonctionner. Il ne fait pas de "clac clac" et ronronne normalement. Si ce n'est pas le cas, ou s'il s'agit d'une clef USB ou d'un disque SSD qui ne fonctionne plus sur aucun autre ordinateur, alors il ne vous reste probablement plus qu'à écouter cette musique. Si vous avez supprimé votre dossier le mois dernier, et que depuis vous avez défragmenté un disque dur rempli à 99%, ou si vous avez utilisé un outil tel que UltraShredder, WipeDisk ou WipeFile de votre LiberKey, il est peu probable que vos données soient récupérables, et dans ce cas: musique.

Que faire? La liste des opérations qui suivent ne prétend pas être la meilleure, ni exhaustive, ni complète. C'est MA liste de conseils, SGDZ. Elle pourra évoluer au gré de mes humeurs et des commentaires des lecteurs (dont je m'approprierai honteusement les bonnes idées).

1) Copie du disque endommagé.
- C'est un réflexe d'expert judiciaire. Je ne travaille jamais sur le disque dur d'origine. Si votre disque dur est en train de vous lâcher, il est préférable d'en effectuer une copie qui, certes, stressera votre disque, mais une fois seulement.
- Une fois la copie effectuée (voir ci-après), rangez votre disque dur et n'y touchez plus.
- Si votre disque d'origine n'est pas trop gros et que vous avez de la place, n'hésitez pas à dupliquer la copie. Vous pourrez alors essayer différents outils de récupération (voir ci-après) et en cas de fausse manip (loi de Edward Aloysius Murphy Jr.), vous pourrez toujours redupliquer la copie, sans toucher au disque dur d'origine. Vous n'avez pas beaucoup de place, n'est-ce pas le moment d'acheter un petit disque de 2To qui pourra toujours vous servir ensuite d'espace de stockage de vos sauvegardes?
- Si vous avez un seul ordinateur, courez acheter un disque dur USB externe (de taille supérieure au votre). Paramétrez votre BIOS pour démarrer sur le disque dur USB sur lequel vous allez installer un nouveau système tout neuf. Il vous suffit ensuite de taper la commande (si Windows, exécution sous cygwin):
dd if=/dev/disque_dur_origine of=nom_de_fichier_image
- Si vous avez deux ordinateurs (et un réseau), il me semble plus pratique de procéder comme indiqué dans ce billet, et de procéder ainsi à une prise d'image à travers le réseau. En résumé: côté PC de travail (si Windows, exécution sous cygwin)
nc -l -p 2000 > nom_de_fichier_image
et côté PC avec disque dur contenant les données endommagées, boot sous DEFT, lancement dans un shell de la commande
dd if=/dev/disque_dur_origine | nc IP_PC_de_travail 2000
- Dans tous les cas, si la commande dd ne fonctionne pas à cause de la présence de secteurs défectueux, il est possible d'utiliser la commande dd_rescue ou sa sœur ddrescue.

2) Les outils de récupération.
Comme j'ai déjà bien travaillé sur ce blog, je vous invite à lire ce billet. En résumé, je vous propose d'utiliser l'outil PhotoRec. Avec cet outil, vous pourrez récupérer tous ces fichiers là.

Vous pouvez également utiliser le live CD INSERT, sur lequel vous trouverez quelques uns des meilleurs outils de récupération (gparted, gpart, partimage, testdisk et recover).

Les linuxiens pourront utiliser avec succès le live CD PLD RescueCD avec entre autres les outils gzrt, disc-recovery-utility, e2retrieve, e2salvage, foremost, gpart, recover, recoverdm, et scrounge-ntfs.

3) L'entrainement, il n'y a que cela de vrai.
Plutôt que d'attendre que la catastrophe n'arrive, essayez un peu de récupérer un fichier effacé exprès.
Mettez en place une stratégie de sauvegarde.
Mettez en place une stratégie de sauvegarde ET de restauration.
Mettez en place une stratégie de sauvegarde ET de restauration ET testez les.
Un peu de lecture ne fait pas non plus de mal:
- DataRecovery de la communauté Ubuntu
- Data Recovery de Wikipedia (en anglais)
- La distribution Operator (Live CD)
Vous vous sentez fort et sur de vous... Vos données ont "ceinture et bretelles"? N'oubliez pas qu'une panne arrive même aux meilleurs: Sid et /tmp, Chappeli et la poubelle (du copain?)...

4) Et après?
Si le disque dur contenant les données perdues vous semble un peu vieux, séparez vous en (en l'amenant à une déchetterie spécialisée). Ne le conservez pas pour faire des sauvegardes ou pour y stocker des données peu importantes (toutes vos données sont importantes). N'oubliez pas d'effacer les anciennes données avant de vous débarrasser du disque.
Si vous arrivez à récupérer tout seul vos données perdues, laissez moi un petit commentaire sous ce billet ;)
Si vous avez utilisé le superbe outil PhotoRec ou TestDisk, envoyez quelques anciennes pièces de monnaies à l'auteur du logiciel Christophe GRENIER, je suis sur que cela lui fera plaisir.
Si vous avez utilisé exceptionnellement une distribution Linux ou des outils OpenSource, pourquoi ne pas continuer?
Connaissez-vous Firefox, Thunderbird, Liberkey, Tristan Nitot, Framasoft? N'hésitez pas à soutenir toutes ces personnes.
Allez réconforter votre mari/épouse/conjoint(e)/concubin(e)/amant(e)/copain(e)/colocataire/confrère/collègue/patron/subordonné/partenaire(s) sexuel(s) en lui expliquant que vous étiez très énervé quand vous lui avez parlé durement. Idem pour votre enfant et son maudit jeu.

Et n'oubliez pas de rebrancher le téléphone.

24 décembre 2014

Manon13

Dans le cadre des rediffusions hivernales, le billet du jour, publié en novembre 2009, fait parti des 10 billets les plus lus de ce blog. Plusieurs professeurs m'ont demandé l'autorisation de l'utiliser comme support pédagogique pour leurs cours, et c'est certainement de cela dont je suis le plus fier... Mes enfants sont prévenus, avec les explications qui vont avec, mais si ce texte peut permettre d'en prévenir d'autres et d'aider les adultes à trouver le ton juste pour les explications indispensables qui doivent l'accompagner, ce blog aura au moins servi à quelque chose. Les logiciels ont changé, les habitudes numériques également (en cinq ans seulement!), mais le texte reste compréhensible et Manon13du31 (pseudo inventé) pourrait encore exister aujourd'hui. J'en croise malheureusement encore chaque année dans mes expertises judiciaires...


--o0o--

Manon a treize ans. Elle travaille bien à l'école où elle a beaucoup d'amis. Elle joue, elle rit comme beaucoup d'enfants de son âge.

Ses parents l'aiment, font attention à son éducation, lui achètent ce qu'il faut, mais pas tout ce qu'elle demande. Bon, elle a quand même un téléphone portable comme tout le monde et un ordinateur dans sa chambre. Mais ils ont fait attention à ne pas céder pour la télévision dans la chambre.

Manon aime bien discuter avec ses amis le soir sur son ordinateur. Elle connait bien comme eux tous les lol, mdr et autres smileys/émoticones. Elle utilise Windows Live Messenger et arrive à suivre une dizaine de conversations sans problème. Elle a une webcam qu'elle utilise de temps en temps quand ses amis en ont une. Son pseudo, c'est manon13du31, parce qu'elle à 13 ans et qu'elle habite en Haute-Garonne, et que c'est rigolo parce que 31 c'est 13 à l'envers.

Manon utilise aussi la messagerie électronique Windows Mail pour faire passer à ses amis tous les textes amusants qu'elle reçoit. Son père n'aime pas trop ça et il appelle ça des chaînes, mais c'est tellement rigolo. Et puis c'est vrai: si tu ne passes pas cet email à 15 personnes, tu risques de ne pas savoir qui est amoureux de toi le lendemain. Et ça, c'est trop important pour risquer de le rater. Et puis les parents ne peuvent pas comprendre, ils sont trop vieux. Son amoureux à elle, c'est Killian. Mais il ne veut pas encore l'embrasser.

Manon s'est inscrite sur plusieurs sites web: celui où l'on peut jouer à faire vivre des animaux, celui où ses copines discutent du beau Michael, mais si, celui DU film. Et bien entendu, Manon a un blog où elle met en ligne des photos d'elle et de ses copines. Mais elle change souvent de blog, parce son père n'aime pas trop qu'elle étale sa vie comme ça sur internet. Il ne veut pas qu'elle ouvre un compte Facebook, et ça c'est nul parce que Cindy, elle, elle en a déjà un. Alors, pour brouiller les pistes, elle crée régulièrement un nouveau blog avec un nouveau pseudo: manon13_du31, manondu31_13, manonLOL1331, manonXX13_31... Elle a même créé un blog cindy13du31 où elle a mis une photo de Bob à la piscine. Bob, c'est le mec le plus bête du collège, haha.

Un soir, Manon discute avec ses amis sur Messenger. Depuis plusieurs semaines, elle grignote quelques minutes supplémentaires auprès de ses parents qui veulent qu'elle se couche tellement tôt. Petit à petit, elle a réussi à rester plus tard, et maintenant, c'est elle la dernière à se déconnecter. Elle discute en ce moment avec sa nouvelle copine Célia super sympa qu'elle connait depuis un mois.

Ce que ne savait pas Manon, c'est que cette copine, c'est un garçon. Un grand. Un homme de 20 ans.

Ce que ne savait pas Manon, c'est qu'à chaque fois qu'elle allumait sa webcam, sa "copine" enregistrait les séquences. C'est vrai que c'était dommage qu'à chaque fois elles ne puissent pas discuter en live, mais c'était parce que la caméra de sa copine avait toujours un problème.

Ce que ne savait pas Manon, c'est que la séquence où elle fait la fofolle dans sa chambre en pyjama ridicule, et bien "Célia" l'avait enregistrée.

Et maintenant, ce garçon la menace de la diffuser sur Youtube! Il a fini par allumer sa webcam, et elle l'entend très bien lui parler. Il lui dit que si elle ne fait pas ce qu'il veut, il balance la vidéo...

Alors, elle fait ce qu'il lui dit.
Et lui, il enregistre.
Et il se filme.
Et elle doit regarder.

Ce que ne savait pas non plus Manon, c'est qu'un policier regarderait également les vidéos. Et un magistrat.

Ce qu'elle ne savait pas non plus, c'est qu'un expert judiciaire regarderait toutes les vidéos, même celles qu'elle avait effacées. Et toutes les conversations Messenger. Et tous ses emails. Et toutes ses photos. Et tous ses blogs.

Ce qu'elle ne savait pas, c'est que ses parents verraient tout cela aussi.

En fait, Manon, 13 ans, du 31, ne savait pas grand chose.
Mais maintenant elle se sent mal.

---------------------
Crédit photo: Série Cold Case.
PS: Prénoms, âge, département et histoire modifiés.

22 décembre 2014

Ouvrez les portes

Cette année 2014 a été plutôt chargée en émotions, à tout point de vue. Plutôt que de faire un traditionnel bilan, je vous ai programmé quelques billets qui sont des rediffusions d'anciens billets auxquels je souhaite donner une seconde chance, en général parce qu'ils ont une place particulière dans mon cœur. Pour repérer rapidement ces rediffusions, je commencerai toujours les billets par "Dans le cadre des rediffusions hivernales" ;-)

--o0o--

Dans le cadre des rediffusions hivernales, le billet du jour, publié en octobre 2009, est dédié à toutes les filles qui sont en internat. Qu'elles reçoivent ici tous mes encouragements.
--o0o--

J'ai passé trois années parmi les plus belles de ma jeunesse à souffrir sur les bancs des classes préparatoires aux grandes écoles (Math Sup et Math Spé). Je ne savais pas à l'époque qu'il existait des grandes écoles qui délivraient également le diplôme d'ingénieurs en cinq ans, sans passer par le laminoir intellectuel des classes prépas (je tiens à préciser qu'il existe même des écoles d'ingénieurs en cinq ans sans classes préparatoires intégrées, où les études s'effectuent à un rythme normal sur cinq ans, je le sais parce que j'y travaille!).

Les conditions de travail étaient classiques, avec comme avantage non négligeable sur les parisiens d'avoir un lycée situé au cœur d'un parc arboré de plusieurs hectares.

J'avais choisi d'être interne, pour pouvoir profiter des conditions de travail et de l'émulation du travail en équipe, avec cette solidarité que l'on ne trouve que lorsque l'on vit en groupe sous pression.

L'internat des 1ère années était un grand bâtiment de trois étages, assez vétuste. Au rez-de-chaussée se trouvaient les espaces collectifs (foyers et salle TV), le 1er étage comportait deux salles de 48 lits chacune (soit 96 garçons plus le surveillant), le 2e étage des salles de travail et le 3e étage était réservés aux redoublants de 2e année (surnommés "cubes" ou "5/2").

Un deuxième bâtiment, neuf celui-là, était réservé aux 2e années et comportaient une centaine de chambre individuelle lit+bureau+lavabo.

J'ai des centaines d'anecdotes d'internat, toutes plus dérisoires ou pathétiques mais intenses. Ces années terribles furent aussi des années d'amitiés très fortes qui perdurent encore aujourd'hui.

L'internat était mixte, mais bien entendu à l'époque, les filles étaient logées dans un bâtiment séparé. Malheureusement pour elles, ce bâtiment unique était particulièrement ancien et ne disposait pas d'espaces communs, et en particulier pas de salle de télévision.

Je vous parle d'une époque où internet n'existait pas pour le grand public et où posséder un ordinateur nécessitait de sacrifier un mois de salaire pour une machine de 16Ko de RAM (avec extension à 48Ko en sacrifiant un mois de salaire supplémentaire).

Grands seigneurs, nous acceptions que les filles viennent regarder la télévision dans notre salle commune et leur présence réchauffait nos ardeurs cœurs.

Oui, mais voilà, à 22h, l'internat des filles était fermé à clef! Pas question de laisser les portes ouvertes à je ne sais quelle pression hormonale... Si une fille n'était pas rentrée dans son bâtiment à 22h, elle devait passer la nuit dehors, et s'expliquer avec la surveillante le lendemain.

Alors la résistance s'était organisée: un garçon de confiance proposait aux filles sa chambre individuelle, avec matelas au sol et garantie que personne ne vienne les embêter. La plupart des films se terminaient après 22h, ce qui servait d'excuse pour justifier d'être restée "hors bâtiment des filles" après 22h. Une fille externe qui disposait d'un logement en ville fournissait un alibi en béton pour servir d'accueil virtuel auprès de la surveillante de l'internat des filles (accueil virtuel car trop loin du lycée).

Pendant une année, j'ai été le garçon de confiance qui a hébergé les quelques filles qui ne rentraient pas à 22h pour être enfermées. La grande majorité revenaient d'une séance de cinéma en ville, ou même d'un concert de l'opéra. Quelques unes finissaient de regarder le film télévisé que leur avait recommandé leurs professeurs de Khâgne. Parfois d'une soirée étudiante (que nous appelions un zinzin chez moi dans le Nord).

Pendant cette année, j'ai vu défiler une ou deux fois par semaine mes camarades féminines de combat d'étude. J'ai été à la fois leur Galahad et leur amoureux courtois...

Aujourd'hui, les années ont passé, ma jeunesse est partie, et je me dis que les choses ont du sensiblement s'améliorer, et que les filles d'aujourd'hui bénéficient des combats remportés par leurs ainées.

Las, en lisant ce billet de Maitre Veuve Tarquine, je me rends compte que bien des luttes restent à terminer.

Ouvrez aux filles les portes de tous les internats de France!