Affichage des articles dont le libellé est Spéléo. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Spéléo. Afficher tous les articles

20 août 2013

Explorations

Dans le cadre des rediffusions estivales, le billet du jour, publié en septembre 2009, évoque un souvenir personnel très fort. La puissance de la jeunesse sans doute ;-) Il clôt également cette série de rediffusion estivale.

Bonne (re)lecture.

------------------------------

Cela fait 20 jours que nous explorons une zone d'environ 80 km2 autour de notre camp de base. Nous sommes huit, nous sommes jeunes, nous sommes en Crête.

On devient un jour spéléologue, mais on le reste toute sa vie.

L'expédition de spéléologie est prévue pour durer un mois, ayant obtenu les autorisations nécessaires auprès de la fédération spéléologique de Grèce relativement facilement car cela fait maintenant plusieurs années que mon club vient dans ce coin de Crête.

Nous sommes en pleine montagne, loin, très loin des plages surpeuplées de touristes. Un berger nous a prêté sa bergerie de montagne située près d'un point d'eau. C'est un luxe pour nous de pouvoir dormir au chaud car les nuits sont fraîches à cette altitude.

Depuis le début de notre expédition, nous avons découvert et exploré deux ou trois nouveaux gouffres chaque jour, à des profondeurs comprises entre 10m et 100m. L'entrée de chaque gouffre est répertoriée sur nos cartes qui commencent à ressembler à un beau ciel étoilé.

Deux ans auparavant j'avais participé à la découverte du plus grand gouffre de Grèce de l'époque[1] en effectuant ma 1ère grande première. L'année suivante avait été consacrée à son exploration jusqu'à un siphon que nous avons exploré sur 10m (à 473m sous la surface).

Cette année, nous cherchons à contourner ce siphon pour poursuivre l'exploration.

Et depuis le début de l'expédition, nous tombons sur des impasses. Mais à chaque exploration, nos cœurs battent pendant des heures avec l'espoir de tomber sur une grosse galerie souterraine qui nous emmènerait tel le métro de la Pierre Saint Martin à des centaines de mètres sous terre... Nous cherchons dans le gouffre principal, mais aussi à l'extérieur dans un rayon de 5km.

Ce 20e jour, avec un camarade, nous trouvons à 3h de marche du camp une petite ouverture de 30 cm entre deux rochers qui semble prometteuse. Avec une torche improvisée, je regarde à travers le passage et aperçois une salle obscure.

Nous nous équipons fébrilement en troquant nos chaussures de marche et nos shorts contre des bottes et des combinaisons chaudes par 35°C à l'ombre...

Nous nous faufilons dans la fissure et explorons la salle. Celle-ci fait 20m sur 5m avec un plafond culminant à 4m. Très proche de la surface, elle est sèche et chaude. Mais au fond, l'eau a creusé une petite fissure à la verticale d'un puits que je sonde à la louche en lançant une pierre: plutôt profond!

Problème: la fissure est plutôt franchement étroite.

Pendant une heure, mon ami et moi allons taper avec nos marteaux pour tenter d'élargir un bout de la fissure, tout en étant attaché solidement pour éviter de tomber dans le puits si par hasard un bloc se détachait brutalement.

Finalement, au bout d'une heure, nous pouvons passer la tête à travers la fissure. Et selon l'adage bien connu des spéléologues, si la tête passe, on peut faire passer le corps!

Ayant gagné à la courte paille, j'ai l'honneur de passer le premier. Il me faut un bon quart d'heure pour forcer le passage et me retrouver suspendu dans le vide sur une corde de 30m épaisse comme mon index.

Je commence à descendre tout doucement, en expliquant ce que je vois à mon camarade:
- "c'est beau"...
- "ça brille beaucoup"...
- "il y a un filet d'eau qui court sur la paroi"...
- "le puits s'élargit maintenant sur plus de cinq mètres"...
- "je ne vois toujours pas le fond"...
- "ça y est. Je suis sur le noeud de fin de corde! Toujours pas de fond!"
- "je ne peux pas m'approcher d'une paroi. Je raboute la corde suivante!"

Je n'aime pas trop cet exercice qui consiste à attacher une corde supplémentaire à la corde sur laquelle je me trouve. Il faut en effet réaliser un nœud particulier que mon descendeur ne pourra pas franchir. Il me faudra donc exécuter "un passage de noeud" en plein puits. Toujours sans voir le fond!

- "je suis sur la 2e corde! Je continue!"
- "je suis au fond! Le puits doit faire 60m!!"
- "ça continue!"
- "il y a une galerie de 10m qui donne sur un autre puits!!!"
- "ça souffle fort!!"

Je sonde le puits avec ma frontale électrique: profondeur estimée=20m. Je suis seul, pas question de continuer sans mon équipier. Je remonte.

Sachant que la tête du premier puits est difficile à franchir, je crie à mon équipier que je souhaite d'abord vérifier que je peux ressortir avant qu'il ne me rejoigne.

Je remonte donc le puits de 60m avec mes poignées-bloqueurs et mon bloqueur de pied. Le passage de nœud est plus facile à la remontée.

Arrivé en haut du puits, je regarde la fissure que je dois refranchir à la verticale.

Je vais tout tenter pendant une heure!
Pendant une heure, je vais torturer mon corps pour qu'il repasse cette fissure que j'ai franchie à l'aller! Pendant une heure, je vais sentir la panique monter en moi par vagues successives. Impossible de repasser!

La pesanteur qui m'avait aidé à l'aller me gêne au retour. Le vide de 60m sous moi me sert les tripes et les parois sont trop loin pour que j'y prenne appui. Je suis coincé au plafond du puits!

La gorge serrée par la peur, je demande à mon camarade d'aller chercher du secours.

Avant cela, il me propose une solution alternative: redescendre le puits pour me mettre à l'abri pour qu'il puisse essayer d'élargir la fissure à coups de marteau.

Je redescends et me mets à l'abri dans la galerie. Je baisse la luminosité de la flamme de mon casque à acétylène. Je vérifie que ma lampe de secours électrique fonctionne. Je m'assois sur mon sac pour éviter l'hypothermie car je crains que l'attente ne soit longue.

Je commence à entendre les coups de marteau de mon collègue.
Je commence à entendre le bruit des pierres qui ricochent sur le fond du puits.
Je commence à me calmer.
J'en profite pour topographier les lieux au topofil (mesureur à fil perdu) et au compas/clinomètre Sunnto.

Après une demi-heure de martelage, mon camarade me crie qu'il pense avoir élargi la fissure. Je me déshabille au maximum et me retrouve en sous-combinaison. Je laisse toutes mes affaires dans mon sac accroché en bout de corde.

Je remonte.

Arrivé à la fissure, je me précipite dans le passage. Je me contorsionne pendant quelques minutes. Mon baudrier se coince. Impossible de le débloquer, mes bras sont déjà passés et ma tête aussi. Mon camarade se faufile jusqu'à moi et arrive à me décrocher de l'aspérité. Un dernier effort et me voilà passé. Je suis livide. Lui aussi.

Je remonte la corde avec mon sac au bout. Je le vide à travers l'étroiture car il est trop gros pour passer.

Nous sortons dehors. Il fait nuit. Les autres s'inquiètent mais la consigne est de ne donner l'alerte que le lendemain midi. Nous rentrons à la lueur de nos lampes. Je suis exténué.

Deux jours plus tard, nous repartons à cinq pour explorer la suite du gouffre. Nous n'avons jamais réussi à en retrouver l'entrée.

Heureusement que mon copain n'était pas allé chercher les secours!

Mes mesures topographiques montreront après calculs que j'avais atteint la côte de -80m avec arrêt sur un puits estimé à 20m.

J'ai toujours pensé depuis que la suite de ce gouffre nous aurait conduit vers la rivière souterraine que nous cherchions.

On ne l'a jamais trouvée.

----------------------
[1] Les spéléos du groupe Catamaran de Montbéliard ont atteint depuis la profondeur de -1208 mètres au gouffre Gorgothakas, offrant ainsi à la Grèce son premier "moins mille". Bien au delà des possibilités de mon club d'étudiants.

13 mars 2012

320 kg d'explosifs

C'est le petit matin. Nous sommes huit à nous activer sous les regards attentifs des encadrants. Des trous ont été creusés la veille: un pour chacun d'entre nous.

Mon trou fait environ 10 cm de diamètre (à peu près la taille d'un DVD) et 10 m de profondeur. J'inspecte le contour parfaitement rond et retire les quelques cailloux qui risquent de tomber. Je regarde autour de moi: mes voisins les plus proches sont à quatre mètres de moi. Nous sommes tous tendus.

Je ne vois pas le fond du trou, trop sombre, mais je suppose et espère que les parois sont suffisamment lisses pour ce que je m'apprête à faire. Je me dirige vers le responsable de la carrière et lui demande mon bâton de dynamite. En fait de bâton, cela ressemble plutôt à un paquet de café bien cylindrique. Le "paquet" fait un kilo. Je le manipule avec précaution. C'est la première fois que je tiens autant d'explosifs dans les mains. Je prends également le détonateur électrique et son long fil de 15 m.

Je me redirige vers mon trou. Je regarde où je marche. Mes gestes sont précis, mais j'ai la peur au ventre. Je sais que si je tombe, il y a très peu de chance pour que mon pain de dynamite n'explose, mais je manque d'expérience, et ma semaine de formation me semble si courte.

J'enfonce le détonateur dans le pain de dynamite, j'enroule le fil électrique autour du pain pour pouvoir le soulever et je l'introduis dans le trou creusé dans le sol. Mon corps est un peu en retrait, juste au cas où, pendant que je laisse filer la dynamite au fond. Le pain a un diamètre légèrement inférieur à celui du trou, ce qui comprime l'air situé au dessous et amortit le "choc" de l'arrivée au fond. Je me sens comme l'ancien servant de mortier du XVIIe siècle...

Le pain de dynamite est en place au fond du trou. Je pose le fil électrique par terre et j'essuie un peu la sueur de mon front.

Je retourne voir le responsable de la carrière pour prendre mes sacs de nitrate-fuel. Ce sont des granulés très stables, qui pour exploser nécessitent une grande onde de choc. D'où la présence de mon pain de dynamite d'un kilo, lui même amorcé par un détonateur électrique contenant un gramme de pentrite. Il paraît que certains agriculteurs fabriquent eux-même les nitrates-fuel avec de l'engrais mélangé à du gazoil dans une bétonnière. Il paraît aussi qu'un mauvais mélange fait sauter parfois la bétonnière...

Je remplis mon trou avec mes granulés de nitrate-fuel. J'y déverse plusieurs sacs. Environ 40 kg d'explosifs...

C'est le dernier jour du stage d'une semaine pour devenir artificier. C'est le jour de l'examen pour obtenir le Certificat d'Aptitude au Tir. Huit candidats toujours en lice, huit trous, 320 kg d'explosifs.

Les examinateurs nous réunissent pour faire leurs critiques et corrections. Ils doivent désigner l'un d'entre nous pour effectuer le tir. C'est moi qu'ils choisissent. Je jubile.

Tout le monde s'écarte à une distance respectable des trous remplis d'explosifs. Je me retrouve seul avec un instructeur. Je passe d'un trou à un autre pour vérifier les fils électriques et les branchements. L'un des examinateurs a débranché discrètement des fils pendant le débriefing. Je corrige les défauts. J'annonce à l'instructeur que la mise à feu est possible. Il hoche la tête et coche une case sur sa grille d'évaluation.

Je branche ma ligne de tir sur le système et la déroule méticuleusement jusqu'au poste de mise à feu, 50 m en arrière de ce morceau de falaise au sommet de laquelle je me trouve et que je m’apprête à pulvériser. Ces cinquante mètres me semblent très courts...

Je branche le système de mise à feu que l'on appelle, je viens juste de l'apprendre pendant le stage, un exploseur. Le modèle que je vais utiliser est à manivelle. Une fois les fils électriques branchés, il suffit de tourner la manivelle pour charger un condensateur électrique qui va d'un seul coup se décharger et déclencher l'explosion. L'inconvénient est que je ne sais pas du tout au bout de combien de tours de manivelle l'explosion va se produire.

Tout le monde est à l'abri, enfin presque, car je me sens très proche des explosifs. La présence à mes côtés de deux instructeurs me rassure un peu. La petite route voisine vient d'être coupée. La sirène d'avertissement "tir imminent" vient juste de retentir. Elle a fait taire les oiseaux. Toute la carrière est silencieuse. Conformément aux consignes de sécurité, je suis débout. J'ouvre la bouche pour protéger mes tympans comme on m'a dit de le faire. Je lève la tête pour regarder le spectacle. Je tourne la manivelle, un tour, deux tours, trois...

L'adrénaline fait se dérouler la scène au ralenti: dans un vacarme assourdissant, je vois la falaise se soulever légèrement, puis s'écarter de la nouvelle falaise ainsi créée et s'effondrer dans un nuage de poussières.

C'est magnifique. Grandiose.

Je vois les deux instructeurs qui se trouvaient à mes côtés courir vers un bulldozer proche de nous. Ils me crient de les rejoindre. Je suis occupé à regarder, bouche déjà bée, des blocs de pierre monter vers le ciel: l'un des trous a fait canon. La ligne de fracture de la falaise, malgré le choix de détonateurs à retards différents, n'a pas été parfaite et la roche autour d'un trou a résisté quelques millisecondes, formant ainsi un canon dirigé à la verticale.

Mon cerveau, tout occupé à l'admiration du spectacle, n'a pas intégré immédiatement le fait que tous les blocs que je voyais monter dans le ciel, allaient finir par redescendre...

Je finis par bouger, mais je n'ai pas le temps de rejoindre sous le bulldozer les instructeurs. Je suis près d'eux, bien droit sous mon casque de chantier. Les blocs tombent autour de moi. L'un d'eux me fait dans le dos une estafilade que j'ai gardée longtemps en souvenir. Un bloc traverse la route devant les yeux médusés des conducteurs des voitures arrêtées qui râlaient quelques minutes plus tôt contre cette barrière abaissée.

Jamais plus, dans toute ma vie, je ne pense avoir à faire sauter autant d'explosifs d'un seul coup. Mais je me souviendrai longtemps encore de cette matinée en carrière, de cet examen final de mon certificat d'aptitude au tir, qui m'a permis de devenir artificier spéléologue.

J'espère simplement ne jamais avoir à m'en servir sous terre pour dégager un blessé.

08 février 2011

Une sortie d'initiation

La pratique de la spéléologie dans le club qui m'a formé était un mélange d'exploration, de formation à la pratique, de formation à l'encadrement et d'éveil à l'intérêt scientifique de cette discipline.

Une fois passés les premiers niveaux de la pratique, j'ai donc très vite été incité à devenir encadrant, c'est-à-dire à passer le diplôme d'initiateur. A cette époque, vous aviez déjà 3 niveaux de diplômes spéléos: "initiateur", celui qui peut emmener des débutants dans des cavités adaptées (en particulier sans grand puits), le "moniteur", celui qui savait tout sur tout en plus d'être un sportif accompli, et enfin "l'instructeur", le demi-dieu de la spéléologie.

Je n'ai jamais dépassé le niveau "initiateur", préférant me spécialiser dans la manipulation des explosifs pour servir à quelque chose dans l'équipe de spéléo-secours de mon département.

J'ai donc encadré plusieurs sorties spéléos emmenant des débutants du club, très nombreux chaque année. L'une de ses sorties restera dans ma mémoire.

La préparation d'une sortie spéléo est très minutieuse, surtout quand on doit parcourir des centaines de kilomètres pour pratiquer ce sport. On regrette très vite d'avoir oublié une corde indispensable, entrainant l'annulation frustrante de la suite de l'exploration. Il faut connaître la topographie du gouffre choisi, regrouper les cordes appropriées, et tout le matériel pour les accrocher aux parois, répartir tout cela dans des sacs, organiser les repas, prévoir le gîte adapté, regrouper les voitures, vérifier les assurances, faire les répétitions des gestes techniques minimaux de manipulation du matériel de descente et de remontée, vérifier les harnais, les casques, les lampes à acétylène, les lampes électriques de secours, prévoir les réserves de carbure de calcium, etc.

Le club disposait d'un vieux combi Volkswagen que j'ai été amené à conduire souvent et qui nous permettait de partir à 8 avec tout le matériel spéléo et nos sacs persos en payant un tarif réduit aux péages (véhicule famille nombreuse).

Le gouffre sélectionné pour cette sortie n'avait qu'un seul puits, situé dès l'entrée. Ce puits faisait 10m et démarrait une cavité assez jolie par son cheminement souterrain bien que très fréquentée parce qu'accessible pour l'initiation.

Quand nous sommes arrivés à l'entrée du gouffre, il y avait déjà plusieurs équipes présentes sous terre, chacune ayant installé ses propres cordes. Je m'empresse de procéder moi-même à la mise en place de notre matériel (sous celui des autres équipes) et descend le premier pour assurer la sécurité des débutants depuis le bas du puits.

Je laisse donc mon camarade initiateur s'occuper de la sécurité en haut du puits, pour que chaque débutant soit placé sur la corde sans danger de chute. Chaque sortie doit être encadrée par au moins deux diplômés pour assurer la sécurité: l'un s'occupe du haut du puits, l'autre tient solidement la corde depuis le bas, pour assurer la descente en douceur du débutant. C'est cette tâche que j'avais choisie.

Je vois donc défiler, lentement mais surement, tout mon groupe, jusqu'à cette petite brune aux cheveux longs.

La descente sur corde en spéléologie nécessite l'emploi d'un appareil très simple à deux poulies fixes, tel que décrit ici sur Wikipédia. La corde fait un demi-huit entre les deux poulies, et la gestion des frottements (les poulies sont fixes) permet au spéléologue de maitriser sa vitesse de descente. En cas de problème (perte de conscience, panique ou lâché de corde), la personne située en bas tire sur la corde et arrive à stopper la personne avant qu'elle n'acquière une vitesse de chute trop grande.

La consigne pour les cheveux très longs est de bien les attacher pour éviter qu'ils ne se prennent dans le descendeur et ne se coincent entre la corde et les poulies.

Las, mon camarade en charge de la surveillance du haut du puits était très vigilant sur la bonne mise en place de la corde dans le descendeur, moins sur les problèmes potentiels des longs cheveux. Et ce qui devait arriver arriva: à mi chemin du puits, une grosse poignée de cheveux s'est prise dans le descendeur, stoppant nette la descente de la jolie brune dans un hurlement de douleur assourdissant.

Tout le poids de cette jeune fille reposait sur une partie de son cuir chevelu qu'il tentait d'arracher... Plus je tirais sur la corde pour m'assurer qu'elle ne descendrait pas d'un seul coup, risquant de se briser les os à mes pieds, plus elle hurlait de douleur. J'étais bloqué en bas.

Mon camarade du haut ne pouvait pas descendre sur la corde déjà occupée (c'est une technique délicate qu'il ne maitrisait pas) et restait tétanisé par les hurlements qui remplissaient tout le puits. Je ne pouvais pas bouger de mon poste car les cheveux (ou le cuir chevelu) risquaient de rompre à tout moment et la malheureuse n'était plus en état de gérer sa descente en douceur. Tout le monde était pétrifié.

Après quelques longues secondes d'hésitation, j'ai appelé un débutant qui me semblait plus dégourdi que les autres. Je l'ai regardé dans les yeux et lui ai expliqué ce que j'attendais de lui: qu'il tienne solidement la corde en y mettant tout son poids malgré les hurlements. La vie de notre camarade en dépendait. Après m'être assuré qu'il avait compris et s'était mis en position adéquate, je suis monté sur les cordes mis en place par les autres équipes qui nous avaient précédées.

Je me souviens de cette remontée de quelques mètres seulement qui m'a semblé prendre des heures.

Arrivé à la hauteur de l'infortunée chevelue, ma première pensée a été de lui couper les cheveux avec la flamme de ma lampe à acétylène. Un éclair d'intelligence m'a fait réaliser que l'ensemble de sa chevelure risquait de prendre feu. Je la rassurais comme je pouvais, elle alternait gémissements et hurlements, supplications et appel à l'aide.

J'ai alors retiré mon casque. Comme un moniteur du club me l'avait enseigné, j'avais toujours, glissés dans mon casque, une couverture de survie, la liste des question à poser en cas d'accident, un petit carnet et un crayon pour prendre des notes, une boite d'allumettes et un tout petit couteau.

En enlevant délicatement mes gros gants, j'ai saisi mon couteau avec précaution pour ne pas qu'il ne m'échappe, je l'ai déplié, et j'ai commencé à découper les cheveux pris dans le descendeur en expliquant à voix haute ce que je faisais. Sa tête a fini par se relever. J'ai pris la corde, demandé à l'assureur du bas de relâcher la tension, et j'ai fais un nœud autour du descendeur pour empêcher sa descente.

Je l'ai prise dans mes bras pour qu'elle pleure de toute son âme.

Au bout de quelques minutes, j'ai remplacé mon équipement de remontée par celui de descente, j'ai retiré le nœud de son descendeur et du mien, et nous avons commencé la descente sur nos cordes respectives, elle étant blottie contre moi, et moi tenant les deux cordes dans mes mains.

La descente s'est faite dans un silence rendu impressionnant par le vacarme précédent.

Il nous a fallu une heure pour repartir. Le cuir chevelu de la jeune fille avait gonflé d'une manière alarmante. Nous sommes remontés côte à côte sur deux cordes. Nous avons pris le temps nécessaire. Elle est restée allongée dans la voiture pendant tout le trajet vers l'hôpital.

Elle n'a pas poursuivi la pratique de la spéléologie.
Depuis, nous vérifions pour chaque fille et chaque garçon qu'aucun cheveu ne dépasse.
Et nous avons tous un petit couteau dans notre casque.

30 septembre 2009

Etroiture

Cela fait 20 jours que nous explorons une zone d'environ 80 km2 autour de notre camp de base. Nous sommes huit, nous sommes jeunes, nous sommes en Crête.

On devient un jour spéléologue, mais on le reste toute sa vie.

L'expédition de spéléologie est prévue pour durer un mois, ayant obtenu les autorisations nécessaires auprès de la fédération spéléologique de Grèce relativement facilement car cela fait maintenant plusieurs années que mon club vient dans ce coin de Crête.

Nous sommes en pleine montagne, loin, très loin des plages surpeuplées de touristes. Un berger nous a prêté sa bergerie de montagne située près d'un point d'eau. C'est un luxe pour nous de pouvoir dormir au chaud car les nuits sont fraiches à cette altitude.

Depuis le début de notre expédition, nous avons découvert et exploré deux ou trois nouveaux gouffres chaque jour, à des profondeurs comprises entre 10m et 100m. L'entrée de chaque gouffre est répertoriée sur nos cartes qui commencent à ressembler à un beau ciel étoilé.

Deux ans auparavant j'avais participé à la découverte du plus grand gouffre de Grèce de l'époque[1] en effectuant ma 1ère grande première. L'année suivante avait été consacrée à son exploration jusqu'à un siphon que nous avons exploré sur 10m (à 473m sous la surface).

Cette année, nous cherchons à contourner ce siphon pour poursuivre l'exploration.

Et depuis le début de l'expédition, nous tombons sur des impasses. Mais à chaque exploration, nos cœurs battent pendant des heures avec l'espoir de tomber sur une grosse galerie souterraine qui nous emmènerait tel le métro de la Pierre Saint Martin à des centaines de mètres sous terre... Nous cherchons dans le gouffre principal, mais aussi à l'extérieur dans un rayon de 5km.

Ce 20e jour, avec un camarade, nous trouvons à 3h de marche du camp une petite ouverture de 30 cm entre deux rochers qui semble prometteuse. Avec une torche improvisée, je regarde à travers le passage et aperçois une salle obscure.

Nous nous équipons fébrilement en troquant nos chaussures de marche et nos shorts contre des bottes et des combinaisons chaudes par 35°C à l'ombre...

Nous nous faufilons dans la fissure et explorons la salle. Celle-ci fait 20m sur 5m avec un plafond culminant à 4m. Très proche de la surface, elle est sèche et chaude. Mais au fond, l'eau a creusé une petite fissure à la verticale d'un puits que je sonde à la louche en lançant une pierre: plutôt profond!

Problème: la fissure est plutôt franchement étroite.

Pendant une heure, mon ami et moi allons taper avec nos marteaux pour tenter d'élargir un bout de la fissure, tout en étant attaché solidement pour éviter de tomber dans le puits si par hasard un bloc se détachait brutalement.

Finalement, au bout d'une heure, nous pouvons passer la tête à travers la fissure. Et selon l'adage bien connu des spéléologues, si la tête passe, on peut faire passer le corps!

Ayant gagné à la courte paille, j'ai l'honneur de passer le premier. Il me faut un bon quart d'heure pour forcer le passage et me retrouver suspendu dans le vide sur une corde de 30m épaisse comme mon index.

Je commence à descendre tout doucement, en expliquant ce que je vois à mon camarade:
- "c'est beau"...
- "ça brille beaucoup"...
- "il y a un filet d'eau qui court sur la paroi"...
- "le puits s'élargit maintenant sur plus de cinq mètres"...
- "je ne vois toujours pas le fond"...
- "ça y est. Je suis sur le noeud de fin de corde! Toujours pas de fond!"
- "je ne peux pas m'approcher d'une paroi. Je raboute la corde suivante!"

Je n'aime pas trop cet exercice qui consiste à attacher une corde supplémentaire à la corde sur laquelle je me trouve. Il faut en effet réaliser un nœud particulier que mon descendeur ne pourra pas franchir. Il me faudra donc exécuter "un passage de noeud" en plein puits. Toujours sans voir le fond!

- "je suis sur la 2e corde! Je continue!"
- "je suis au fond! Le puits doit faire 60m!!"
- "ça continue!"
- "il y a une galerie de 10m qui donne sur un autre puits!!!"
- "ça souffle fort!!"

Je sonde le puits avec ma frontale électrique: profondeur estimée=20m. Je suis seul, pas question de continuer sans mon équipier. Je remonte.

Sachant que la tête du premier puits est difficile à franchir, je crie à mon équipier que je souhaite d'abord vérifier que je peux ressortir avant qu'il ne me rejoigne.

Je remonte donc le puits de 60m avec mes poignées-bloqueurs et mon bloqueur de pied. Le passage de nœud est plus facile à la remontée.

Arrivé en haut du puits, je regarde la fissure que je dois refranchir à la verticale.

Je vais tout tenter pendant une heure!
Pendant une heure, je vais torturer mon corps pour qu'il repasse cette fissure que j'ai franchie à l'aller! Pendant une heure, je vais sentir la panique monter en moi par vagues successives. Impossible de repasser!

La pesanteur qui m'avait aidé à l'aller me gêne au retour. Le vide de 60m sous moi me sert les tripes et les parois sont trop loin pour que j'y prenne appui. Je suis coincé au plafond du puits!

La gorge serrée par la peur, je demande à mon camarade d'aller chercher du secours.

Avant cela, il me propose une solution alternative: redescendre le puits pour me mettre à l'abri pour qu'il puisse essayer d'élargir la fissure à coups de marteau.

Je redescends et me mets à l'abri dans la galerie. Je baisse la luminosité de la flamme de mon casque à acétylène. Je vérifie que ma lampe de secours électrique fonctionne. Je m'assois sur mon sac pour éviter l'hypothermie car je crains que l'attente ne soit longue.

Je commence à entendre les coups de marteau de mon collègue.
Je commence à entendre le bruit des pierres qui ricochent sur le fond du puits.
Je commence à me calmer.
J'en profite pour topographier les lieux au topofil (mesureur à fil perdu) et au compas/clinomètre Sunnto.

Après une demi-heure de martelage, mon camarade me crie qu'il pense avoir élargi la fissure. Je me déshabille au maximum et me retrouve en sous-combinaison. Je laisse toutes mes affaires dans mon sac accroché en bout de corde.

Je remonte.

Arrivé à la fissure, je me précipite dans le passage. Je me contorsionne pendant quelques minutes. Mon baudrier se coince. Impossible de le débloquer, mes bras sont déjà passés et ma tête aussi. Mon camarade se faufile jusqu'à moi et arrive à me décrocher de l'aspérité. Un dernier effort et me voilà passé. Je suis livide. Lui aussi.

Je remonte la corde avec mon sac au bout. Je le vide à travers l'étroiture car il est trop gros pour passer.

Nous sortons dehors. Il fait nuit. Les autres s'inquiètent mais la consigne est de ne donner l'alerte que le lendemain midi. Nous rentrons à la lueur de nos lampes. Je suis exténué.

Deux jours plus tard, nous repartons à cinq pour explorer la suite du gouffre. Nous n'avons jamais réussi à en retrouver l'entrée.

Heureusement que mon copain n'était pas allé chercher les secours!

Mes mesures topographiques montreront après calculs que j'avais atteint la côte de -80m avec arrêt sur un puits estimé à 20m.

J'ai toujours pensé depuis que la suite de ce gouffre nous aurait conduit vers la rivière souterraine que nous cherchions.

On ne l'a jamais trouvée.

----------------------
[1] Les spéléos du groupe Catamaran de Montbéliard ont atteint depuis la profondeur de -1208 mètres au gouffre Gorgothakas, offrant ainsi à la Grèce son premier "moins mille". Bien au delà des possibilités de mon club d'étudiants.

Crédit image Erdé

22 octobre 2008

Une grotte de cristaux

J'aime la spéléologie, même si je ne la pratique plus beaucoup.
Aussi, quand je suis tombé sur cet article du National Geographic... Je suis tombé par terre. Si vous regardez bien la photo, vous verrez des spéléos en train d'explorer la grotte.

Ce sont apparemment les plus grands cristaux découverts sur sous Terre (jusqu'à 10m de long!). Cette cavité s'appelle "Cueva de los Cristales" et s'étend jusqu'à 300m sous le désert de Chihuahua. Découverte en 2000 lors du percement d'une galerie minière, elle est extrêmement chaude et humide (45°C et 95% d'humidité), au point d'obliger les spéléologues à être équipés de respirateurs et de vêtements refroidis avec des sacs de glace.

De quoi donner envie de replonger sous terre.

Photos crédit Carsten Peter, Speleoresearch & Film

05 juin 2008

Une idée dont le temps est venu

L'ESA recrute des astronautes...

1ère étape: trouver un médecin "certifié aviation" pour qu'il m'établisse le certificat médical me permettant de commencer le dépôt d'un dossier de candidature.
Bon, ça, c'est fait. Une demi-journée de congé, 100 km aller, 100 km retour, avec à la clef une bonne nouvelle, je suis en pleine forme et apte à la conduite d'un avion...

2e étape: remplir le dossier de candidature. Il me faut dérouiller mon anglais. Comment dit-on "expert judiciaire" en anglais?...

3e étape: attendre...

Et pendant ce temps là, je rêve un peu. Comment l'ESA peut-elle réussir à envoyer des hommes dans l'espace sans passer par les USA ou la Russie? La réponse est financière et les ingénieurs européens tout à fait capables...

LA question (à deux euros:) d'aujourd'hui est plutôt:
comment envoyer un homme sur Mars sans exploser les budgets?

Tous les articles que je peux lire sur le sujet tournent autour du concept d'un voyage de deux ans et demi: 6 mois pour l'aller, 18 mois pour attendre des conditions favorables pour pouvoir revenir et 6 mois pour le retour.

Imaginez qu'un homme soit volontaire pour un voyage de six mois confiné dans un petit vaisseau blindé contre les rayonnements mortels, volontaire pour risquer de s'écraser lors de l'entrée dans l'atmosphère, volontaire pour vivre loin des siens, volontaire pour tenter de survivre dans un milieu hostile, désertique, avec une espérance de vie extrêmement réduite.

Et c'est là qu'une idée m'est venue, la GRANDE idée:
pourquoi vouloir faire un aller/retour?
Pourquoi ne pas faire un aller simple?

Et trouver un volontaire pour survivre sans espoir de retour.
Un volontaire pour explorer Mars et y mourir.

Si je suis retenu pour être astronaute et si l'ESA envoie un homme sur Mars dans ces conditions d'ici 20 ans, j'aurais encore l'âge d'être ce volontaire.

Pour être le premier homme sur Mars.
Pour être le premier homme à surfer avec un Round-Trip Time (RTT) de 40 minutes...

Et être le premier à explorer les gouffres de Mars...

Dommage que je sois déjà trop vieux...
Mais laissez moi rêver.

«Il y a une chose plus forte que toutes les armées du monde,
c'est une idée dont le temps est venu.
»
Victor Hugo

05 mars 2008

Espace, frontière de l'infini

Imaginez: vous êtes assis sur plusieurs milliers de tonnes d'explosif à attendre le décollage. Votre cœur s'accélère, vos pensées s'affolent, le moment est historique: vous êtes le premier humain que l'on envoie vers Mars.

Le voyage est long, entrecoupé d'éruptions solaires contre lesquelles vous vous réfugiez dans un sarcophage de plomb. Les problèmes de poids, de nourriture et de coûts ont fait que malgré les problèmes psychologiques, vous avez été envoyé seul.

La solitude vous pèse, la distance et les risques ajoutent un stress qu'il est difficile de combattre. Les liaisons avec la Terre introduisent un décalage de plus en plus grand. Les réunions de famille en visioconférence sont trop espacées à votre goût, mais ils sont tellement occupés qu'ils ne voient pas le temps passer. Vous par contre...

Vous avez accepté deux conditions quasi inhumaines pour avoir la chance de partir comme premier explorateur: vous êtes seul, et le billet est sans retour. Cette deuxième condition a d'ailleurs déclenché énormément de polémiques avant le départ. Les "pro" et les "anti" se sont affrontés par média interposés, mais aussi physiquement. Et puis il y a la conséquence la plus terrible: l'abandon de la famille.

Mais la flamme est toujours là: explorer un monde nouveau, vivre une passion dévorante, être le centre d'intérêt de milliards de personnes.

L'arrivée sur Mars s'est bien déroulée. Le module a été rapidement transformé pour assurer un confort suffisant. Le site a été choisi pour la présence d'eau et la proximité d'une caverne. Votre centrale d'énergie doit tenir 20 ans: elle vous fournit l'oxygène extraite de l'eau. Vous avez suffisamment de nourriture déshydratée pour tenir. L'exploration peut commencer...

La science est un domaine d'exploration en elle-même: études géologiques, physiques, physiologiques, botaniques... A propos, parmi les graines amenées et plantées, certaines ont germé et se développent dans l'atmosphère tenue de Mars: la force de la vie. J'imagine qu'en cas de décès, des asticots surgiront de nulle part pour s'attaquer à mon corps!

Les réunions de famille ont trouvé leur rythme. Il y a longtemps que nous nous sommes habitués au procédé: une demi-heure pendant laquelle je parle, une demi-heure de pause en raison du délai de transmission d'un quart d'heure, et une demi-heure où toute la famille me répond. Pour eux, l'échange a duré une heure, sans interruption, et pour moi une heure et demi avec la pause d'une demi heure. La semaine suivante, on inverse les rôles.

Je me suis toujours demandé pourquoi un être humain devient fou lorsqu'il vit coupé du monde trop longtemps. Je n'en prends pas le chemin car j'ai la chance d'être en contact permanent avec des centaines de personnes. Ma famille bien sur, mes amis, et surtout le conseil scientifique qui filtre les demandes d'études en tout genre que je suis chargé de faire. Et bien entendu, une armée de techniciens qui m'aide à distance à l'entretien des équipements. Beaucoup de choses sont robotisées et télécommandées, mais j'ai toujours des améliorations à apporter, ou des montages à réaliser.

Aujourd'hui, c'est journée libérée. Tous les dix jours je dispose à ma guise du programme de la journée. J'en profite pour mener des explorations spéléos dans les différents gouffres que j'ai découverts. Je suis limité aux passages les plus larges à cause de ma combinaison, mais j'ai déjà parcouru plusieurs centaines de mètres sous terre et ramené des films et photographies extraordinaires. Autant la surface a été balayée par les vents et tempêtes de sables, autant le sous sol a préservé les fragiles constructions hydrogéologiques de l'époque où l'eau coulait sur (et sous) Mars. Je reviens couvert de souffre et d'argile. Un vrai retour des enfers...

J'en profite également pour alimenter mon blog et répondre aux commentaires. Ceux-ci sont beaucoup moins nombreux que sur mon blog officiel tenu par des collaborateurs de l'agence spatiale. Je tiens un blog parallèle sous pseudonyme: Zythom - Blog d'un informaticien expert judiciaire. C'est beaucoup plus sérieux.

09 octobre 2007

1ère première

Je ferme mon descendeur et vérifie que la corde y est engagée correctement.
Un coup d'œil sur l'amarrage principal, un sourire à mon chef d’équipe et hop, je glisse accompagné du bruit de la cascade dans ce puits noir que ma lampe à acétylène éclaire à peine.

Aucun être humain n’est jamais venu contempler ce spectacle magnifique.
Je suis le premier!
C’est ce que l’on appelle "une première" en langage spéléo.

Par un lancer de pierres, nous avons estimé la profondeur de ce puits à 100m. Nous sommes déjà à 200m sous la surface de la Crète (Grèce). Ce gouffre est notre découverte. Nous sommes surexcités.

Notre camp de base compte dix personnes. Dix étudiants passionnés qui consacrent un mois de leurs vacances à prospecter dans les montagnes crétoises, loin des touristes du bord de mer. Nous préparons cette expédition depuis six mois. C’est notre troisième venue dans cette zone et l’année précédente avait été riche en découvertes: 40 gouffres dont 6 dépassants les 100m de profondeur. Des centaines d’heures d’exploration dans ces cimes des profondeurs inexplorées.

Je bloque la corde sur mon descendeur. La cascade se rapproche dangereusement. J’allume ma lampe électrique en complément de ma lampe acétylène. C’est toujours très désagréable de se retrouver dans le noir quand une goutte d’eau vient éteindre la flamme. Je vérifie que ma corde est bien dégagée de toute arête coupante au dessus de moi. Puis je baisse la tête pour scruter les ténèbres. Tout est noir.

J’ai dans mon sac 120m de corde que je déroule au fur et à mesure de ma descente. J’espère que cela suffira. Je n’aime pas faire un "passage de nœud" en plein vide, lorsque la première corde est trop courte.

Depuis trois heures que nous continuons l’exploration de ce gouffre, c’est la première fois que mon chef d’équipe me laisse passer en tête. C’est ma 1ère première!

Je remonte le col de ma combinaison étanche. Les deux pieds sur la paroi, à angle droit, je reprends ma descente. Le bruit de l’eau s’intensifie. Je crie à mon compagnon d’exploration ce que je vois. Je sais qu’il est impatient de savoir s’il y a une suite… Entre nous règne une confiance absolue. Je sais qu’il ne bougera pas tant que je ne suis pas à l’abri quelque part au fond, de peur de faire tomber une pierre assassine. Nous avons bien dégagé le haut du puits, mais un accident est si vite arrivé.

Justement, mon rôle de "premier de cordée" est de dégager la paroi de toutes les pierres dangereuses avant de déployer la corde. Je fais le ménage dans un bruit infernal de chutes de pierres qui, malgré la cascade, parvient aux oreilles inquiètes des suivants qui attendent mon signal pour descendre. Je resserre la sangle de mon casque. Il peut résister à un choc d’une tonne. Moi pas…

Mes pieds touchent le sol. Je vérifie que je ne suis pas sur une corniche, puis détache la corde de mon descendeur et me mets à l’abri derrière un pli de la paroi. Le chef d’équipe me rejoint en déroulant le "fil topo": 90m. Nous sommes à -290m sous terre. Pas mal ! Je note les mesures topographiques sur mon carnet en faisant quelques croquis des lieux. Les autres nous rejoignent avec la même question dans les yeux : "est-ce que cela continue?". Nous suivons l’eau qui s’engouffre dans un conduit. Ca passe. Ca continue! Je laisse ma place de premier à un autre. Nos yeux sont pleins de tout ce spectacle. Garçons et filles unies dans une même communion. Nos regards brillent.

PS : Nous avons découverts ce gouffre quelques jours avant la fin de l’expédition. Nous nous arrêterons sur manque de cordes face à un puits dont la dimension alimentera nos rêves durant toute une année. Lors de l’expédition suivante, nous buterons à -403m sur un siphon que notre plongeur explorera sur 10m de profondeur: -413m, record de Grèce de profondeur. Il tiendra 5 ans.

Je croise encore dans mes montagnes quelques pratiquants de ce sport que certains qualifient de sale. Il n’y a pas d’âge pour pratiquer la spéléologie. Cela me manque.

30 août 2007

De la spéléo sur Mars bis

Je suis un adepte de la spéléologie (et en plus je suis artificier pour le spéléo-secours).

Je rêve d'aller sur Mars.

Pour faire suite à ce billet, j'apprends aujourd'hui sur planetary.org que la tâche sombre découverte sur Mars est bien un gouffre de belle catégorie.

Pour les anglophobes, il suffit de regarder la deuxième image ICI.

Arrrg.

22 mai 2007

It's raining CATs and dogs...

J'ai mon CAT !
Non, pas un Centre d'Aide par le Travail, mais un beau Certificat d'Aptitude au Tir...

En clair, je suis artificier...
En plus clair, je suis apte à faire sauter des explosifs.

"Pour quelle raison?", allez-vous me dire.
Mais parce que je pratique pratiquais la spéléologie à un niveau tel qu'il fallait commencer à envisager le pire: la sortie sur civière.

Et dans certains gouffres, une civière, cela ne passe pas.
Il faut alors choisir entre:
- faire passer le blessé en vrac malgré ses fractures (boules QUIES obligatoires);
- laisser le blessé où il est, et amener l'hôpital par petits morceaux (prévoir une bonne réserve de morphine, la reconstruction d'un bloc opératoire dans un boyau souterrain sans abimer la nature demandant un certain temps;
- abimer la nature sans tuer le blessé, ni les secouristes (et si possible sans refermer le gouffre).

Le meilleur moyen pour agrandir un passage souterrain loin de toute civilisation (pas d'électricité, pas de compresseur, pas de téléphone portable, par d'accès internet ;), et bien, c'est d'utiliser des explosifs.

Aussi, quand on m'a demandé de participer à l'équipe de secours spéléo de ma région, n'étant plus dans la force de ma jeunesse, j'ai choisi l'option BOOM, et j'ai passé mon CAT:

Le Certificat d'Aptitude au Tir est obligatoire pour certaines professions, comme par exemple pour l'exploitant de carrières. C'est d'ailleurs dans une carrière que j'ai effectué une semaine de stage intensif pour obtenir ce diplôme.

La semaine de stage se termine par un examen théorique ET par une épreuve pratique qui consiste à faire exploser une partie de la carrière: chaque stagiaire dispose d'un trou large de 10 cm, et profond d'environ 10 mètres dans lequel il place les explosifs (amorce de dynamite avec détonateur + mélange explosif) et relie son détonateur au système de mise à feu (l'exploseur).

J'ai eu la chance d'être désigné pour actionner l'exploseur, déclenchant ainsi un tir de carrière contenant 1000 fois plus d'explosifs que je ne ferai jamais sauter sous terre (où l'on utilise des micro charges).

Nous avions appris en cours qu'il faut garder la bouche ouverte au moment de l'explosion pour éviter une surpression au niveau des tympans.

Nous avions également étudié la possibilité d'un "coup de canon". C'est un phénomène qui se produit quand l'un des trous rempli d'explosif agit comme un canon et expulse toute la roche environnante en l'air.

J'ai eu droit à un "effet canon".

J'étais donc là debout, la bouche ouverte, les yeux écarquillés par le spectacle magnifique de explosion colossale que j'avais déclenchée, observant la nuée de petits points montant dans le ciel pendant que les instructeurs se ruaient sous le bulldozeur situé près de nous...

Je suis resté seul, bien droit sous mon casque.

J'en ai gardé un souvenir exaltant, ainsi qu'une cicatrice dans le dos quand les pierres ont commencé à pleuvoir autour de moi.

20 avril 2007

Deux vies

A ce moment précis de mon existence, j'ai la chance de n'avoir tué personne: ni accident mortel, ni meurtre parfait.

J'ai même la fierté de pouvoir dire que j'ai sauvé deux vies:

- Lors d'une sortie spéléo, un copain et moi explorions pour la première fois un gouffre bien connu. Nous étions face à un passage particulièrement étroit que nous pensions franchissable. D'ailleurs nous voyions clairement un vaste puits derrière l'étroiture, preuve à nos yeux que nous étions sur la bonne voie. Mon camarade s'est engagé dans la faille en se faufilant, jusqu'à se trouver complètement coincé.
Le cauchemar de tout spéléologue.
En cherchant à se dégager, il a même perdu le sac d'équipement qu'il portait et que nous avons entendu se fracasser plusieurs dizaines de mètres plus bas. Spectateur impuissant derrière lui, j'entendais au son de sa voix que la panique commençait à monter. Sur le ton de la plaisanterie (et pourtant je n'en menais pas large), je lui dis qu'il ne se fasse pas trop d'illusion sur mon compte, car j'allais entreprendre de le déshabiller. En passant un bras au travers de l'étroiture, j'ai réussi à lui retirer tout son équipement, ses bottes, son baudrier et sa combinaison. Ainsi allégé, il a pu se contorsionner pour reculer et se sortir de ce mauvais pas... Le vrai chemin était en fait quelques mètres plus haut et contournait cette faille impénétrable. Il ne nous restait plus qu'à bricoler les quelques cordes qui nous restaient pour aller chercher le sac perdu qui contenait tout le matériel prévu pour la suite (dont notre repas)...

1 - 0

- ma fille ainée s'étouffait avec un bonbon donné à l'entrée du supermarché par un Père Noël. Sans paniquer, l'esprit clair et froid, je me suis placé derrière elle et j'ai violemment comprimé son ventre à deux mains. Le bonbon coincé dans sa gorge a été propulsé loin dans le rayon et elle s'est mise à respirer normalement. J'ai immédiatement ri avec elle pour dédramatiser l'évènement et nous avons continué les courses tous les deux tranquillement (ce n'est pas si souvent que je fais les courses, mon réfrigérateur se remplissant tout seul comme par enchantement... La magie du mariage sans doute). Ce n'est que quelques minutes plus tard que mes nerfs ont lâché et que j'ai laissé couler quelques larmes. Imaginez la scène: un homme larmoyant poussant un caddie avec une enfant réclamant un nouveau bonbon...

2 - 0

Je sais, c'est très mal de s'auto glorifier, mais je suis TRES FIER d'avoir sauvé deux vies.

22 mars 2007

De la spéléo sur Mars !

Depuis l'écriture de ce billet, vous savez que je suis un ancien pratiquant de la plus belle activité d'exploration qui soit: la spéléologie.

Vous avez lu ici sur mon CV, que j'espérais toujours participer à l'aventure spatiale de la conquête de Mars...

Et bien les choses se précisent avec la découverte des premières cavernes sur Mars!!

Amis lecteur, si tu travailles pour une agence spatiale (USA, Russie, Europe, Chine, Japon, Inde, Canada, Ukraine, Algérie, Brésil, Israël, Maroc, Corée, Nigeria, Tunisie, Azerbaïdjan, Pakistan, Taïwan, Australie...) et que tu recherches un candidat pour un vol spatial d'un an enfermé dans une boite avec comme seul lien vers l'extérieur un ordinateur, alors JE SUIS LE CANDIDAT IDEAL.

Merci de faire suivre à qui de droit.

24 octobre 2006

Spéléologue

La spéléologie est la dernière activité d'exploration et de découverte accessible à tous qui existe aujourd'hui.
Tous les sommets importants ont été conquis, toutes les iles ont été explorées, tous les territoires vierges ont été approchés. Il reste certes quelques forêts, vallées ou déserts où l'être humain ne s'est guère avancé, mais les vraies explorations de surface sont maintenant sur Mars et ailleurs, inaccessible à tout un chacun.
La spéléologie continue de faire rêver ses pratiquants: le gouffre le plus profond (actuellement connu), la cavité la plus grande (actuellement connue), le réseau souterrain le plus long (actuellement connu, bon vous avez compris) ont été explorés, mesurés et cartographiés. Mais un simple spéléologue, même peu expérimenté, en écartant un buisson ou en soulevant une pierre, peut découvrir l'entrée d'un futur record du monde. Certes les grandes entrées évidentes ont été découvertes et explorées depuis longtemps, mais le frisson de la découverte existe encore et tous les mois plusieurs gouffres sont découverts et explorés en France même.
J'ai participé dans ma jeunesse, au sein d'un club d'étudiants parisiens, à des expéditions en Crête. Nous restions ainsi en Europe, assez loin pour être complètement dépaysés, assez prêt pour pouvoir y aller sans trop de frais. Le centre de la Crête recèle un potentiel calcaire très travaillé par l'eau dans lequel il est possible de faire des découvertes intéressantes.
Comment expliquer les sensations que l'on ressent lorsque l'on est le premier à s'aventurer dans un conduit souterrain, qui débouche sur une salle, elle même donnant sur un puit, puis sur un autre... Découvrir des salles magnifiques, des puits impressionnants, des vestiges amenés par l'eau. L'Aventure.
Avec nos moyens limités, nous avons découvert et exploré le gouffre le plus profond de Crête, devenant l'année suivante le gouffre le plus profond de Grèce lors de notre expédition suivante.
Quelle joie, quelle exultation de continuer une exploration, surtout après une année entière passée à l'imaginer, à la rêver...
Puis est venu le temps de la famille, l'âge, le goût diminué de l'effort physique, qui m'ont amené à mettre ces explorations entre parenthèses. Mais qui sait, dans quelques années, un retour de flamme providentiel me fera ressortir les descendeur, casque et lampe à acétylène pour repartir, le temps d'un week-end, à la recherche des sensations de ma jeunesse.